chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Symphony X - Iconoclast

Chronique

Symphony X Iconoclast
Passablement décontenancé par les sorties brutales les plus attendues du premier semestre (OBSCURA, BENIGHTED, SEPTIC FLESH) et dans l'attente d'offensives thrash plus ambitieuses que les maussades LEGION OF THE DAMNED et DESTRUCTION, j'en ai profité pour combler quelques déficits persos en matière de heavy. Le heavy metal ? Clairement le parent pauvre sur Thrasho, pour des raisons tenant autant de la ligne éditoriale du zine que de l'aversion de pas mal de chroniqueurs pour un créneau souvent plombé par des gimmicks difficilement défendables (chant de castras, thématiques ringardes, sous genres true ou à chanteuses à évacuer au plus vite). Reste la vieille garde, très défendable au demeurant, de JUDAS PRIEST à YNGWIE MALMSTEEN en passant par la vierge de fer mais une fois à jour sur les classiques, il suffit d'un piètre « Alchemy » ou d'un « Nostradamus » ridicule pour décréter la mort du genre passé 1990. Les nobles squelettes consciencieusement rangés au placard, que reste-t-il des (dé)générations suivantes ? Un petit détour sur la plateforme ipool de Nuclear Blast plus tard, j'ai ma réponse : SYMPHONY X !

Mais comment diable ai-je pu occulter les Américains, dont j'avais adoré le fantastique « The Odyssey » il y a dix ans de cela ? Leur 8ème full length, un « Iconoclast » dont l'artwork en acier trempé annonce une couleur musicale béton, est l'occasion de réparer cet oubli majeur en rendant à Maldini ce qui appartient à Paolo Cesare : aussi irréprochable que l'ancien pilier du Milan AC, SYMPHONY X est à la croisée des mondes DREAM THEATER (pour le côté prog, sans la chianceté) et YNGWIE MALMSTEEN (pour la branlette néoclassique, sans la démonstration gratuite), pour le meilleur il va sans dire, tant Russell Allen surclasse James Labrie et les geignards successifs du fils spiritual de J.S. Bach. Un title track de plus de dix minutes avec montée en puissance emphatique à faire fuir le fantôme de l'opéra suffit d'ailleurs à statufier le duo Romero/Allen tant de leur maîtrise, absolue, découle un mètre étalon du genre. Et si ce genre d'exercice se prête généralement aux débordements instrumentaux et virtuoses, la grande force de SYMPHONY X est de ne jamais perdre de vue l'essentiel, à savoir une grande clarté de jeu, des refrains killer (« Children Of A Faceless God » et « Prometheus » en tête de gondole) et des chœurs de metal anthem à ce point fédérateurs qu'on voterait presque Duchaussoy à la fédé entre deux horns up ! Chef d'œuvre à part entière qui justifie à lui seul l'investissement, « Iconoclast » est en plus la figure de proue d'un navire lancé à pleine vitesse vers des horizons à peine obscurcis par la somme toute passable « Heretic ». Ô bien sûr, pas de quoi sauter une piste de dépit tant leur niveau de jeu moyen a de quoi liquéfier la concurrence, SYMPHONY X ayant le bon goût de ne pas mettre trop en avant des claviers parfaits en toile de fond (impeccable Michael Pinella) pour mieux laisser s'exprimer un Russell Allen en forme olympique, qu'on prend un plaisir fou à entendre balancer un bon vieux son of a bitch (sur « Dehumanized ») entre deux lignes de chant ultra mélodiques de première main.

Et le meilleur dans tout ça, c'est que l'opus est furieusement metal (pour du heavy prog s'entend) avec des tempis assez speedé qui font du bien par où ils passent (raaah, quel panard sur « Bastards Of The Machine » !) et de gros riffs que ne renierait pas Dave Mustaine (« Electric Messiah », encore), quand Michael Romeo n'achève pas tout le monde à coup de solis majestueux à pleurer de bonheur, feeling compris en guise de cerise sur un gâteau d'une rare richesse (« Dehumanized », décidément !). Presque écœurants de facilité, les Américains livrent avec « Iconoclast » une œuvre majeure d'une rare fluidité, où les notions de durée, de tracklisting et de temps faibles s'effacent au profit d'un ensemble d'une grande homogénéité qualitative, SYMPHONY X s'avérant aussi convaincant dans un registre classiquement métallique que dans le final tout en souplesse de « When All Is Lost », la palme d'or en matière d'émotion brute étant décernée à l'unanimité au pré-chorus/refrain de cette dernière à compter de 2 :07. Album de l'année, et haut le manche!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
arsonist
04/09/2011 01:05
Je suis pas d'accord Paradise lost était bon mais tournait un peu en rond. Je trouve Iconoclast bien supérieur dans l'ensemble.
Niktareum citer
Niktareum
13/07/2011 21:46
Ah ouais carrément?
J'ai juste écouté 1 ou 2 trucs de S. X, mais je m'en rappelle même plus... tu me donnes envie de m'y repencher là! Enfin au moins sur cet album.
Keyser citer
Keyser
13/07/2011 12:59
J'avais bien aimé leur concert il y a quelques mois à Paris et les deux nouveaux titres de cet album qu'ils avaient joués m'avaient bien botté. Du coup, avec ta kro dithyrambique, je vais peut-être me le prendre!
goriyaz citer
goriyaz
13/07/2011 12:46
Encore un très album pour Symphony X mais pas au niveau d'un paradise lost qui lui atteignait des sommets

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Symphony X
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (9)  8.56/10
Webzines : (38)  8.06/10

plus d'infos sur
Symphony X
Symphony X
Metal Symphonique - 1994 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Iconoclast
02.  The End Of Innocence
03.  Dehumanized
04.  Bastards Of The Machine
05.  Heretic
06.  Children Of A Faceless God
07.  Electric Messiah
08.  Prometeus (I Am Alive)
09.  When All Is Lost

Durée : 01:02:59

line up
parution
17 Juin 2011

voir aussi
Symphony X
Symphony X
Underworld

2015 - Nuclear Blast Records
  
Symphony X
Symphony X
Paradise Lost

2007 - InsideOut Music
  
Symphony X
Symphony X
Symphony X

1994 - Zero Corporation
  
Symphony X
Symphony X
The Odyssey

2002 - InsideOut Music
  

Essayez aussi
Iron Maiden
Iron Maiden
The Final Frontier

2010 - EMI
  
Opeth
Opeth
Sorceress

2016 - Nuclear Blast Records
  
Elvaron
Elvaron
The Buried Crown

2005 - Thundering Records
  
Communic
Communic
Waves Of Visual Decay

2006 - Nuclear Blast Records
  
Elvaron
Elvaron
The Five Shires

2004 - Thundering Records
  

Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique