chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Criminal - Akelarre

Chronique

Criminal Akelarre
Déjà le septième album pour les Anglo-Chiliens de Criminal qui, mine de rien, commencent à avoir une discographie sacrément remplie. Rien d'étonnant après tout, le groupe d'Anton Reisenegger ayant vu le jour il y a 20 ans! Les malfaiteurs font ainsi presque figure de vieux briscards malgré un relatif anonymat, le groupe étant rarement cité dans les conversations malgré trois albums chez les poids lourds de Metal Blade. Deuxième opus chez Massacre Records, Akelarre marque un énième changement dans l'histoire mouvementée du gang. Formés d'abord au Chili, puis délocalisés en Angleterre, les repris de justice vivent désormais au Pays-Basque espagnol, terre d'accueil parfaite pour un tel patronyme. Autre changement important, exit le guitariste Rodrigo Contreras, remplacé par le basque Omar Cascallar. Le frontman Anton Reisenegger se pose donc en dernier survivant du line-up d'origine. L'accent euskarien se précise encore un peu plus avec le titre de l'album qui renvoie au sabbat des sorcières. Musicalement par contre, pas de révolution en vue.

Akelarre reste en effet proche de l'attentat précédent, White Hell. Pas forcément une mauvaise nouvelle puisque celui-ci redressait la barre après un Sicario mou de la bite. Mais je regrette toujours le son plus extrême de Criminal sur No Gods No Masters, album avec lequel j'avais découvert le combo. D'un thrash/death acide, la bande de l'ex-Pentagram est ainsi passée à un thrash moderne aux accents encore vaguement death puis à un thrash toujours moderne mais limite power. Bref, de moins en moins de death, tant pis! Akelarre confirme cet état de fait puisque seul "Vows Of Silence" comporte des blast-beats. Un très bon titre d'ailleurs, qui s'ouvre sur une belle lead mélodique qui part ensuite en blasts sur un tremolo sympathique. Dommage qu'il n'y ait pas davantage de passages de la sorte! Ce nouveau full-length, le septième, a cela dit d'autres qualités. À commencer par une production puissante et moderne sans sonner plastique qui colle bien au style. Ensuite, ce sont les guitaristes qui font parler la poudre. D'abord rythmiquement puisque la formation enchaîne les bons riffs, tantôt thrashy et rapides, tantôt plus power, mid-tempo et headbangants, les deux types se complétant parfaitement pour une efficacité et un groove indéniables qui doivent encore un peu à la vieille école. Puis niveau lead avec dans chaque morceau un solo mélodique, bien construit et long qui prouve le feeling intéressant des gratteux ("Order From Chaos", "State Of Siege ", "Tyrannicide", "Feel The Void", "Vows Of Silence", "La Santa Muerte" pour les plus marquants). Le départ de Contreras est ainsi bien compensé par Cascallar et ne se fait pas du tout sentir. Aspect moderne oblige, on croise aussi quelques séquences saccadées mais rien d'agaçant puisque Criminal arrive à les rendre correctes avec soit du bon riffing, soit quelques chose par-dessus comme ce tremolo sombre sur "Tyrannicide" à 3'40. Tout ceci nous donne des morceaux calibrés de quatre minutes (sauf bizarrement le title-track "Akelarre", brûlot hargneux presque grind de deux minutes plus simple et extrême que les autres) aux structures classiques couplet/pré-refrain/refrain répétées avec le solo en plus. Assez prévisible du coup, même si quelques surprises parsèment l'œuvre comme le retour de quelques touches de claviers à 2'22 sur "State Of Siege" (pas terribles malheureusement) ou le break calme du Sepulturesque "Resistance Is Futile" à 2'28 (bien mieux), surtout que les riffs restent toujours dans le même registre. Par chance, ils contiennent à peu près tous des traces de mélodies pour conserver un intérêt sur le long terme. Pas suffisant toutefois pour que notre attention ne diminue pas au fil des minutes après un départ canon. Le seul à tenir la distance reste Anton Reisenegger. L'ex-Pentagram et actuel Lock Up, fidèle à son habitude, incarne la dernière touche extrême de Criminal de par son timbre écorché et rugueux. Dommage qu'il ne parle espagnol que sur le titre final "La Santa Muerte" tant cette langue se marie parfaitement avec ses vocaux arrachés.

Efficace, dynamique, énergique, encore relativement violent, ce nouvel opus de Criminal fait le boulot en proposant à la fois de bons riffs thrashy casse-nuques et des séquences solos mélodiques bien pensées. Le tout porté par un Reisenegger qui n'a rien perdu de sa rage. Très bon aux premières écoutes, Akelarre perd toutefois de son éclat par la suite pour se ranger dans les albums très corrects mais qu'on n'aura pas forcément envie de ressortir. L'album conserve cependant un bon potentiel et devrait contenter le public ciblé. Et entre nous, je garde toujours une affection particulière pour Criminal, qui, s'il ne sera jamais un cador, est un des premiers groupes pas très connus que j'ai découverts par moi-même et chroniqués au début de mon aventure avec Thrasho. Rien que pour ça, je continuerai à les suivre, où qu'ils aillent!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Criminal
Thrash Moderne
2011 - Massacre Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (14)  7.49/10

plus d'infos sur
Criminal
Criminal
Thrash Moderne - 1991 - Chili
  

vidéos
The Ghost We Summoned
The Ghost We Summoned
Criminal

Extrait de "Akelarre"
  

tracklist
01.   Order From Chaos
02.   Resistance Is Futile
03.   The Ghost We Summoned
04.   Akelarre
05.   State Of Siege
06.   Tyrannicide
07.   Feel The Void
08.   The Power Of The Dog
09.   Vows Of Silence
10.   La Santa Muerte

Durée : 41'24

line up
parution
19 Août 2011

voir aussi
Criminal
Criminal
No Gods No Masters

2004 - Metal Blade Records
  
Criminal
Criminal
White Hell

2009 - Massacre Records
  
Criminal
Criminal
Sicario

2005 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Grip Inc.
Grip Inc.
Solidify

1999 - Steamhammer Records (SPV)
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
Lyzanxia
Lyzanxia
Mindcrimes

2003 - Autoproduction
  
Voice Of Ruin
Voice Of Ruin
Purge And Purify

2017 - Tenacity Music
  
Mencea
Mencea
Dark Matter Energy Noir

2008 - Indie Recordings
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique