chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
128 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Amorphis - The Beginning of Times

Chronique

Amorphis The Beginning of Times
Un nouvel album d'Amorphis à l'arrivée du printemps est un appel au viol. Depuis "Eclipse" et l'arrivée du chanteur actuel Tomi Joutsen, la musique d'Amorphis s'est muée en une sorte de douce mélopée (certaines mauvaises langues parleront de "soupe commerciale"), à laquelle on goûte toujours avec plaisir. Qu'on le veuille ou non, il faut reconnaître que les Finlandais, loin de refroidir nos ardeurs de Latins du Nord, arrivent à dégager une sensualité extraordinaire via leurs albums, et on a vite envie de s'unir à l'être vivant le plus proche quand résonnent les premières notes du single "You I Need" par exemple. Je ne vous raconte pas le quart d'heure d'amour qu'à vécu le dernier caniche que j'ai croisé dans la rue alors que "The Beginning of Times" tournait dans mon Iphone...

Plus sérieusement, et je l'étais pourtant déjà un peu, Amorphis est certes devenu bien plus sirupeux et sucré que nécessaire pour certains, mais reste à mon sens l'un des rares groupes à jouer avec succès et talent sur l'aspect "catchy" de refrains en chant clair (dont je ne suis pourtant pas spécialement client dans mon métal). Peut être parce que derrière cet enrobage mielleux se cache quand même une bande de musiciens chevronnés, qui savent dénicher des mélodies magiques et n'ont aussi pas renié complètement leurs racines melodeath.
« The Beginning of Times » est pour faire simple un véritable copier / coller du travail du groupe depuis ce fameux « Eclipse » de 2006, et ce pour mon plus grand bonheur. J'avais encensé « Silent Waters », un peu déconné avec « Skyforger » (pour le plaisir d'une chronique à la con, que ne ferait-on pas…), et « The Beginning of Times » me donnera l'occasion d'être de nouveau sérieux 5 minutes et de vous dire que c'est l'un des meilleurs albums de l'époque récente du groupe.

Déjà parce que le groupe renoue plus franchement avec les growls et les riffs en acier, qui étaient majoritairement absents de « Skyforger », faisant parfois franchir à l'album l'étroite barrière entre « on fait encore du métal, des fois » et « en fait le rock avec de jolies mélodies ça nous plait davantage ». Sans dire que « The Beginning of Times » est aussi couillu qu'un « Tales of… », l'album comprend quand même pas mal de passages plus foncièrement métal : les growls de Tomi et les rythmiques que nous aimons sont très présentes, que ce soit « Battle for Light », « My Enemy » ou « Escape ».., . Et parfois, on ressent même, et j'ose le sacrilège, un feeling à la « Tales of… » dans des parties bien mélancoliques comme l'énormissime première minute de « Soothsayer », ou une bonne partie de « Song of The Sage » et « Crack in a Stone » ; cependant bien vite le coté accessible reprend ses droits, et au refrain l'on revient bien vite en 2011 avec le Amorphis actuel. Les amateurs de métal à minettes ne seront pas déstabilisés pour autant (je m'inclus dedans) : le refrain du single « You I Need » (Youkie, mon caniche d'une nuit, si je recroise ta route….) a de quoi faire réchauffer le plus glacé des métalleux, et la sensibilité à fleur de peau du refrain baba cool de « Three Words » (j'avoue, il me plait) est sincèrement touchante. Mélodiquement, l'album est aussi d'un franchement bon niveau, mais la question ne devrait presque pas se poser quand on connaît un tant soit peu le groupe. Mélodies glaciales, que ce soit aux 6 cordes, au clavier ou bien vocalement, les titres ont tous une vraie personnalité et une mélodie qui accroche.

L'écueil principal d'Amorphis est que son « son » est tellement agréable et appréciable qu'on ne le déguste pas, on s'en empiffre et une fois l'orgasme atteint on range sagement l'album dans sa discothèque à coté de ses potes. C'est sans doute ce qui arrivera à « The Beginning of Times » dans quelques semaines, mais d'ici là il m'aura procuré suffisamment d'extase et de petits moments coquins avec Youkie pour que j'en fasse un plébiscite. Et on peut conclure de façon sérieuse en se disant qu'au bout de 4 albums, Amorphis forge et affine une nouvelle fois son style post « Am Universum », réussissant le tour de force de ne renier ni ses racines ni sa nouvelle orientation. Youkie et moi-même nous inclinons à l'unisson devant tant de talent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

korbendallas citer
korbendallas
10/06/2011 16:26
note: 8.5/10
Amorphis m'a rarement déçu ... à part "Far from the sun" que je trouve trop mou (avec un chanteur qui n'y était plus) et pour la période Joutsen, "Skyforger" que je trouve trop en roue libre par rapport aux 2 précédents. Alors quid de "the beginning of times" ?
Comme tu le dis Chris, on sait à quoi s'attendre avec les finlandais mais .... sur celui-ci, je trouve qu'il y a, beaucoup plus que sur les précédents, des sonorités à la "Tales ..." mais surtout à la "Elegy" avec ces fameux sons de claviers, qui avaient disparus.
En plus, Tomi Joutsen n'abandonne pas les growls, voir même en rajoute, ce qui accentue mon sentiment.
Comparé à "Skyforger", cet album est beaucoup plus puissant et plus varié (chants féminins, plans orientaux plus poussés, dont un franchement très Orphaned Land, ...).
Certes cela reste très accessible mais quand c'est fait par des musiciens que l'on sent vraiment passionnés, où est le problème ?
Un très bon album !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amorphis
Heavy / Death mélodique
2011 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  7.58/10
Webzines : (32)  8.3/10

plus d'infos sur
Amorphis
Amorphis
Heavy / Death mélodique - 1990 - Finlande
  

tracklist
01.   Battle For Light
02.   Mermaid
03.   My Enemy
04.   You I Need
05.   Song of the Sage
06.   Three Words
07.   Reformation
08.   Soothsayer
09.   On a Stranded Shore
10.   Escape
11.   Crack in a Stone
12.   Beginning of Time

line up
parution
25 Mai 2011

voir aussi
Amorphis
Amorphis
Eclipse

2006 - Nuclear Blast Records
  
Amorphis
Amorphis
Silent Waters

2007 - Nuclear Blast Records
  
Amorphis
Amorphis
Black Winter Day (EP)

1994 - Relapse Records
  
Amorphis
Amorphis
The Karelian Isthmus

1992 - Relapse Records
  
Amorphis
Amorphis
Am Universum

2001 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Unchained
Unchained
Chasing Shadows

2017 - Autoproduction
  
Scar Symmetry
Scar Symmetry
Pitch / Black / Progress

2006 - Century Media Records
  
Dagon
Dagon
Terraphobic

2009 - Bombworks Records
  
Soilwork
Soilwork
A Predator's Portrait

2001 - Nuclear Blast Records
  
In Flames
In Flames
Black Ash Inheritance (EP)

1997 - Nuclear Blast Records
  

Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique