chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Acid King - Busse Woods

Chronique

Acid King Busse Woods
En y réfléchissant, les disques à l'ambiance enfumée me donnant envie d'en allumer un sont peu nombreux. J'éprouve plutôt un plaisir lubrique à les écouter se défoncer. Kyuss ? On y glande certes, dans une décapotable en plein soleil de préférence, mais lever le bras y devient un effort insurmontable. Electric Wizard ? Hum, trop bad trip, trop crétin, trop adolescent « vous ne me comprenez pas je suis le Mighty One », limite je conseillerai l'écoute pour décourager les tentations. Sleep ? Ah non ! Les mecs se débrouillent très bien sans moi, je vais pas m'incruster en demandant si je peux participer ! Bref t'as saisi, Busse Woods, lui, me pousse à la consommation.

La pochette dit l'essentiel : Busse Woods est organique, foisonnant et aguicheur. Certainement l'œuvre de la bande à Lori la plus riffue-touffue d'ailleurs ! Si les compositions coulent de source grâce à cette accroche simple et durable que les Ricains ont su développer, elles sont plus variées que celles du monolithe charnel III. Du chemin a été parcouru depuis Zoroaster à commencer par le chant de Lori, moins éraillé et plus séduisant, sorte d'appel mystique à se laisser aller. Bien que les morceaux se basent sur les mêmes racines, chacun développe des atouts le rendant unique : « Electric Machine » dont les guitares tellement heavy qu'elles en deviennent moelleuses cachent une multitude d'arrangements ; la grungy « Silent Circle » bottant ce qu'il faut l'arrière-train pour empêcher l'auditeur de s'endormir apaisé à l'écoute des sérénades motorisées de Lori ; l'incantation blues/abus de lipides « Carve the 5 » et sa ligne de basse à la mélodie liée au sol par des amplis mazout ; la reprise psychédélique de « 39 Lashes » tirée de la comédie musicale « Jesus Christ Superstar » ou encore l'éponyme montrant l'Acid King que l'on aime tant, celui qui est retenu et étalement (à l'image de ces notes introductives en fait chorus, en fait refrain, en fait solo, en fait caresse longitudinale), le groupe atteignant sur la fin un ravissement aussi stupide que solaire. Tout appelle à une relaxation béate où l'abus de certaines substances s'avère un compagnon idéal, ces dernières accentuant davantage l'oubli du temps qui passe.

La production favorise l'hypnose en offrant une profondeur molletonnée à l'album. Billy Anderson est aujourd'hui une institution et ses travaux pour Buzzoven, Cathedral, Damad, Neurosis, Eyehategod ou encore Om sont là pour en attester mais c'est surtout sa capacité à accentuer l'identité d'une musique qui a assis sa réputation. Ici, les vrombissements servent un repos des sens dans une mollesse captivante. Les instruments sont équilibrés entre eux et celui qui voudra sortir de sa catalepsie (décision idiote mais passons) pourra déguster la basse ou la batterie de Joey Osbourne, dont la prestation focalisée est une des plus à propos que j'ai pu entendre chez le roi acide, à savoir qu'elle se fond parfaitement dans cet ensemble lourd et pourtant dénué de violence.

On l'aura deviné, la justesse traversant Busse Woods à chaque instant en fait le meilleur opus d'Acid King à ce jour. Là où on pourra reprocher à Zoroaster son côté brouillon et vulgaire ou à III son manque d'hymne, ce deuxième jet allie pesanteur atmosphérique et psychédélisme, fuzz et groove, détente et cohérence dans l'alignement des tubes, la totalité étant constante en qualité ainsi qu'au service d'une flânerie tellement réjouie d'elle-même qu'elle devient invitation. Ce qu'on peut attendre de mieux du stoner/doom en somme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Worthless citer
Worthless
11/05/2011 22:03
Tous les morceaux de cet album sont des bijoux.
Ikea citer
Ikea
13/04/2011 17:24
note: 9/10
Information inutile : L'album a été réédité en 2004 par Small Stone Records avec deux reprises en bonus track : "Motorhead" (reprise d'Hawkwind) et "Not Fragile" (reprise de BTM) qui sont bonnes, dénotent du reste par une production plus raw mais intéressantes à écouter et dans le style Acid King. Des bonus-track quoi. Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Acid King
Stoner / Doom
1999 - Man's Ruin Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  7.8/10
Webzines : (6)  8.86/10

plus d'infos sur
Acid King
Acid King
Stoner / Doom Metal - 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Electric Machine
02.   Silent Circle
03.   Drive Fast, Take Chances
04.   39 Lashes
05.   Carve the 5
06.   Busse Woods

Durée : 46 Mns

line up
voir aussi
Acid King
Acid King
Middle of Nowhere, Center of Everywhere

2015 - Svart Records
  
Acid King
Acid King
III

2005 - Small Stone Records
  

Essayez aussi
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
High On Fire
High On Fire
Snakes For The Divine

2010 - Century Media Records
  
Goatess
Goatess
Purgatory Under New Management

2016 - Svart Records
  
Conan
Conan
Blood Eagle

2014 - Napalm Records
  
Om
Om
Pilgrimage

2007 - Southern Lord Recordings
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique