chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
132 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Battlecross - Pursuit Of Honor

Chronique

Battlecross Pursuit Of Honor
Dès les premières mesures de “Pursuit Of Honor”, on pense tenir un énième rejeton de la scène death/thrash mélo scandinave mais les patronymes à consonance nordique n’étant pas de la partie, un petit détour sur le site Metalblade nous renseigne sur la véritable patrie à défendre sur ce 1er full length : bien que ça ne saute vraiment pas aux oreilles, les petits gars de BATTLECROSS nous viennent du pays de l’Oncle Sam et une écoute distraite nous confirme bien vite que le rayonnement de formations comme CHILDREN OF BODOM ou SOILWORK (période « The Chaintheart Machine ») ne s’est pas limité à l’Europe.

Le parcours du combattant des Américains avant d’atterrir chez une grosse écurie n’ayant rien de foncièrement original – Best Unsigned Metal Band 2008 chez feu Myspace, pour la petite histoire – pointons d’office les défauts dans cuirasse d’un premier sang somme toute fort honorable ; le chant de Kyle « Gumby » Gunther, qui oscille entre growls communs et gueulantes criardes façon Alexis Laihio, n’a rien d’exceptionnel et on peut en dire à peu près autant du batteur Mike Kreger, abusivement qualifié de machine de guerre dans un discours promo présentant comme d’habitude le moindre de ses poulains comme la nouvelle sensation à côté de laquelle vous ne voudriez passer sous aucun prétexte ! La prétendue originalité du combo de Detroit n’étant bien sûr pas de mise (des riffs death/thrash mélo ayant séjourné un peu trop longtemps au fond du micro-ondes), concentrons nous sur l’exécution et là, reconnaissons sans trop de peine que BATTLECROSS marque des points dans la catégorie newbies à potentiel qui pourront peut être peser dans le futur.

Le rythme de l’opus déjà, singulièrement élevé, fait passer la pilule du manque de personnalité de l’ensemble en garantissant une efficacité de tous les instants ; très peu de temps morts ou d’occasions de souffler, BATTLECROSS déroule son thrash death à solis avec la pression d’un pilote remplaçant prié de sauver les meubles après que le number one du baquet ait fini sa carrière entre quatre planches. Du riffing thrash velu, du up tempo en veux-tu en voilà (et même quelques blast-beats sur l’explosive « Deception »), des incursions lead héroïques sur une « Misery » à célébrer le poing dressé vers des cieux propices au déluge de solis, le duo Tony Asta/Hiran Deraniyagala ayant pas mal d’atouts à faire valoir dans des manches de grattes vraiment mises à contribution. Petit feeling old school appréciable avec la traditionnelle intro/outro mélodique à la TESTAMENT, « Pursuit Of Honor » ne souffrant par ailleurs aucune disparité entre les neuf titres qui le composent, tous aussi incisifs les uns que les autres. Bien entendu, l’aspect chair à canon d’une rondelle débarquant quelques années après la bataille pourra en rebuter certains mais l’absence de production bodybuildée ainsi que le côté outsider ralliant le front le couteau entre les dents fera quelques adeptes, à n’en pas douter. D’autant qu’avec ce genre de groupes au niveau technique au dessus de la moyenne, on n’est jamais à l’abri d’une très bonne surprise d’ici un ou deux albums. Pas de médaille donc, mais permission accordée soldat!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

donvar citer
donvar
28/05/2015 10:17
note: 8/10
ça envoie quand même salement !
Le dernier est nettement moins bon. A moins que ce soit l'effet de surprise qui ait disparu...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Battlecross
Death thrash mélodique
2011 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (16)  7.58/10

plus d'infos sur
Battlecross
Battlecross
Death thrash mélodique - 2003 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Pursuit of Honor
02.  Push Pull Destroy
03.  Kaleb
04.  Deception
05.  Man of Stone
06.  Breaking You
07.  Rupture
08.  Leech
09.  Better Off Dead
10.  Misery
11.  Foreshadowing

Durée : 36:22

line up
parution
2 Août 2011

Essayez aussi
Obdurated
Obdurated
Living In Failure

2005 - Autoproduction
  
Darkane
Darkane
Layers Of Lies

2005 - Nuclear Blast Records
  
Impious
Impious
Holy Murder Masquerade

2007 - Metal Blade Records
  
Centinex
Centinex
Decadence
(Prophecies Of Cosmic Chaos)

2004 - Candlelight Records
  
Revocation
Revocation
Chaos Of Forms

2011 - Relapse Records
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique