chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
117 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Stillborn - Los Asesinos Del Sur

Chronique

Stillborn Los Asesinos Del Sur
Malgré une tradition de titres d'albums en espagnol, c'est bien en Pologne que Stillborn est né. Et pas de la dernière pluie puisque la formation du groupe remonte déjà à 1997. Mais comme la plupart de ses compatriotes, le combo a toujours vécu, malgré des sorties de qualité, dans l'ombre des gros calibres Behemoth & Cie, pourtant pas forcément les meilleurs représentants. Pas grave, Stillborn remet ça en cette rentrée 2011 avec un quatrième album, Los Asesinos Del Sur, chez Ataman Productions avec distribution mondiale par Pagan Records. Et malgré une pochette des plus hideuses, ce nouveau bras d'honneur au Christianisme est une petite bombe. De quoi, espérons-le, faire exploser la côte de popularité de Stillborn.

N'allez toutefois pas y chercher du neuf, les Slaves n'essayant jamais de sortir des frontières d'un style qu'ils maîtrisent à merveille. Personnellement, ça me va très bien! Et les adeptes de douceurs polonaises devraient apprécier aussi. Stillborn livre en effet sur ce Los Asesinos Del Sur un death metal virulent de grande qualité et typique de son pays, teinté de black metal et à l'efficacité dévastatrice. Ce, grâce à des morceaux courts tournant autour de 2-4 minutes et qui ne tergiversent pas (excepté un title-track plus varié que les autres et qui culmine à 6), ainsi qu'à une production exemplaire, agressive et naturelle. Le groupe met dans le mille pour le son de batterie avec une caisse claire sèche qui claque bien, un vrai régal sur les blast-beats. Des blasts? Vous pensez bien qu'en bon combo polonais amateur de finesse, Stillborn en a mis un paquet sur son nouvel opus. Surtout avec un batteur de la trempe d'August, machine à blaster de Deception et ex-Preludium. Le quintette attend juste une minute le temps de l'excellente intro menaçante "Overture .966" en forme de sommation avant d'ouvrir le feu dès les premières secondes de l'énorme "Hymn Of Destruction" qui nous explosent à la gueule comme on aime. Jouissif!

Évidemment, on connait déjà la tactique mais ça n'empêche pas d'apprécier ce règlement de compte en règle. L'arme la plus destructrice? La combinaison de blasts et de putain de bons riffs en tremolo bien sombres et evil. Une brutalité jubilatoire mais plus intelligente qu'elle n'y paraît puisqu'elle s'accompagne, davantage qu'auparavant d'ailleurs, de schémas mélodiques mémorisables, que ce soit dans les riffs eux-mêmes ou par le biais de leads bien senties ("Hymn Of Destruction" à 0'58, "Antonym" à 2'09) et même de quelques solos tantôt chaotiques ("Blood And Dust") tantôt plus construits ("Los Asesinos Del Sur"). À cela, Stillborn a ajouté une plus grande diversité rythmique, notamment certains passages plus lents parfois dissonants ("Son Of The Holy Motherfucker", "Los Asesinos Del Sur", "Whore Of The Whores", "Stillborn II (Singularities Of The Ordinary Vulgar Boor)") ou des mid-tempos efficaces ("Antonym" à 1'49, "Whore Of The Whores", etc.), ainsi qu'une dose plus importante de groove qui reste tout de même toujours dark et véloce (un "Son Of The Holy Motherfucker" qui rappelle un peu Ebola et donnerait presque envie de danser, "Stillborn II (Singularities Of The Ordinary Vulgar Boor)" à 2'12...). Rien de novateur donc mais le résultat parle de lui-même. Une chose démarque néanmoins le groupe, même si ça reste léger: le chant. On se retrouve à nouveau avec un double chant éructé par le bassiste et le guitariste mais le duo évite de trop tomber dans le stéréotype growl/shriek. Il y a de cela bien sûr avec du guttural et du plus écorché mais le groupe offre davantage de variété, certaines intonations comme au début de "Son Of The Holy Motherfucker" se faisant moins classique, tout en restant gras et belliqueux. Un vrai plus au crédit de Stillborn.

Inutile de sur-analyser la bête, Los Asesinos Del Sur démonte, point barre! Ce nouveau Stillborn se pose non seulement comme un passage obligatoire pour tous les fans de death polonais mais aussi comme un des albums de DM les plus marquants de la rentrée. Sans révolutionner quoique ce soit mais en se montrant un peu moins unidimensionnel que d'habitude, Stillborn sort là son opus le plus abouti. Corrosif, teigneux, sombre, méchant, le groupe n'oublie pas pour autant la mélodie et le groove comme tout bon album de death metal. Bref, il y a tout ce qu'il faut là où il faut. Une énième preuve de la supériorité de la scène polonaise!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

BbrBlastard citer
BbrBlastard
25/09/2011 19:34
Pinaise en effet ça démonte! Alors ce groupe là je ne connaissais pas mais je vais me le faire!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Stillborn
Death Metal
2011 - Ataman Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (16)  6.33/10

plus d'infos sur
Stillborn
Stillborn
Death Metal - 1997 - Pologne
  

vidéos
Stillborn II
Stillborn II
Stillborn

Extrait de "Los Asesinos Del Sur"
  

tracklist
01.   Overture .966
02.   Hymn Of Destruction
03.   Diamonds Of The Last Water
04.   Antonym
05.   Son Of The Holy Motherfucker
06.   Blood And Dust
07.   Kot Wolanda
08.   Los Asesinos Del Sur
09.   Stillborn II (Singularities Of The Ordinary Vulgar Boor)
10.   Whore Of The Whores

Durée : 31'25

line up
parution
1 Septembre 2011

Essayez aussi
Bone Gnawer
Bone Gnawer
Feast Of Flesh

2009 - Pulverised Records
  
Nex Carnis
Nex Carnis
Obscure Visions Of Dark

2015 - Nightbreaker Productions
  
Cruciamentum / Vasaeleth
Cruciamentum / Vasaeleth
Eroding Chaos Unto Ascendant Flesh (Split 7")

2011 - Hells Headbangers Records
  
Dead Congregation
Dead Congregation
Sombre Doom (EP)

2016 - Martyrdoom Productions
  
Sonne Adam
Sonne Adam
Transformation

2011 - Century Media Records
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique