chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
116 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Falloch - Where Distant Spirits Remain

Chronique

Falloch Where Distant Spirits Remain
Avec le boulot, les responsabilités, les obligations familiales, le temps manque cruellement pour chroniquer, écouter de la musique et surtout découvrir de nouvelles choses. Rien qu'avec toutes les formations que l'on voit évoluer au fil des ans et qui continuent de sortir des albums, il y a de quoi largement combler une année de nouveautés en ce qui me concerne. Et entre les anciens groupes que je ne connais pas et ceux qui émergent, j'ose à peine imaginer le nombre de perles que je n'aurai jamais l'occasion d'écouter dans cette vie. Quoiqu'il en soit, j'aurais sauvé l'honneur en 2011 en pariant sur ce jeune duo écossais officiant autrefois dans l'art noir et dont le nom ne manquera pas de vous rappeler une prestigieuse formation de l'Oregon dont je suis particulièrement adepte. Pour être franc, c'est d'ailleurs la seule chose qui m'a poussé à me pencher sur Falloch, un pastiche d'Agalloch ne pouvant se révéler qu'intéressant. Mais Falloch est loin de la simple caricature et bien plus qu'intéressant.

La plupart du temps, les premiers albums des groupes de folk possèdent une aura particulière. Maladroits sur différents plans, ils compensent par une fraicheur et une authenticité qui s'estompe souvent au fil des ans, la naïveté de la jeunesse laissant place à une maturité qui ne permet plus l'expression de sentiments aussi bruts. Les premiers Agalloch, Tenhi et autres Nucleus Torn en sont de parfaits exemples. Si je vous parle de ça, c'est évidemment parce que Falloch s'engage sur le même chemin avec ce premier album non exempt de défauts, mais dont le charme est indéniable.

Entre les paysages hivernaux d'Agalloch et les errances oniriques d'Alcest, Falloch pose son style aux frontières du metal et du rock qui puise son inspiration dans la nature la plus profonde, une musique hors du temps. Pour un premier album, le moins que l'on puisse dire, c'est que les écossais n'ont pas fait les choses à moitié. Cela ne fait aucun doute, "Where Distant Spirits Remain" résulte d'une longue maturation et d'une recherche esthétique poussée tant sa richesse et sa profondeur vous laisse bouche bée. Les compositions aux structures complexes offrent chacune, un éventail assez large d'atmosphères, alternant déchainements contrôlés, tristes lamentations et rêveries. La mise en place instrumentale et les arrangements sont impressionnants : le groupe parvient à empiler les couches d'instruments (piano, violon, flûte, guitares acoustiques, ...) sans pour autant ajouter de confusion, chaque élément apportant sa petite contribution à la beauté de ce tout parfaitement homogène. Quant au chant, il est majoritairement clair bien qu'on retrouve quelques passages hurlés de temps à autre. De manière anecdotique, on trouve également un peu de chant féminin mais ce dernier est plutôt utilisé comme un instrument.

Comme je vous le disais un peu plus haut, "Where Distant Spirits Remain" est loin d'être parfait : le chant clair manque encore de conviction et de diversité, certaines mélodies et passages sont assez plats, et d'une manière générale, leur style n'a pas tout à fait trouvé d'identité propre, trop proche de ses influences. Mais quelle maîtrise des atmosphères ! Rares sont les sorties aussi prenantes et envoutantes. Tout au long de ces 52 minutes, Falloch rend hommage à la nature et à ses forces à travers une musique à la fois riche et subtile, parfaitement dosée entre violence et passages atmosphériques. Avec une durée comprise entre 6 et 11 minutes (à l'exception des 2 instrumentales), chaque pièce apporte son pesant de magnifiques mélodies et de temps forts, pour aboutir au sublime "To Walk Amongst The Dead" qui concentre pour moi, tout ce que le groupe sait faire de mieux.

Avec ce premier album, Falloch aurait pu n'être qu'un groupe prometteur mais les anglais inscrivent déjà un chef-d'oeuvre à leur courte carrière. Malgré ses quelques défauts, "Where Distant Spirits Remain" séduit par sa beauté et son authenticité, à la fois complexe et paradoxalement facile d'accès. En tous cas, il faudra faire très fort pour la suite car la barre est démesurément haute. Un de mes coups de coeur de l'année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
16/09/2014 10:41
note: 8.5/10
Non pas mieux, légèrement moins bon et surtout différent, moins folk, plus post-rock.
Streker citer
Streker
14/09/2014 23:12
Dead a écrit : Tout a fait et il est pas mal. La chronique avant la... fin de l'année Moqueur

Il est pas mal c'est à dire ?
Mieux que celui là ?
Dead citer
Dead
14/09/2014 21:32
note: 8.5/10
Tout a fait et il est pas mal. La chronique avant la... fin de l'année Moqueur
Streker citer
Streker
14/09/2014 00:05
Nouvel album sort dans une semaine il me semble
Dead citer
Dead
03/10/2011 11:58
note: 8.5/10
J'ai eu aussi un peu de mal avec le chant... Mais finalement son côté fragile (c'est vrai qu'on est pas loin de Katatonia) et ses imperfections m'ont séduit Sourire
NightSoul citer
NightSoul
03/10/2011 11:26
note: 7/10
Je crois savoir pourquoi cet album te plait Dead... Pour ma part, le soufflet est un peu retombé au fil des écoutes. Le premier titre aux accents black puis le second avec sa flûte celtique laissait présager un album très bon et plutôt original malgré la voix du chanteur trop pop à la limite du Linikin Park parfois... Pas que ce soit une marque de mauvais goût mais disons que je n trouve pas que ça colle à l'ambiance général de l'album.
Passé ces 2 premiers titres, on tombe dans du prog assez moderne et je ne peux m'empêcher de penser à Katatonia notamment dans certaines intonations au chant en plus de Agalloch et Alcest (dont je ne suis pas vraiment fan) effectivement...

Pas vraiment déçu, un album plutôt bon (un peu maladroit parfois comme tu le dis notamment au chant) mais dommage que l'album entier ne soit pas à l'image des deux premiers titres. Et puis ce chant...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Falloch
Dark folk atmosphérique
2011 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7/10
Webzines : (25)  7.29/10

plus d'infos sur
Falloch
Falloch
Folk metal/Post-rock - 2010 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   We Are Gathering Dust
02.   Beyond Embers & The Earth
03.   Horizons
04.   Where We Believe
05.   The Carrying Light
06.   To Walk Amongst The Dead
07.   Solace

Durée : 52 min.

line up
parution
27 Septembre 2011

voir aussi
Falloch
Falloch
This Island, Our Funeral

2014 - Candlelight Records
  

Sabbath Assembly
A Letter of Red
Lire la chronique
Bleeding Utopia
Where The Light Comes To Die
Lire la chronique
Vananidr
Vananidr
Lire la chronique
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Ihlo
Union
Lire la chronique
Rammstein
Rammstein
Lire la chronique
Sigillum Diabolicum
Ordo Repugnant: Les maux du...
Lire la chronique
Deus Mortem
Kosmocide
Lire la chronique
Massacra
Final Holocaust
Lire la chronique
Helms Alee
Noctiluca
Lire la chronique
Mavorim
Der König Ist Tot (EP)
Lire la chronique
Helms Alee
Stillicide
Lire la chronique
Wolfkrieg
Wolvish Reign
Lire la chronique
Magic Circle
Departed Souls
Lire la chronique
Full Of Hell
Weeping Choir
Lire la chronique
Ataraxie + Dionysiaque + Mauvaise Foi
Lire le live report
Time Lurker / Cepheide
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Pissgrave
Posthumous Humiliation
Lire la chronique
Devin Townsend
Empath
Lire la chronique
Grimgotts
Dragons of the Ages
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
Elizium
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Accursed (EP)
Lire la chronique
Warkunt
Of Ruins And Agony
Lire la chronique
Vision-Conquest-Discipline European Conquest 2019
Doombringer + Mgla + Revenge
Lire le live report
Zaum
Divination
Lire la chronique
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Moloth
Reconquista
Lire la chronique
Soundgarden
King Animal
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
Coffin Rot
Coffin Rot (Démo)
Lire la chronique