chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
96 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pestilence - Malleus Maleficarum

Chronique

Pestilence Malleus Maleficarum
A l'heure où PESTILENCE s'enfonce de plus en plus dans les profondeurs de la médiocrité – le premier extrait du nouvel album à venir, « Sinister », a de quoi faire frémir les fans les moins exigeants – mieux vaut sans doute se pencher sur les débuts du groupe batave plutôt que d'espérer un retour de flamme qui n'aura sûrement jamais lieu. « Malleus Maleficarum » donc, premier full length paru chez Roadrunner après deux démos (« Dysentery » et « The Penance », 1987) et qui confirme que les ex-patrons du death technique des early nineties n'ont jamais sorti deux fois le même album ; alors que je m'attendais à tomber sur une ébauche mal dégrossie d'un « Scream Bloody Gore », le maître étalon du genre death à l'époque – avant la référence ultime « Leprosy » bien sûr – c'est pourtant du côté de KREATOR et son thrash extrêmement virulent qu'il faut lorgner, puisque « Malleus Maleficarum » n'est rien d'autre qu'une variation réussie d'un « Pleasure To Kill » qui a lui aussi marqué son époque.

Bien qu'épaulés par le futur ASPHYX/COMECON/HAIL OF BULLETS Martin Van Drunen, les trois piliers du PESTILENCE de la première heure n'ont pas encore délaissé leurs racines thrash : pas de Patrick Uterwijk sur ce premier méfait mais un guitariste, Randy Meinhard, qui partira former le plus confidentiel SACROSANCT peu après la sortie de l'album. En résulte une approche rythmique différente, parfois plus classique dans l'exécution même si les tics de jeu de Patrick Mameli sont déjà clairement identifiables. N'attendez donc pas de ces élèves (presque tous) doués une copie parfaite, ce PESTILENCE là n'étant pas encore parvenu à maturité, à l'image d'un Van Drunen parfois méconnaissable. Chant en cadence, gueulantes thrash haut perchées entre deux vociférations caractéristiques de ce qui nous attend par la suite, on est loin des hurlements de goule aérophage du doom death d'ASPHYX ! Comme tous les groupes de thrash les plus extrêmes sévissant à la même période, la vitesse d'exécution prime sur quasiment tout le reste, même si les Hollandais calment le jeu le temps d'un instrumental lugubre typique de ce qui se faisait à l'époque (« Osculum Infame », du « Beneath The Remains » dans le texte). Et bien mal leur en prend car si ce PESTILENCE là se défend niveau riffs, un Marco Foddis encore en formation s'avère dans l'incapacité de tenir la cadence désirée. Talon d'Achilles d'un opus par ailleurs fort recommandable, les parties de batterie s'apparentent sur la forme à une pluie diluvienne s'abattant sur une verrière, supplice auditif rendu encore plus douloureux par une production de Kalle Trapp aux atours de démo tout ce qu'il y a de plus obscure.

Ceci étant posé, les solis chaotiques de bonne facture (nettement supérieurs à ceux du tandem Tritze/Petrozza justement) et quelques titres franchement jouissifs font passer la pilule, comme en témoignent les backing vocals d'enragés sur « Parricide », les riffs saccadés sur « Malleus Maleficarum/Antropomorphia » et « Cycle Of Existence », très classic thrash dans l'esprit mais jouée avec une frénésie telle que « Malleus Maleficarum » surprend encore par son cachet extrême, à cheval entre deux chapelles musicales qui n'ont eu de cesse de se nourrir l'une l'autre. A noter enfin que « Chemo Therapy », réapparue sur un « Resurrection Macabre » déjà en demi teinte (le mot est faible), est méconnaissable par rapport à sa récente relecture, à tel point qu'il m'a fallu quatre écoutes avant de la repérer dans la tracklist ! Moins définitif que le tiercé gagnant « Consuming Impulse » / « Testimony Of The Ancients » / « Spheres » et affaibli par des tares de production et d'interprétation, ce premier sang n'en reste pas moins une petite bombe thrash death qu'il fait bon déterrer à l'occase, entre deux sessions « Schizophrenia »/ « Pleasure To Kill » à faire saigner les oreilles les plus endurcies.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
08/03/2011 19:05
note: 7.5/10
human a écrit : Je te trouve un peu dur avec cet album, alors que je suis d'accord avec la note. Un bon 1er album de thrash death qui est quand même nettement plus violent que Kreator et qui annonce la suite.

C'est l'inconvénient de découvrir les albums à rebours mais j'ai bien apprécié "Malleus". C'est juste que ce qui suit est nettement meilleur!
human citer
human
08/03/2011 11:40
note: 7.5/10
Je te trouve un peu dur avec cet album, alors que je suis d'accord avec la note. Un bon 1er album de thrash death qui est quand même nettement plus violent que Kreator et qui annonce la suite.
Squirk citer
Squirk
08/03/2011 00:55
note: 7.5/10
Je me le réécoutais hier tiens ! Un bon album avec lequel je serais sûrement plus clément si il n'avait pas pour successeur le culte de chez culte Consuming Impulse ou l'excellent TOTA. C'est un groupe encore un peu immature et un brin conventionnel qu'on retrouve sur ce premier opus.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pestilence
Death / Thrash
1988 - R/C Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (11)  8.27/10
Webzines : (9)  7.59/10

plus d'infos sur
Pestilence
Pestilence
Death Metal Technique - 1986 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Malleus Maleficarum/Antropomorphia  (04:12)
02.   Parricide  (03:49)
03.   Subordinate To The Domination  (04:18)
04.   Extreme Unction  (01:30)
05.   Commandments  (05:18)
06.   Chemo Therapy  (04:49)
07.   Bacterial Surgery  (05:04)
08.   Cycle Of Existence  (03:18)
09.   Osculum Infame  (01:54)
10.   Systematic Instruction  (04:07)

Durée : 38:19

line up
parution
26 Septembre 1988

voir aussi
Pestilence
Pestilence
Consuming Impulse

1989 - R/C Records
  
Pestilence
Pestilence
Obsideo

2013 - Candlelight Records
  
Pestilence
Pestilence
Testimony Of The Ancients

1991 - R/C Records
  
Pestilence
Pestilence
Resurrection Macabre

2009 - Mascot Records
  

Essayez aussi
Yugal
Yugal
Enter The Madness (EP)

2014 - Autoproduction
  
Scumripper
Scumripper
All Veins Blazing

2019 - Hells Headbangers Records
  
Mencea
Mencea
Dark Matter Energy Noir

2008 - Indie Recordings
  
Taetre
Taetre
The Art

1998 - DieHard Music
  
Devouror
Devouror
Slay for Satan (EP)

2019 - Metal Zone Records
  

Momentum
Momentum
Lire la chronique
Kompost
Pallor Mortis
Lire la chronique
Carcass
Torn Arteries
Lire la chronique
Aussichtslos
Einsicht
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Punishment And Devotion (EP)
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique
Mythical Beast
Scales
Lire la chronique
Bishop
Bishop
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique
Begräbnis
Izanaena
Lire la chronique
Igric
Svet svetlom stvorený
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Roughly Excised (Putrefindi...
Lire la chronique
Sépulcre pour la démo "Ascent Through Morbid Transcendence"
Lire l'interview
Dead Soul Alliance
Behind The Scenes
Lire la chronique
Venefixion
A Sigh From Below
Lire la chronique
Marduk
Dark Endless
Lire la chronique
L'Acéphale
L'Acéphale
Lire la chronique
Clandestine Blaze
Secrets of Laceration
Lire la chronique
Hooded Menace
The Tritonus Bell
Lire la chronique
Criminal
Sacrificio
Lire la chronique