chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Immolation - Providence

Chronique

Immolation Providence (EP)
Crise du pouvoir d'achat ou pas, il y a des choses qu'on peut encore tous s'offrir. Ou se faire offrir. En l’occurrence, pour fêter les 20 ans du groupe, c'est un EP complet et surtout gratuit (sous sa forme digitale en tout cas) que nous offre Immolation, et rien que ça redonne vite l'envie de sourire, en ces temps de déprime généralisée.
Quand en plus, le cadeau vient d'un groupe de ce gabarit là, avec lequel l'on sait que la déception est rarement au rendez vous, on peut aller jusqu'à esquisser même un bref clin d'oeil à la vie, en plus du rictus un brin forcé qu'on s'efforce tous de faire quand l'expression "mais tu va sourire oui ou merde!" se fait entendre.
Et quand, ô jouissance suprême, votre webzine préféré vous annonce qu'en concordance avec tous les prévisions, l'EP en question est d'une qualité manifeste, c'est à genoux, le visage tourné vers le ciel, qu'il faut prier les Dieux du Métal d'une si belle offrande.

Je récapitule: gratuité, Immolation, qualité. Besoin d'en dire plus? Peut être puis je rajouter d'ores et déjà que la production est au moins aussi massive que sur "Majesty & Decay", ce qui fait petit à petit oublier les prods un brin foireuses de l'époque Listenable.
Et qui dit gros son dit grosses rythmiques pour être mises en valeur : de l'entame ultra rapide de "What They Bring" aux dissonances d'"Illumination" (joli travail sur les percussions à 1mn44) en passant par les couplets alambiqués de "Providence" (qui possède un refrain d'une puissance remarquable), on est dans la droite continuité de "Majesty & Decay", à savoir un gros regain d'inspiration et d'énergie après des réalisations un peu moyenne par le passé (toujours cette époque Listenable..). A l'image de la pochette, l’atmosphère de "Providence" est délicieusement sombre et oppressante, et en conciliant une nouvelle fois avec succès brutalité (les tempos sont dans l'ensemble sacrément rapides) et une touche de Death Metal un rien malsain, Immolation confirme son statut de référence du genre.

Après une savoureuse mise en bouche comme celle ci, on n'attend plus que le prochain full length d'Immolation pour se faire à la fois du mal et du bien à nos esgourdes. Impeccable dans sa réalisation, parfait dans son exécution, et de plus offert gracieusement à la communauté métalleuse, "Providence" est une sorte de sombre cadeau de Noël avant l'heure, posé au pied d'un sapin dont l'aspect décharné est mis en évidence par le faible éclairage rouge sang d'une guirlande en fin de vie...Joyeux Noël à tous....

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

La_girondelle citer
La_girondelle
25/10/2011 22:38
note: 4/5
Putain ça fait plaisir, Immolation ne déçoit jamais !
Invité citer
Mike
21/10/2011 13:09
Superbe cadeau en effet! Ça me redonne le sourire et du plaisir, surtout après cette déception monumentale du dernier de Morbid Angel...
Invité citer
Darkmorue
19/10/2011 19:11
Du Immolation actuel pur jus, absolument démentiel.
"What They Bring" entre dans mon palmares des meilleurs morceaux du groupe. Une des plus grosses mandales de l'année, rien de moins.
Chri$ citer
Chri$
18/10/2011 08:50
note: 4/5
Et ça se télécharge ICI.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immolation
Death Metal
2011 - Scion Audio Visual
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (8)  3.81/5
Webzines : (8)  4.01/5

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   What They Bring
02.   Illumination
03.   Still Lost
04.   Providence
05.   Swallow the Fear

line up
parution
24 Octobre 2011

voir aussi
Immolation
Immolation
Close To A World Below

2000 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Failures For Gods

1998 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Unholy Cult

2002 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Atonement

2017 - Nuclear Blast Records
  
Immolation
Immolation
Dawn of Possession

1991 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Wombbath
Wombbath
Downfall Rising

2015 - Pulverised Records
  
Undead Creep
Undead Creep
The Ever-Burning Torch

2011 - Dark Descent Records
  
Perdition Temple
Perdition Temple
The Tempter's Victorious

2015 - Hells Headbangers Records
  
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Barbaric Retribution

2018 - Hells Headbangers Records
  
Death Vomit
Death Vomit
Gutted By Horrors

2014 - Xtreem Music
  

Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique