chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
191 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blut Aus Nord - 777 - Sect(s)

Chronique

Blut Aus Nord 777 - Sect(s)
La sortie d'un nouveau Blut Aus Nord entraine toujours de grandes attentes, d'autant plus quand celui-ci annonce un renvoi à l'avant-gardisme de la période allant de The Mystical Beast Of Rebellion à MoRT. Cette époque signant ce qu'il a fait de mieux à mes yeux, on comprendra que mes écoutes de ce dernier-né, marquant le début d'une trilogie intitulée 777, ont été parcourues d'enthousiasmes… et quelques déceptions.

Déceptions car 777 - Sect(s) est bien ce qu'il promettait : un mélange où se côtoient les tremolos crus de The Mystical Beast Of Rebellion, le marasme industriel de The Work Which Transforms God et les dissonances arythmiques de MoRT. En poussant la dissection, on pourra également remarquer des clins d'œil à l'EP Thematic Emanation Of Archetypal Multiplicity (la fin ambiant de « Epitome 01 ») ainsi que des moments stellaires évoquant à la fois Memoria Vetusta II (« Epitome 06 », « Epitome 02 ») et la deuxième partie de la réédition de The Mystical Beast Of Rebellion au détour de soli hypnotiques. Bien que le disque soit d'une cohérence impressionnante, il subit au départ le jeu du « Tel riff, tel album » assez désagréable pour celui pensant que l'étonnement est un des plaisirs recherchés chez Blut Aus Nord. Surtout que l'essai rappelle sans forcement égaler, notamment lors des passages chaotiques, la faute à un mordant s'émoussant au fur et à mesure des plongées (sur « Epitome 03 » principalement). Enfin, une des sensations possiblement déplaisantes est à chercher dans ce rappel à Deathspell Omega, le tout pouvant se définir en une version primaire, Godfleshienne, de Paracletus. Pas un problème en soi, cette amorce paraissant d'emblée d'une religiosité autre que celle des poitevins (les chœurs disséminés et cette modernité dans l'interprétation ajoutant du réalisme à ce qui est littérature chez le collègue) mais peut-être jugera-t-on cela dommage quand on sait qui a inspiré qui !

Ceci posé, il s'agit d'un bon Blut Aus Nord, probablement le meilleur depuis MoRT. Une fois les expectations de nerd mises au placard, il s'impose au-delà du patchwork et l'on (re)découvre une musique à part, évolutive, homogène, aussi vénéneuse qu'hermétique. Un pari fou que celui de mélanger les ambiances raw, urbaines ou terminales développées précédemment et semblant inconciliables ! Une réussite incomplète dans ce tour de force est déjà une énorme victoire : 777 - Sect(s) fascine de bout en bout, écœure puis attrape à l'image de cette production à la fois étouffante, grésillante et limpide. Un rendu sonore irréprochable montrant que si le groupe effectue un retour en arrière, c'est avec l'expérience acquise et une vision tournée vers l'avenir, exemple avec cette boite à rythme naturellement massive écrasant toute concurrence Playskool. Ici repose l'essentiel, ce trouble unique, difficile à décrire autrement que par des expressions pompeuses telles que « démonisme contemporain », « Lynch en vacance à la Géhenne » et le fameux « atmosphère Blutausnordienne » bientôt inscrit au domaine public, de même qu'une grâce morbide dont on avait presque oublié les caresses : « Epitome 02 » où une légèreté s'échappe pour un résultat bizarrement pesant, monumental tel la fumée des fosses communes en feu ; la traître « Epitome 06 » où l'aguerri croira toucher l'absolu de « Procession Of The Dead Clowns » pour mieux se retrouver cul nu par une torpeur insidieuse, son aboutissement se révélant tranquillement mais surement lugubre…

Et puis il y a « Epitome 04 », un titre qui pourrait résumer à lui seul l'ambivalence de 777 - Sect(s), le génie sûr de lui côtoyant le dispensable (dans une moindre mesure, heureusement !). Le bonhomme s'autorise l'ouverture d'une nouvelle porte avec ses relents doom voire sludge n'appelant qu'à dégouliner derrière ce tranchant clinique auquel succèdent une beauté crasseuse, l'image d'un Thou vaincu par la bottine de Blut Aus Nord occupant notre esprit rassuré sur sa capacité à sortir des classiques instantanés. Il n'en est pas de même pour le reste du morceau, les guitares cherchant un second souffle qu'elles ne retrouvent que tardivement. J'ai conscience d'insister sur des défauts minimes et formels alors que l'un des principaux attraits du groupe est sa profondeur symbolique - je m'attarderais probablement sur le ressenti une fois en possession de toutes les clés (le magnifique digipack et quelques mots présents laissent déjà rêveurs…) - mais ce sont ces trous d'air qui font de ce volet une base perfectible malgré sa solidité. En effet, il faut rappeler que ce chapitre ne prendra pleinement son sens qu'une fois replacé dans la totalité qu'il préfigure, l'avis sur la forme ayant peu de chance de changer contrairement à celui sur ce fond à peine dévoilé.

Fidèle à son habitude, Blut Aus Nord laisse des indices sur son œuvre. L'un d'eux est à chercher dans la signification du mot « épitome » désignant à la fois un commencement et un abrégé. Une manière d'assumer la transition, abrégé d'un temps devenu commencement d'un renouveau. Comme Odinist ? Ah mais c'est que 777 - Sect(s) en est le versant négatif, les Français avançant à pas de chat vers une fêlure qu'ils s'estiment prêts à rouvrir ! Une invitation à retomber dans les malaises ésotériques et psychologiques de la totalité « The Fall » ? Pour quel épilogue ? Une chute différente certainement, une percée dans les ténèbres dont on les croit avoir déjà touché les limites ? En cela, cette introduction est à ne pas rater car une fois mise en relation avec The Desanctification et Cosmosophy prévus dans quelques mois, l'hypostase 777 pourrait établir une émotion que beaucoup veulent revivre dans une exaltation déviante, celle d'explorer le monde du Blut Aus Nord créateur, ces terres inhumaines et pourtant si captivantes, si proches, que l'on s'y voit créature.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
06/04/2011 19:01
note: 7.5/10
gulo gulo a écrit : quant à la comparaison avec DsO, je l'avais pas relevée la première fois mais CIEL ! cet album est bien meilleur que le douillet Paracletus, sans discussion possible

On est d'accord. "Paracletus" a été une déception personnellement.
gulo gulo citer
gulo gulo
06/04/2011 18:23
note: 9/10
"il subit au départ le jeu du « Tel riff, tel album »", j'ai envie de te répondre que c'est une question de point de vue, on peut aussi choisir de noter la remarquable cohérence de tous ces supposés univers "distincts" (je caricature) - tout cela sous la suprême bannière magique de Godflesh, évidemment (je caricature, évidemment, puisque comme pour Killing Joke (coïncidence ? je ne crois pas) le propre de ces groupes est d'avoir des disciples doués et non plagieurs, le plus souvent
quant à la comparaison avec DsO, je l'avais pas relevée la première fois mais CIEL ! cet album est bien meilleur que le douillet Paracletus, sans discussion possible
+12, bien sûr, à l'évidence que BaN ne fait plus de metal depuis un bail
lkea citer
lkea
06/04/2011 17:07
note: 7.5/10
Je suis tenté de répondre qu'hormis les sorties plus classiques, ça fait longtemps que BaN ne fait plus de metal mais on va pas tenter la bête Mr Green
von_yaourt citer
von_yaourt
06/04/2011 16:28
Et sinon le metal il connaît ?
lkea citer
lkea
06/04/2011 15:26
note: 7.5/10
von_yaourt a écrit : Enfin bon, s'ils se sont encore lancés dans une trilogie de chie je vais une fois de plus patienter dix ans avant d'acheter à nouveau un de leurs albums.

Pas forcement, les deux autres opus sortent cette année. Par contre, il faut apparemment s'attendre à tout autre chose pour la suite, Vindsval parle d'éléments dub plus développés...
von_yaourt citer
von_yaourt
06/04/2011 12:55
Je serai toujours épaté par la capacité de ce groupe à alterner le black metal mélodique de très grande qualité (Ultima Thulé et les deux Memoria Vetusa) et la post-merdouille branchée pour bobos qui se contente de jouer le plus dissonant possible. Enfin bon, s'ils se sont encore lancés dans une trilogie de chie je vais une fois de plus patienter dix ans avant d'acheter à nouveau un de leurs albums.
LostSon citer
LostSon
06/04/2011 10:03
note: 8/10
Ecouté une fois en streaming, et ca me semble être un très bon album, une fois de plus.
Futur achat.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blut Aus Nord
Black Metal avant-gardiste
2011 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (19)  8.24/10
Webzines : (15)  7.98/10

plus d'infos sur
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Psychedelic Lovecraftian Black / Death Metal - 1994 - France
  

tracklist
01.   Epitome 01
02.   Epitome 02
03.   Epitome 03
04.   Epitome 04
05.   Epitome 05
06.   Epitome 06

Durée : 45 Mns

line up
parution
18 Avril 2011

voir aussi
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Disharmonium
(Undreamable Abysses)

2022 - Debemur Morti Productions
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Deus Salutis Meæ

2017 - Debemur Morti Productions
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Hallucinogen

2019 - Debemur Morti Productions
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Debemur MoRTi (EP)

2014 - Debemur Morti Productions
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Memoria Vetusta III
(Saturnian Poetry)

2014 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Urarv
Urarv
Aurum

2017 - Svart Records
  
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Death's Design

2001 - Avantgarde Music
  
Ephel Duath
Ephel Duath
Rephormula

2001 - Elitist Records
  
Grand Alchemist
Grand Alchemist
Intervening Coma-Celebration

2002 - Sound Riot Records
  
Slagmaur
Slagmaur
Thill Smitts Terror

2017 - Osmose Productions
  

Album de l'année
Mòr
Hear The Hour Nearing!
Lire la chronique
Imperial Retaliation Night
Gruiiiik + Gorupted + Perpe...
Lire le live report
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre (Démo)
Lire la chronique
Eigenstate Zero
The Malthusian
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
The Rottening
Seeds Of Death (EP)
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Ametron
Lire la chronique
Sarcasm
Mourninghoul
Lire la chronique
Mega Slaughter
Calls From The Beyond
Lire la chronique
Tårfödd
M​ö​rker
Lire la chronique
Kronos + Seth
Lire le live report
Mortal Wound
The Anus Of The World
Lire la chronique
Ad Mortem
In Honorem Mortis
Lire la chronique
Rotting Christ
Pro Xristou
Lire la chronique
Extinguish
One Less Enemy
Lire la chronique
Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique
Phantom
Handed To Execution
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
brokNface
Leave to Live (EP)
Lire la chronique
Mindz Eye
The Vision
Lire la chronique
Chainsword
Born Triumphant
Lire la chronique