chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
90 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Regurgitation - Clitoraldectomy

Chronique

Regurgitation Clitoraldectomy (EP)
Dans le genre enregistrement qui a failli rester aux oubliettes, Clitoraldectomy se pose là. Mis en boîte en 2002, l'opus ne sera distribué que de façon ultra confidentielle et servira surtout de base pour le premier album de la nouvelle incarnation de Regurgitation, Necrotic Disgorgement, intitulé Suffocated In Shrinkwrap (2004). Le groupe se reforme quelques années plus tard sous son ancien nom et remasterise Clitoraldectomy en 2009. Malgré une signature chez Comatose Music, qui a décidé de se lancer dans les rééditions (cf. aussi Abuse et Antropofagus), la sortie traîne et les fans commencent à désespérer. Clitoraldectomy sortira finalement en avril 2011 sous la forme d'un EP après que Steve Green a abandonné l'espoir de récupérer les lyrics auprès de ce sacré Brian Baxter.

Quel intérêt, me direz-vous, d'exhumer un vieil enregistrement alors que tous les titres de celui-ci se trouvent déjà sur Suffocated In Shrinkwrap? Non seulement pour le nouvel artwork divinement immonde de Visual Darkness, mais aussi parce que ces versions de Clitoraldectomy s'avèrent bien meilleures que celles de l'album. Surtout à cause de la production merdique du full-length de Necrotic Disgorgement. Le son plus cru de l'EP manque certes de puissance (en particulier au niveau de la batterie sous-mixée) mais décuple le côté chaotique et intense des compos de Regurgitation. Oubliez l'aspect parfois pataud et slammisant du brutal death US, ici le trio de l'Ohio reste coincé en mode pressé. Tout juste croise-t-on quelques passages plus mid-tempo comme sur "Fornication With A Decomposing Stump" à 0'53, 1'17 ou 2'35. Les morceaux de Regurgitation sont ainsi courts (2-3 minutes), rapides et ultra efficaces. Pas le temps de s'ennuyer car il s'en passe des choses! Ça part dans tous les sens avec moults changements de rythme et de riffs, parfois terminés par des harmoniques sifflées (pas trop nombreuses par chance). Du brutal death rendu également chaotique et intense par le jeu épileptique de Jason Trecazzi, à la batterie sèche et non triggée, qui enchaîne plans véloces et autres blast-beats. On a même le droit à quelques gravity blasts du plus bel effet sur "Razorblade Catheter". Dans le même ordre d'idée, on tirera un coup de chapeau à l'ex-Gorgasm Brian Baxter au débit vocal abondant. D'autant que son chant agressif et guttural mais à peu près compréhensible évite l'écueil des gargouillis intestinaux habituels. Pour couronner le tout, Regurgitation parsème ses titres de solos chaotico-mélodiques bien branlés (avec une préférence personnelle pour celui de "Fornication With A Decomposing Stump" à 2'35). À noter d'ailleurs le guest de Casey Robertson des regrettés Fleshtized sur les premiers solos de "Clitoraldectomy" et "Fingering The Rot". Cerise sur le gâteau, la présence d"Infecting The Crypts" de Suffocation en dernière piste, une reprise sans surprise et fidèle à l'originale mais qui se plaindrait d'entendre un des grands classiques du brutal death!?

Alors c'est sur que la musique de Regurgitation est un peu brouillonne et qu'il faut s'accrocher pour suivre. La production raw ne plaira pas à tout le monde et les riffs de Tony Tipton ne sont pas non plus toujours mémorables, mais la façon dont ils sont joués et le chaos ambiant rend le tout des plus jouissifs. Clitoraldectomy se révèle ainsi comme un EP d'une efficacité redoutable, à la durée (un peu plus de 16 minutes) parfaite pour le genre pratiqué, et dont les morceaux pourtant datant de 2002 n'ont pas pris une ride et font même encore la misère à bien des albums d'aujourd'hui. Ça bourre, ça groove, ça joue vite et bien et ça mélodise même sur quelques très bons solos. De quoi faire oublier Suffocated In Shrinkwrap et les récentes sorties pas folichonnes de Comatose qui a bien fait de persévérer afin que Clitoraldectomy soit accessible à tout le monde. La réédition de Tales Of Necrophilia (1999) est prévue, elle, en fin d'année. À noter que la reformation du groupe devrait donner lieu à un prochain album avec des morceaux inédits mais on ne sait pas encore si les Américains évolueront sous la bannière Necrotic Disgorgement ou Regurgitation. En ce qui me concerne, le choix est déjà fait!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Cyprine64 citer
Cyprine64
16/04/2021 15:29
A quand la chronique du tales of necrophilia de Regurgitation?
Keyser citer
Keyser
21/06/2011 08:29
note: 3.75/5
Kerozene a écrit : "Dommage que la réédition de Tales Of Necrophilia (1999) soit elle tombée à l'eau"

Et moi qui attendait ca avec impatience ! A quoi est ce du ?

Sinon très bon EP effectivement 4/5 pour ma part...



Il semblerait que j'ai été trop pessimiste sur ce coup parce que la réédition devrait finalement débarquer avant la fin de l'année m'a dit Steve de Comatose. Je vais donc enlever ça de la chronique.
LostSon citer
LostSon
20/06/2011 12:19
note: 4/5
Je confirme très bon EP, c'est ce que doit être le brutal death gore us: déjà TON était une bombe passée complètement inapercue à l'époque...
Invité citer
Kerozene
20/06/2011 11:13
"Dommage que la réédition de Tales Of Necrophilia (1999) soit elle tombée à l'eau"

Et moi qui attendait ca avec impatience ! A quoi est ce du ?

Sinon très bon EP effectivement 4/5 pour ma part...


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Regurgitation
Brutal Death
2011 - Comatose Music
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs : (4)  4/5
Webzines : (2)  3.38/5

plus d'infos sur
Regurgitation
Regurgitation
Brutal Death - 1994 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Clitoraldectomy
02.   Fingering The Rot
03.   Razorblade Catheter
04.   Fornication With A Decomposing Stump
05.   Infecting The Crypts (Suffocation cover)

Durée : 16'29

line up
parution
3 Mai 2011

Essayez aussi
Fit For An Autopsy
Fit For An Autopsy
Hellbound

2013 - Steamhammer Records (SPV)
  
Haemophagia
Haemophagia
From Sickness To Cult

2007 - Pathologically Explicit Recordings
  
Exmortem
Exmortem
Nihilistic Contentment

2005 - Earache Records
  
Pestifer
Pestifer
Execration Diatribes

2017 - Lavadome Productions
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Destroy The Opposition

2000 - Relapse Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique