chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
86 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vale Of Pnath - The Prodigal Empire

Chronique

Vale Of Pnath The Prodigal Empire
Cet été morose (météo et sorties Cds) peut désormais prendre fin. Trois années que l’on attendait l’album de Vale Of Pnath (référence à Lovecraft) ! Enregistrer un premier EP autoproduit (distribué par le label Tribunal Records plus tard) de cette qualité après le lycée laissait présager d’un futur prometteur. Une baffe sonore mélangeant le plus habilement possible metal mélodique et technique scandinave avec celui d’Amérique du Nord. L’écurie « deluxe » Willowtip Records ne s’y est pas trompée en les signant début 2010. Pourtant face à certaines obligations extra-musicales, le groupe prendra du temps à composer et subira quelques chamboulements de line-up (les départs du frontman ainsi que du batteur). Mais les compositions sont désormais fin prêtes. Comme pour l'EP, les Américains enregistreront leur galette au studio « Flatine Audio » de Dave Otero (Cephalic Carnage, Cobalt, Demonica).

A premier abord, si l’on suit la description du groupe et la liste des influences « références du genre » (Anata, Arsis, Neuraxis, Necrophagist, Decrepit Birth, Spawn Of Possession…) alliée à un côté « moderne », Vale Of Pnath pourrait figurer dans ce tas de groupes pré pubères surfant sur la vague « death technique » à la mode. Néanmoins il arrive parfois que la surprise soit de taille (Son Of Aurelius l’année dernière). Et si vous aviez écouté leur EP, comme moi, vous vous seriez jetés sur cette offrande. Je pensais d’ailleurs que les Américains allaient reprendre des titres de ce premier enregistrement (ce qui est souvent le cas pour les débuts d’un groupe), la chronique me semblait donc dispensable. Que nenni, Vale Of Pnath propose ici 9 morceaux totalement inédits. Autant vous dire de suite que les premières écoutes seront assez déroutantes voire décevantes… Le groupe de Denver monte un bon cran au dessus en termes de complexité, pondant des titres alambiqués au possible loin du côté primitif de l’EP. Le rouleau compresseur auditif que l’on retrouvait sur l’ouverture « A Witness To... » et « ...A Disoriented Blur » demeure différent cette fois (je vous rassure, l’introduction death/black velu de « Legacy Of Loss » saura vous coller au siège). Ne comptez pas vous familiariser avec les morceaux sur quelques écoutes désintéressées. Quant à pouvoir décortiquer et maîtriser chaque titre, cela devrait nécessiter quelques torsions de neurones... Les structures « barrées », une musique majoritairement « up tempo » ainsi que la pléthore de riffs techniques et d’arrangements donneront la tasse pour sûr, l’étiquette « technique » n’a pas été volée, vous en aurez pour votre argent. Les heures défilent et sans être rassasier, un certain plaisir exhale enfin, votre nuque se dénouera même (le titre éponyme ou le combo fatal « Time Of Reckoning » / « Sightless » picotent). Vous commencerez alors à retrouver la patte des guitaristes et peu à peu à dompter la bête, aidés de passages plus « aérés » (« simplistes » ?) voire progressifs et de mélodies entêtantes (l’épique et « basique » « Mental Crucifixion », le tube « Time Of Reckoning », les tremoli typiquement suédois de « Cerulean Eclipse »). Chose qui permettra de refroidir les oreilles en surchauffe et d’éviter le suppositoire de Doliprane.

Malgré une production relativement synthétique de Dave Otero (défaut qui avait suivi Martriden), la musique ne demeure pas fade pour autant, quelque chose s’y dégage. Vale Of Pnath use d’une atmosphère sombre et froide calquée sur leurs influences black metal d’Europe du Nord, confirmé sur des titres comme « Borne Extinction » (en demi-teinte) et l’interlude « Poisoned By Prosperity » (les riffs acoustiques typiquement black/death suédois) ainsi que de nombreux passages disséminés. Il reste cela dit encore pas mal de progrès à faire pour ressentir l’émotion de leurs références. Le groupe maîtrise difficilement cet aspect là, « Borne Extinction » ne fonctionne pas du tout sur moi… A affiner. En continuant dans les remarques qui fâchent, impossible pour eux de ne pas se faire attaquer par les « anti-core ». Un chant modulé, de rares passages saccadés, une production moderne (guitares midi « 8 bits » et batterie peu naturelle), ils sont jeunes… Bref le raccourci « deathcore » devrait encore jaser à tort, nous sommes ici à des années lumières de ce style. Le nouveau grogneur alterne effectivement comme son prédécesseur chant criard et guttural avec une balance penchant clairement pour ce dernier (quelques effets vocaux sont à noter). On se plaindra peut-être d’un léger manque de puissance dans les hurlements par rapport à l’EP (malgré un très bon débit). Rien d’alarmant.

L’excellence a été frôlée de peu. Pourquoi ? Un ou deux titres supplémentaires aurait été fort appréciable (un album légèrement trop court), la touche « black » gagnerait à être affûtée et puis on regrettera cette furie antérieure. Le groupe propose quelques poussées sur le point d’exploser mais reste malheureusement au final toujours sur la retenue. Vale Of Pnath joue en effet un peu trop la carte de la sécurité et du coup ne marquera peut-être pas autant qu’il le pourrait. Mais le plaisir d’écoute demeure, les compositions sont d’une richesse et d’une qualité exemplaire. Vous écouterez en boucle ce The Prodigal Empire pendant pas mal de semaines (d’ailleurs j’y retourne). Tout adepte de musique mélodique technique devrait approuver ce premier effort. Un des albums majeurs de cette année 2011.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Chri$ citer
Chri$
30/11/2011 16:35
Mitch a écrit : A noter une distribution européenne par Hammerheart Records le 9 janvier 2012 avec un nouvel artwork classieux.

Cool! Vais attendre la réédition pour l'acquérir alors...
Mitch citer
Mitch
30/11/2011 12:29
note: 8.5/10
A noter une distribution européenne par Hammerheart Records le 9 janvier 2012 avec un nouvel artwork classieux.
SwedishMetal citer
SwedishMetal
30/11/2011 02:31
note: 9.5/10
Du côlisse de bon Death! Chef d'oeuvre, accent québécois de mise!
2nd° Decapitation citer
2nd° Decapitation
18/08/2011 18:33
Excellente découverte, merci!
Willotip a une nouvelle fois signé du très lourd.
getz citer
getz
13/08/2011 19:27
note: 7.5/10
J'avais bien accroché à l'ep, j'ai precommandé celui-ci il y a un moment. ta chro me rend impatient, j'ai bien hate de poser une oreille dessus.
Mitch citer
Mitch
10/08/2011 19:11
note: 8.5/10
Ah tiens, c'est déjà ma 500ème chronique (Keyser n'est pas loin). Kühl !
supersinep citer
supersinep
10/08/2011 12:03
Putain, j'ai sérieusement l'impression d'avoir déjà entendu ça 40 000 fois. sans moi

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vale Of Pnath
Death mélodique technique
2011 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  8.36/10
Webzines : (6)  7.44/10

plus d'infos sur
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Death mélodique technique - 2006 - Etats-Unis
  

vidéos
The Prodigal Empire
The Prodigal Empire
Vale Of Pnath

Extrait de "The Prodigal Empire"
  
Sightless
Sightless
Vale Of Pnath

Extrait de "The Prodigal Empire"
  

tracklist
01.   Legacy Of Loss
02.   Mental Crucifixion
03.   Brain Butchers
04.   The Prodigal Empire
05.   Borne Extinction
06.   Poisoned By Prosperity
07.   Time Of Reckoning
08.   Sightless
09.   Cerulean Eclipse

Durée : 41:30

line up
parution
9 Août 2011

voir aussi
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Accursed (EP)

2019 - Willowtip Records
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath (EP)

2008 - Autoproduction
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
II

2016 - Willowtip Records
  

Essayez aussi
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
The Farthest Reaches

2010 - Good Fight Music
  
Expulsion
Expulsion
Wasteworld

2009 - Deepsend Records
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Creature

2009 - Victory Records
  
Arsis
Arsis
United In Regret

2006 - Willowtip Records
  
Virvum
Virvum
Illuminance

2016 - Autoproduction
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique