chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Morta Skuld - Through The Eyes Of Death

Chronique

Morta Skuld Through The Eyes Of Death (Compil.)
Morta Skuld ou un groupe resté dans l'anonymat sans pour autant avoir démérité. Actif de 1990 à 1997 avant que ses membres ne changent de nom pour MS2 et jouent du metal trendy, Morta Skuld n'a pas marqué l'histoire malgré quatre full-length, un split avec Vital Remains et deux démos. Moi-même, je ne connais les Américains que de façon superficielle par le biais de leur premier album, le pourtant sympathique Dying Remains. Il faut dire que le death metal du combo n'était pas tout à fait ce qui se faisait de mieux à l'époque. L'isolation géographique n'a pas dû aider non plus (de Milwaukee, Wisconsin, il n'y a que Accidental Suicide qui me vienne à l'esprit). Mais le death old-school étant à la mode, les rééditions de vieilleries, reconnues ou non, pleuvent et Relapse Records n'est pas le dernier à sortir sa pioche (merci pour Convulse d'ailleurs). Voilà donc les deux démos de 1990, Gory Departure et Prolong The Agony, déterrées, assemblées et emballées dans une belle pochette de Travis Smith sous le nom de Through The Eyes Of Death.

Alors, exhumation utile ou non? Utile, pas forcément mais intéressante, plutôt, oui! Certes Morta Skuld n'évolue pas dans les même sphères que les poids lourds de l'époque mais son death metal pur et dur devrait en attirer plus d'un. Un death metal assez typique de la scène de la côte est des États-Unis du début des années 1990 d'ailleurs, dans l'esprit d'un Baphomet, d'un Obituary voire d'un Morpheus Descends. On a donc affaire à un death metal sombre, primitif et non dénué de groove (basse!), entre influences thrashy (du tchouka-tchouka!) et mid-tempos lourds et gras qui se taillent la part du lion. N'y cherchez donc pas de la brutalité à tout va, ici le rythme reste relativement pépère (un peu trop pour moi d'ailleurs). Quelques brefs blasts-beats apparaissent toutefois sur "Eternal Suffering", pas pour me déplaire! Ce qui nous donne des compos simples et efficaces, avec pas mal de bons riffs, ainsi que quelques solos et leads afin d'apporter un peu de mélodie et d'ambiance ("Gory Departure", "Preacher Of Lies", "Prolong The Agony", "...Of Evil", etc.). En parlant d'ambiance, elle est bien là et pour en ré-injecter une dose, Morta Skuld utilise quelques samples blasphématoires (l'exorcisme de la nouvelle "Intro", le prêtre de "Preacher Of Lies", l'interlude menaçant "Through The Eyes Of Death"...), sans en abuser.

Même année de sortie oblige, les deux démos s'avèrent similaires et bénéficient chacune d'une production excellente pour l'époque (le son a peut-être été retouché toutefois), ni trop raw, ni trop aseptisée, signée Eric Greif, ancien manager de Death. La deuxième, Prolong The Agony, se fait cependant un peu plus développée et ambiancée avec des titres légèrement plus longs et plus variés où les rythmiques mid voire down-tempo sont plus présentes. Le chant de Dave Gregor y prend des intonations moins growlées que sur Gory Departure, plus arrachées. L'évolution reste cependant limitée, ce qui donne à Through The Eyes Of Death une homogénéité peu fréquente pour une compilation où l'on est plus habitué à passer du coq à l'âne en matière de composition et de production. Du coup, Through The Eyes Of Death aurait presque des allures d'album à part entière. Ce n'est pas le morceau bonus "Eternal Suffering", tiré d'on ne sait où, qui me contredira puisqu'il navigue dans les mêmes eaux troubles que les autres, à part les traces de blasts. La vraie surprise par contre, c'est la cover de "Metal Church" qui clôt l'opus. Un des meilleurs morceaux de Metal Church avec un groove de dingue et un riffing hors-norme repris à la sauce death metal. J'aurais cependant préféré que le combo de Milwaukee en mette plus de sauce, plutôt que de jouer note pour note à pratiquement la même vitesse en se contentant de growler par-dessus. Mais de toute façon, rien ne remplacera la voix magique du regretté David Wayne. Le titre reste en tout cas jouissif (rha cette intro!).

Bonne idée que d'avoir compilé les deux premières démos de cette formation obscure. Through The Eyes Of Death va ainsi permettre à un large public de découvrir un groupe pas indispensable mais sympathique. Certes, Morta Skuld reste un second couteau et son death metal manque de ce génie qui caractérisait les gros de l'époque. Cela n'empêche toutefois pas d'apprécier cette compilation qui comporte tout de même quelques petites tueries ("Sacrificial Rite", "Gory Departure, "Feast From Within", "...Of Evil") et qui ne fera pas tâche dans votre discothèque, rien que pour la collection. Du bon death metal, ni plus, ni moins.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Morta Skuld
Death Metal
2011 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 3.25/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (5)  3.35/5

plus d'infos sur
Morta Skuld
Morta Skuld
Death Metal - 1990 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro
02.   Sacrificial Rite
03.   Gory Departure
04.   Preacher Of Lies
05.   Senseless Killing
06.   Through the Eyes Of Death
07.   Feast From Within
08.   Prolong the Agony
09.   ...Of Evil
10.   Eternal Suffering
11.   Metal Church (Metal Church cover)

Durée : 37'02

line up
parution
5 Juillet 2011

Essayez plutôt
The Crown
The Crown
Death is not Dead

2015 - Century Media Records
  
Horrendous
Horrendous
Anareta

2015 - Dark Descent Records
  
Father Befouled
Father Befouled
Desolate Gods

2017 - Dark Descent Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Butchered at Birth

1991 - Metal Blade Records
  
Agon
Agon
Violence Procreation

2008 - Autoproduction
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique