chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Beyond Creation - The Aura

Chronique

Beyond Creation The Aura
S’il est bien une région qui, doucement mais sûrement, est en train de voir naître en son sein une des écoles les plus prestigieuses en matière de death technique et progressif, il s’agit bien du Québec. Elle se précise peu à peu à grands coups de tours de force minutieusement composés, d’autant plus éclatants qu’ils créent toujours la surprise de par leur éclectisme sans limites et leur inspiration débordante dans ce tsunami permanent de sorties. Il semblerait bel et bien que l’empreinte laissée par les grands qu’ont été en leur temps Pestilence, Gorguts ou encore Obliveon semble aujourd’hui plus que jamais couler dans les veines de la nouvelle génération. Ayant notamment pour chefs de file des groupes tels que Quo Vadis ou Augury, qui sont d’ores et déjà inscrits au panthéon du genre, cette mouvance locale se doit désormais d’accueillir un nouveau prétendant, propageant avec le même talent que ses aînés ce death incontestablement personnel et pourtant propre à cette scène de par sa folie, sa technicité et cette complexité dans l’art de la composition en tout point désarmante. C’est donc avec une assurance presque infaillible que je compte désormais Beyond Creation parmi les valeurs sûres de cette sphère hautement périlleuse et compétitive. A vrai dire, je ne pense pas qu’il aurait pu être un meilleur album pour me remettre sur les rails de l’écriture et je vous prie, lecteurs, de vous attendre à quelque de chose de grand car je suis intimement persuadé que nous tenons là un des plus grands disques de l’année en la matière.

Admirablement mis en valeur par l’artwork soigné et approprié du talentueux Marco Hasmann, une seconde information vient également augmenter l’attrait avant même l’ouverture du boîtier puisque le quatuor compte en ses rangs le prestigieux bassiste Dominic Lapointe - respectivement intérimaire et malheureusement ex-membre des mêmes Quo Vadis et Augury entre autres - presque porteur à lui seul d’un des charmes particulier de cette scène. S’il s’agit donc ici d’un tout premier méfait, le bien nommé The Aura, il faut toutefois prendre en compte le fait que le groupe n’en est pas pour autant à son premier gallot d’essai puisque six ans séparent déjà cette entrée dans la cours des grands et l’association du guitariste-chanteur Simon Girard, du batteur Guyot Begin-Benoit et du célèbre bassiste. Si un second guitariste en la personne de Kévin Chartré vient compléter le line-up, il faudra toutefois attendre 2010 pour qu’une première démo voie le jour, la faute probablement aux projets parallèles de certains et aux chamboulements engendrés par l’arrivée tardive d’autres. S’en suit enfin un passage sous les machines de Christian Donaldson qui réalise ici un travail de maître que bien peu parviennent à atteindre tout en gardant un son aussi naturel ainsi qu’un contrat avec le très modeste label PRC Music et nous voilà arrivé au moment de rentrer dans le vif du sujet, ô combien satisfaisant et prometteur d’un grand avenir.

Sautant la case introduction par un bref martelage de fûts, le quatuor entame sans plus attendre le plat de résistance et vient décontenancer dès les premières secondes l’auditeur sous un raz-de-marée de notes aussi polyphoniques que cohérentes entre elles. « No Request For The Corrupted » installe sans délicatesse un rythme infernal qui ne se calmera qu’en de rares mais judicieuses occasions, ainsi les riffs s’enchaînent et s’entremêlent avec une fluidité déconcertante, dosant savamment parties d’une brutalité sans fioritures et enchevêtrements de leads d’une complexité de haut vol. Jamais loin, la basse fretless de Forest au doigté reconnaissable entre mille est en perpétuelle agitation et s’autorise quelques sorties sur le devant du mix que beaucoup sauront apprécier tandis que le batteur pose avec une constance et une technicité déboussolantes les bases imparables de ce déluge d’informations sonores qui ne finit pas de se révéler à mesure des écoutes. Ne perdant jamais le fil au long de ces structures à multiple tiroirs, le groupe parvient à conserver à chaque instant sa ligne de conduite, alliant avec dextérité plans d’une violence pure et cette finesse si difficile à préserver à un tel niveau de jeu comme le démontre le magistral pont central de "Coexistence" qui, après dix minutes d’une densité extrême vient adoucir le climat et permettre un solo de basse comme on rêverait d’en voir plus souvent. Du riffing entêtant du court "Chromatic Horizon" à la fusion totale du couple guitares / basse sur "Omnipresent Percreption", Beyond Creation à indéniablement trouvé son champ d’action et fait preuve à tout instant d’un talent de composition hors pair qui fait passer ces cinquante-quatre minutes à la vitesse d’une triple croche. Les vocaux plus conventionnels de Simon Girard seraient le seul point négatif qui viendrait réellement affecter ce paysage idylliquement infernal qui, comme bien souvent dans ce style apportent une certaine lourdeur à une musique qu’on aurait peut-être préféré uniquement instrumentale. Cependant un final de la race de celui du titre éponyme, enivrant au possible, et une interlude aussi subtile que "Elevation Path" ne peuvent qu’excuser ce genre de défaut, d’autant plus si le coup fatal est de la trempe de "The Deported", incroyable morceau de onze minutes plus courtes que jamais où les quatre musiciens déversent avec générosité tout le talent et la virtuosité qu’il leur reste après un déballage de cette intensité et de ce niveau.

L’image d’un groupe retrouvant enfin ses instruments après une trop longue séparation ne quitte jamais tout à fait l’esprit tant la vitalité et le mouvement perpétuel sont omniprésent, tant les idées affluent par poignées à tout moment. Beyond Creation signe définitivement ici une entrée en la matière d’une très grande classe qui tire d’autant plus sa carte du jeu que la plupart des mastodontes de la scène extrême ont actuellement la fâcheuse tendance à s’enfoncer six pieds sous terre tandis que les quelques dernières grosses attentes de l’année mettent une éternité à voir le jour. La plus grande révélation de ce premier semestre pour ma part et un achat quasi indispensable pour tout amateur de ce genre qui se respecte. Grand vous dis-je !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Skkorp citer
Skkorp
14/10/2013 20:28
note: 9.5/10
TOP. Beyond Création s'éclatent avec de long passages instrumentaux et technique (ah si spawn of possession pouvait si mettre un peu plus). Et quand ces passages sont parfaitement intégré à un death brutal, à de nombreux changement de rythme et le tout est au service de bonnes mélodies. je dis TOP.
Deathcrumble citer
Deathcrumble
29/05/2013 13:30
note: 9.5/10
Album extraordinaire, tout ce que j'aime dans le tech-death réuni en un skeud. Un des groupes qui fait avancer le genre (je parle pour moi évidemment).
Invité citer
Ywen
21/04/2012 11:07
Darkmorue a écrit : Pfffff... Pas convaincu pour ma part, et c'est pas faute d'avoir essayé, du sous-Augury qui reprend les gimmicks de Gorod avec une batterie de trisomique olympique. Cool mais surestimé.

Bon, ma kro-express:
http://metal.nightfall.fr/index.php?idchoix=9351&krox=2284


^^ Pas un tout petit peu intégriste sur les bords, non ?
Keyser citer
Keyser
07/09/2011 10:44
Ander a écrit : Keyser a écrit : Pas fan non plus mais c'est loin d'être mon genre de death préféré...

Tu kiff plus Obscura?


Si mais c'est un des rares que j'apprécie.
Ander citer
Ander
07/09/2011 09:37
Keyser a écrit : Pas fan non plus mais c'est loin d'être mon genre de death préféré...

Tu kiff plus Obscura?
Keyser citer
Keyser
07/09/2011 08:42
Pas fan non plus mais c'est loin d'être mon genre de death préféré...
von_yaourt citer
von_yaourt
06/09/2011 20:14
note: 6.5/10
D'habitude je suis fan des groupes de Forest mais celui là m'a paru d'une fadeur abyssale. Pas que ce soit mauvais mais c'est terriblement plat. Le Québec a fait cent fois mieux que ça.
Invité citer
Darkmorue
06/09/2011 18:46
Pfffff... Pas convaincu pour ma part, et c'est pas faute d'avoir essayé, du sous-Augury qui reprend les gimmicks de Gorod avec une batterie de trisomique olympique. Cool mais surestimé.

Bon, ma kro-express:
http://metal.nightfall.fr/index.php?idchoix=9351&krox=2284

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Beyond Creation
Death technique / progressif
2011 - PRC Music
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (21)  8.64/10
Webzines : (19)  8.57/10

plus d'infos sur
Beyond Creation
Beyond Creation
Progressive / Technical Death Metal - 2005 - Canada
  

tracklist
01.   No Request For The Corrupted
02.   Coexistence
03.   Chromatic Horizon
04.   Omnipresent Perception
05.   Injustice Revealed
06.   Le Détenteur
07.   The Aura
08.   Social Disability
09.   Elevation Path
10.   The Deported

Durée : 52:40

line up
parution
19 Avril 2011

voir aussi
Beyond Creation
Beyond Creation
Algorythm

2018 - Season Of Mist
  
Beyond Creation
Beyond Creation
Earthborn Evolution

2014 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Allegaeon
Allegaeon
Apoptosis

2019 - Metal Blade Records
  
Augury
Augury
Fragmentary Evidence

2009 - Nuclear Blast Records
  
Symbyosis
Symbyosis
On the Wings of Phoenix

2005 - Hidden Association
  
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
Under A Western Sun

2014 - Autoproduction
  
Crypt Of Kerberos
Crypt Of Kerberos
World Of Myths

1993 - Adipocere Records
  

Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique