chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
167 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Strapping Young Lad - Strapping Young Lad

Chronique

Strapping Young Lad Strapping Young Lad
La sortie simultanée des deux derniers volets de la quadrilogie Townsendienne m’ayant, pour des raisons différentes, relativement déçu, j’ai préféré me replonger dans le back catalogue de l’illuminé Canadien avant de sortir l’artillerie lourde lors des futures chroniques de « Ghost » et « Deconstruction ». Place donc à ce « SYL » à caractère transitoire, le successeur tant attendu de « City » ayant connu les joies du stand by longue durée suite à l’éclosion de DEVIN TOWNSEND en tant qu’artiste solo (les chef d’œuvres « Terria » et « Ocean Machine ») et d’un pétage de plombs lui valant de sérieuses embrouilles avec sa maison de disques à l’époque (1998), séjour à l’hôpital psychiatrique à la clé. Il aura fallu attendre pas loin de six ans et la double sortie « Accelerated Evolution »/ « SYL » pour assouvir sa soif de riffs en fusion, de rythmiques Mach 3 et de quadruples couches de guitares/claviers/clameurs de zoo surpeuplés superposées dans tous les sens répertoriés chez l’être humain, ceux des Chevaliers du Zodiaque compris.

Et six ans, compte tenu du niveau exceptionnel atteint sur un « City » absolument hors norme à l’époque de sa sortie, c’est sacrément long, d’où un constat amer une fois apprivoisé le bestiau ; non, le coup de maître « City » ne trouve pas de véritable prolongement ici mais oui, on se trouve néanmoins en présence d’un bon album de STRAPPING YOUNG LAD. Première constatation compte tenu du télescopage des projets de l’ex chanteur de STEVE VAI, Devin a gardé ses meilleures cartouches pour le plus brutal des deux, le pénible « Accelerated Evolution » récoltant quelques rares miettes pour rééquilibrer les débats (« Suicide », une petite merveille). Toujours épaulé par un trio Hoglan/Stroud/Simon déjà fiché pour avoir humilié FEAR FACTORY sur son propre terrain de jeu (« Obsolete » portait plutôt bien son nom au final), DEVIN TOWNSEND, sans doute conscient de l’attente démesurée qui entoure la troisième offensive du bombardier SYL, a donc pris la chose très (trop ?) au sérieux. Les amateurs d’ultra violence seront donc aux anges dès les premières mesures du mur de guitares d’une « Dire » en forme d’obscur pendant à la lumineuse « Truth » (sur « Infinity »), avant une déferlante death metal très appuyée sur les trois salves suivantes ; d’emblée, si la trademark Sylienne est reconnaissable entre mille,le trop plein de pression débouche ici sur un contenu rageur voire haineux assez inédit, les attentats du 11 septembre ayant servi de source d’inspiration toute trouvée pour un Devin Townsend attendu au tournant. Ça bûcheronne sec, surtout sur la volcanique « Relentless », « Consequence » jouant le jeu du chat et de la souris sur le plan rythmique, entre metal extrême on ne peut plus sombre et envolées mélodiques nettement plus contenues que sur « City ». La production plus sèche de Townsend participe du côté abrupt de la chose, les multiples strates sonores de naguère laissant la place à un rendu plus brut de décoffrage, puissant certes, mais également plus sobre. En sonnant plus brutal que brutal et en mettant en sourdine samples et cachet industriel, STRAPPING YOUNG LAD convainc donc sans trop de peine mais transporte d’autant moins facilement son auditoire que tout paraît plus forcé qu’à l’accoutumée, moins fluide, plus réfléchi. L’immédiateté et la spontanéité en moins, l’humour potache de « Heavy As A Really Heavy Thing » carrément porté disparu, « SYL » apparaît comme un album normal, presque commun, où la dimension monolithique de « City » s’efface pour laisser place au simple principe de la sélection naturelle.

Où l’on se retrouve réduits à faire la part des choses entre l’essentiel et le plus dispensable comme une « Rape Song » qui écope sans peine du titre le plus chiant de la galette, la rampante et torturée « Bring On The Young » n’étant pas non plus une franche réussite. Pas de plus-value qualitative à attendre non plus sur une « Devour » basique et une « Last Minute » qui brasse du vent quatre minutes durant, « Aftermath » séduisant déjà bien plus avec son tempo hypnotique façon RAMMSTEIN/MINISTRY. Le chant clair si intense de Devin se fait rare, à l’exception notable de « Force Fed », sur laquelle un semblant d’émotion perce enfin l’épaisse carapace death servant de défense naturelle aux critiques à venir sur le manque d’envergure de l’ensemble. Fort heureusement, ça fonctionne du feu de Dieu sur une « Dirt Pride » jouissive qui tabasse comme jamais et apporte, paradoxalement, une touche de légèreté à ce « SYL » assez inégal, chiche en morceaux de bravoure et d’assez loin l’opus le plus faible de STRAPPING YOUNG LAD, malgré un niveau de jeu moyen toujours impressionnant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
15/08/2011 21:10
note: 7/10
donvar a écrit : Effectivement tu le dis bien, cet album est le moins bon de SYL. Un autre groupe aurait sorti le même, ce serait mieux passé.
Cette chronique se devait d’être sur Thrasho! ENFIN!


Les autres devraient suivre un jour ou l'autre, dès que j'ai un peu de temps Clin d'oeil

EDIT : Et 4000 chroniques sur le site!
donvar citer
donvar
15/08/2011 18:07
note: 7/10
Effectivement tu le dis bien, cet album est le moins bon de SYL. Un autre groupe aurait sorti le même, ce serait mieux passé.
Cette chronique se devait d’être sur Thrasho! ENFIN!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Strapping Young Lad
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (8)  7.19/10
Webzines : (7)  8.36/10

plus d'infos sur
Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
Metal Townsendien - 1994 † 2007 - Canada
  

écoutez
tracklist
01.  Dire
02.  Consequence
03.  Relentless
04.  Rape Song
05.  Aftermath
06.  Devour
07.  Last Minute
08.  Force Fed
09.  Dirt Pride
10.  Bring on the Young

Durée : 39:01

line up
voir aussi
Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
The New Black

2006 - Century Media Records
  
Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
City

1997 - Century Media Records
  
Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
Alien

2005 - Century Media Records
  

Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique