chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nightrage - Insidious

Chronique

Nightrage Insidious
Sorti de nulle part, Wearing A Martyr's Crown avait été une plutôt une bonne surprise de mon côté, je n’attendais pas grand-chose de la part de Nightrage après la douche froide « mainstream » A New Disease Is Born. Le remaniement complet (et jeune) de line-up aura clairement permis de rebooster le groupe (seul papy Marios restant à la barre). Pour leur cinquième album Insidious, le groupe suédois (aux racines grecques) aguichera ses auditeurs en annonçant la présence d’invités de marque. Et pas des moindres : Tomas Lindberg (besoin de présenter le rouquin barbu ?), Gus G (Firewind, Ozzy Osbourne), Tom S. Englund (Evergrey), Fredrik Nordström (au mixage ici)… Ceux vénérant l’ensoleillé Sweet Vengeance (impossible de détacher cet album de la canicule de l’été 2003) verseront inexorablement une larme. Et oui, il s’agit ni plus ni moins des « stars » qui y auront figurées (seul Per M. Jensen de The Haunted manque à l’appel) ! A ça s’ajoute les deux chanteurs Grecs Apollo Papathanasio (Firewind) ainsi que John K. (Biomechanical). Plus qu’alléchant.

Reprenez son prédécesseur Wearing A Martyr's Crown, enlevez-lui donc ses quelques longueurs et vous aurez un aperçu assez concret d’Insidious. Encore une fois et je ne m’étendrai pas dessus, on se retrouve avec l’archétype même du death mélodique « from Gothenburg » : salves de riffs mélodiques, passages « directs », breaks acoustiques, soli heavy et refrains simplistes imparables… Vu et (re)revu mais toujours aussi efficace. L’association de deux chants (voire trois sur certains morceaux) ne pourra qu’émoustiller l’auditeur (le refrain de « This World Is Coming To An End » à hurler dans la rue, le maestro Tompa est à vénérer) et accentuera le dynamisme de l’album. Un dynamisme qui manquait parfois à Wearing A Martyr's Crown aussi bien dans les compositions que dans les hurlements, le père Antony ayant un spectre vocal assez limité... Malgré tout, la présence des invités reste au final assez discrète et c’est bien dommage, les quelques percées (anecdotiques) de Tom S. Englund nous renvoyant avec émotion en 2003. On en redemande. Nightrage gomme ainsi ses passages à rallonge pour titiller notre oreille le plus souvent possible. Dans ses cartons, une quantité ahurissante de mélodies chaudes enivrantes (à écouter évidemment en voiture sur le chemin de la plage), du titre d’ouverture « Delirium Of The Fallen » en passant par l’épique « Sham Piety », « Cloaked In Wolf Skin », « Utmost End Of Pain » ou encore « Poisoned Pawn ». Ajoutez à ceci des « battle » de soli de « guitar hero » sur chaque titre (ah ce « Poisoned Pawn » !) entre Marios, Olof et Gus G pour une surcharge jouissive de mélodies. Nightrage propose tout simplement l’album le plus « catchy » de sa discographie, l’étiquette « death mélodique » prend ici tout son sens. Néanmoins comme à chaque galette, à côté de ce stock impressionnant de riffs entêtants, viendront se coller ces passages « rentre dedans » aux accents thrash pour prouver un tant soit peu la masculinité du groupe (le titre éponyme et « Cloaked In Wolf Skin » en tête). On regrettera d’ailleurs un jeu de batterie plutôt riche et pêchu mais sous-mixé au profit des guitares (artères principales de Nightrage), Insidious aurait pu gagner en intensité. Le problème c’est que ces moments plus « velus » sont assez inégaux voire carrément pauvres pour certains (« Wrapped In Deceitful Dreams ») et créeront quelques baisses de régime crispantes (53 minutes à tenir tout de même). Le coup de fouet « in extremis » se traduisant par une mélodie, un solo ou un « guest de luxe » en juxtaposition.

En ces temps aseptisés, rares sont les groupes à délivrer du death mélodique « old school » (comprendre sans claviers et refrains FM) de qualité. Evidemment Nightrage ne marquera pas les esprits, nous pondant un énième album du style sans aucune prise de risque… Sauf qu’Insidious reste des plus efficaces. Une cargaison de mélodies méditerranéennes et des invités « stars » qui auront assurément le dernier mot. Impossible de ne pas repenser à Sweet Vengeance. Même constat donc que pour Wearing A Martyr's Crown, moins de déchets et quelques expérimentations devraient suffire à ce que Nightrage s’impose d’avantage.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
02/02/2015 22:55
note: 8/10
J'ai peut-être jugé un peu trop sévèrement cet album. Il possède son lot de tueries quand même (Poignant Memories putain !!!!!!)
A réécouter rapidement !
NightSoul citer
NightSoul
06/10/2011 09:54
note: 8/10
Un très bon album mais je sais pas... Je trouve ça super lisse en fait. C'est du mélodeath de haute volée assurément. Rien à redire à la prod' non plus. Non c'est bien foutu c'est clair mais un peu comme Thomas Johansson, j'accroche moins...
Je vais insister on verra bien.
korbendallas citer
korbendallas
23/09/2011 10:33
Nightrage, ça reste pour moi "Sweet vengeance" et surtout un "Descent into Chaos" atomique ... certainement l'effet Tompa !!! La suite est plus anecdotique !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
19/09/2011 20:22
Ecouté ce matin et comme le précédent, ça ne m'a pas transcendé malgré le côté revival de "Sweet Vengeance". Trop classique sans doute, je ne retrouve pas le côté accrocheur des trois premiers albums.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nightrage
Death mélodique
2011 - Lifeforce Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (26)  7.14/10

plus d'infos sur
Nightrage
Nightrage
Death mélodique - 2000 - Suède
  

vidéos
Delirium of the Fallen
Delirium of the Fallen
Nightrage

Extrait de "Insidious"
  

tracklist
01.   So far Away (Intro)
02.   Delirium of the Fallen
03.   Insidious
04.   Wrapped in Deceitful Dreams
05.   Hate Turns Black
06.   Sham Piety
07.   Cloaked in Wolf Skin
08.   This World is Coming to an End
09.   Utmost Ends of Pain
10.   Poignant Memories
11.   Hush of Night
12.   Poisoned Pawn
13.   Solar Eclipse (Prelude)
14.   Solar Corona
15.   Emblem of light (Outro)

Durée : 53:09

line up
parution
26 Septembre 2011

voir aussi
Nightrage
Nightrage
Wearing A Martyr's Crown

2009 - Lifeforce Records
  
Nightrage
Nightrage
Descent Into Chaos

2005 - Century Media Records
  
Nightrage
Nightrage
The Puritan

2015 - Despotz Records
  
Nightrage
Nightrage
The Venomous

2017 - Despotz Records
  
Nightrage
Nightrage
Sweet Vengeance

2003 - Century Media Records
  

Essayez aussi
A Canorous Quintet
A Canorous Quintet
The Only Pure Hate

1998 - No Fashion Records
  
Black Sun Aeon
Black Sun Aeon
Routa

2010 - Cyclone Empire Records
  
Darkane
Darkane
Demonic Art

2008 - Massacre Records
  
Noumena
Noumena
Anatomy Of Life

2006 - Spikefarm Records
  
Violation
Violation
Beyond The Graves

1998 - Last Episode
  

Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique