chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
140 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Rosetta - The Galilean Satellites

Chronique

Rosetta The Galilean Satellites
Alors que le post hardcore n’a plus le panache ou l’intérêt qu’on lui portait il y a encore quelques années/mois, les anciens admirateurs préférant se la jouer norvégien en casquette-doudoune ou pédant façon « Le post hardcore ? J’adore Fugazi huhu », il est bon de se souvenir de The Galilean Satellites. Sorti à une époque où se réclamer de Neurosis et Isis n’était pas synonyme de bâillement mais profession de foi, le premier essai de Rosetta se voulait un hommage à ces chefs de file : à la bande d’Aaron Turner, il emprunte les progressions lointaines et modernes et Neurosis, la construction d’un double-album dont les moitiés peuvent être lues en même temps à la manière de Times Of Grace et Grace.

Seulement l’incroyable se produisit (ben oui, sinon je ne perdrais pas mon temps à vous en parler et chroniquerais des choses plus importantes et novatrices comme le dernier A Storm Of Light (non je déconne, Josh Graham est toujours aussi plat)) : en assumant totalement l’aspect « Worship » de sa démarche, Rosetta réussit à créer une œuvre qui ne rappelle que peu l’un ou l’autre puis finit par s’imposer seule grâce à une spontanéité et une rage qu’on retrouve difficilement dans ce style d'habitude porté sur le lénifiant. D’ailleurs, l’entité plaisante elle-même lors d’interview sur sa tendance à la procrastination, préférant improviser et finaliser ses morceaux à la dernière minute ! Ce défaut devient chez elle une qualité car derrière la complexité se trouve une fraicheur faisant qu’elle touche là où il faut malgré une propension au gargantuesque ne connaissant que les durées à quatre chiffres. Ce feeling constant se présente dés « Départe » et sa ligne de basse groovy, l’impression d’assister à un jam dans l’espace ne nous quittant jamais. Mieux, il transmet un ressenti parcouru par la joie d’écouter un groupe arrivant à transformer l’atmosphérique en exutoire, à l’image des cris sur tremolo de « Absent ». Bien que chaque titre se base sur un pattern se diluant au fur et à mesure dans l’Earthless, la production valorisant les toms et la basse, un Armine hurlant d’une manière unilatéralement douloureuse pour lui et intense pour nous ainsi qu’une symbiose à rapprocher d’une répét’ transcendée rendent la musique figeante, l’apaisement offert provenant d’une baffe qui calme plutôt qu’une redondance dont on évite ici les travers. The Galilean Satellites ne répète jamais inutilement et varie ses mélodies à chaque instant, se délitant sans virer inconsistant (la pause « Itinérant » où l'aérien se mêle judicieusement à l'abrasif par un contraste entre claviers et distorsions situées en arrière-fond).

Tout le monde a cherché dans l’enchainement « boue/nuage » une raison d’être sans se rendre compte qu’une caractéristique martelée devient rapidement un cliché : Rosetta va plus loin dans l’ambivalence, créant un post hargneux et épique (mais non dénué de finesse) et son pendant éthéré en laissant de côté toute retenue, l’équilibre sous l’égide du décomplexé. Ce versant bruitiste prolonge les compositions précédentes en y apportant une noirceur différente, gonflée d’azote où le cerveau asphyxié entraine un doux délire avant la mort. Conçus à partir de chutes studio de ces dernières, ses entrelacs de couches ont été retravaillés et harmonisés afin de devenir un seul bloc. Le jeu sur les volumes, une guitare pouvant passée du premier plan à une nappe ou la voix surgir puis se développer en volute, renforce l’aspect rituel de The Galilean Satellites, même si cette expérimentation a tendance à se ranger dans la catégorie des musiques de fond (comme la majorité des disques ambiant finalement).

Aucune lassitude ne se dessine à l’horizon et avec deux disques en créant un troisième, on peut ajouter que The Galilean Satellites est d’une rare profondeur, les deux parties mises ensemble offrant un voyage mettant une lumière nouvelle sur chaque chapitre. C’est en lui que je retrouve ce qui me plait tant chez Rosetta, au point qu’il a souvent mes faveurs au détriment d’un Cult Of Luna (et oui !). Non pas cette ambiance spatiale « Isis fait du Yob » – qui suffit cependant à le rendre unique – ou les ambitions se cachant derrière sa fan-attitude, celles-ci m’assoupissant sur Wake/Lift, mais cette envie d’instantané dans le long-format, d’évidence malgré les enchevêtrements, où les expressions pompeuses telles que « identité sonore » passent à côté de l’essentiel. Celui qui a eu la chance de voir Armine s’égosillait en face-à-face avec le public abasourdi doit comprendre ce que je veux dire quand j’appuie que Rosetta est d’abord un plaisir musical à l’état brut !

« Leur meilleur et un classique du genre », ça vous va comme conclusion ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
21/09/2011 09:39
note: 8.5/10
Arf, je ne suis pas fan de Wake/Lift perso. Je m'expliquerai dans ma futur chronique mais disons qu'il n'est pas le Rosetta que j'aime le plus, en partie à cause de son côté "pur" comme tu dis. Sourire
Nahik citer
Nahik
20/09/2011 21:09
note: 9/10
Ikea a écrit : Celui qui a eu la chance de voir Armine s'égosillait en face-à-face avec le public abasourdi doit comprendre ce que je veux dire quand j'appuie que Rosetta est d'abord un plaisir musical à l'état brut !

Tu l'as dit bouffi ! Et vu que tu fais une très bonne critique dithyrambique de cette oeuvre d'art qu'est "The Galilean Satellites", on peut signaler le fait qu'il est regrettable que durant sa dernière tournée européenne, Rosetta ait abandonné l'idée de jouer ne serait-ce qu'un seul morceau de ce premier album ! Moi qui attendait tellement de prendre un pied monstre sur "Europa"...

Après, aller jusqu'à dire que "The Galilean Satellites" est leur meilleur...aaaah j'arriverais pas à être aussi catégorique que toi.
"Wake/Lift" a également beaucoup de qualités. Certes, ces 2 opus t'emmènent sans problème la tête dans les étoiles, ils sont tous les deux d'une puissance incroyable, mais sans pour autant avoir le même type d'énergie...celle de TGS est plus brute, plus massive, celle de W/L est de son côté d'avantage éthérée, plus pure...et les deux cas me conviennent parfaitement, ce qui explique pourquoi je n'arrive pas à en placer un au-dessus de l'autre !

'fin bref, avec un premier album d'une telle classe, Rosetta a frappé un grand coup et s'est imposé direct comme un des rares leaders du genre !
Il est juste dommage que "A Determinism Of Morality", bien qu'étant excellent, n'ait pas réussi à égaler la quasi-perfection de ses deux prédécesseurs ! Mais gageons que Rosetta ne nous ait pas encore tout dit...
Quoiqu'il en soit, chapeau l'artiste !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rosetta
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  8.25/10
Webzines : (9)  8.92/10

plus d'infos sur
Rosetta
Rosetta
Post Hardcore - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
Disque un

01.   Départe
02.   Europa
03.   Absent
04.   Itinérant
05.   Au Pays Natal

Disque deux

01.   Deneb
02.   Capella
03.   Beta Aquilae
04.   Ross 128
05.   Sol

line up
voir aussi
Rosetta
Rosetta
A Determinism Of Morality

2010 - Translation Loss Records
  

Essayez aussi
Finis Omnivm
Finis Omnivm
Cercle (EP)

2018 - Autoproduction
  
Palehorse
Palehorse
Habitual Linestepper (EP)

2008 - Eyesofsound
  
Carne
Carne
Modern Rituals

2017 - Drown Within Records
  
Watertank
Watertank
Destination Unknown

2015 - Solar Flare
  
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique