chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Requiem - Within Darkened Disorder

Chronique

Requiem Within Darkened Disorder
Les Suisses, neutres? Pas Requiem en tout cas! Depuis 1997, le quatuor se comporte en une véritable machine de guerre qui emporte tout sur son passage. En résulte de très bons albums, notamment Premier Killing League (2007), qui en font un des groupes de death metal les plus réguliers d'Europe. Malheureusement, Requiem reste cantonné à un rôle de figurant. Il est vrai qu'il a toujours manqué un tout petit truc au combo pour entrer dans la cour des grands. J'avais par exemple trouvé le dernier opus Infiltrate...Obliterate...Dominate trop mid-tempo malgré une qualité d'ensemble dont peu sont capables. Et la perte du chanteur originel Michi Kuster, transformant Requiem en un trio puisque le bassiste Ralf Winzer Garcia a pris la relève au micro, ne semblait pas pouvoir changer la donne.

C'était sous-estimer la force des Helvètes. Car, non content d'arborer une pochette splendide de Dan Seagrave qui rappelle celle de Souls To Deny, ce Within Darkened Disorder se pose en plus en véritable boucherie. À trois, Requiem fait plus de bruit qu'à quatre, faisant du nouvel opus non seulement son meilleur album mais aussi son œuvre la plus brutale. Moi qui trouvais Infiltrate...Obliterate...Dominate parfois mou du genou, me voilà servi! Ici c'est blast-beats sur blast-beats avec un Reto Crola qui n'avait jamais sonné aussi énervé, bien épaulé par la production sèche et puissante d'Andy Classen. Quant à Garcia et son nouveau poste de chanteur, le chauve s'en sort lui aussi très bien, en adoptant un growl intelligible assez semblable à son prédécesseur, en plus virulent et haineux (rha le refrain de "Echoes Of War"!), tout en diversifiant de temps en temps ses intonations par quelques shrieks. On entend même bien sa basse, toujours une bonne chose même si celle-ci ne fait rien d'extraordinaire.

Une brutalité décuplée, que du bonheur. L'absence de Kuster vite oubliée, parfait. Mais il y a un autre domaine dans lequel Requiem s'est toujours montré à son avantage. Le riffing. Et là messieurs dames, je peux vous dire que le groupe a mis le paquet. Ceux que je considère comme les Malevolent Creation européens ont très bien compris qu'il ne servait à rien de blaster à tout va s'il n'y avait pas derrière des riffs suffisamment travaillés pour marquer l'auditeur sur la durée. Philipp Klauser se livre alors à un festival orgasmique en posant des tremolos sombres, mélodiques et mémorables dans tous les coins. Difficile d'en sélectionner quelques uns tant la majorité se révèle jubilatoire mais essayez déjà "I Am Legion" à 1'30, "Purified In Flames" à 1'41, "Omnivore" à 0'57 (prévoyez le caleçon de rechange là tellement c'est bon!), "The Plague Without A Face" à 1'57, "Symbol Of Nine" à 1'56, "Feed The Greed" à 2'22 ou encore "Within Darkened Disorder" vers 2'08, vous m'en direz des nouvelles! Si c'est pas la grande classe toutes ces putain de bonnes mélodies et ces putain de bons riffs qui restent en tête! Que ça blaste (dès le début sur "Symbol Of Nine, qu'est-ce que j'adore ça, l'évolution géniale du riff principal de "Feed The Greed" de 0'14 à 0'40, etc.) ou non d'ailleurs.

Parce que oui, ça blaste souvent, très souvent même, mais pas que. Vous savez quelle rythmique autre que le blast me fait chavirer? Le skunk beat thrash (tchouka-tchouka pour les intimes). Et Requiem aime en sortir entre deux salves de blasts, histoire de varier un peu tout en envoyant toujours le bois. Le trio s'accorde toutefois une petite pause après une longue période de blasts par le biais de mid-tempos plus posés, pour repartir de plus belle quelques secondes plus tard. Pas un problème vu que l'inspiration est toujours là. Ces légères variations permettent en plus d'éviter l'indigestion. Sur trois quarts d'heure, c'eût été fâcheux!

Mais ces 45 minutes, du coup, on ne les sent pas passer. Pourtant, Requiem ne s'embarrasse pas de leads, de solos ou de séquences plus ambiancées. Non, Requiem bourre quasiment tout du long. Mais la qualité exceptionnelle de ses riffs et de ses mélodies suffisent à faire de Within Darkened Disorder à la fois un grand album et un monument d'efficacité. On surprendra même le combo à groover (méchamment bien sûr) sur le début de "Solemn Sacrifice" qui, avec le chant vindicatif, fait carrément penser à du Napalm Death! Que demander de plus? Il y a bien 2-3 morceaux un peu moins prenants comme "Vicious Deception" ou "Within Darkened Disorder" mais c'est vraiment pour chipoter. Ce Within Darkened Disorder est une tuerie intégrale, sans problème l'une des meilleures sorties death metal de 2011, qui, on l'espère, offrira enfin à Requiem non pas le succès, notion très relative dans le monde fermé du DM, mais au moins la reconnaissance qu'il mérite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
09/11/2013 23:10
Un vrai bon album de death sans chichi, viril et inspiré. D'accord pour le côté Napalm sur "Solemn Sacrifice". Sinon pour ma part j'entends également la virulence du Vader de "Litany" / "Revelations" sur "Echoes of War" (notamment), ainsi que le Massacra de "Mortify Their Flesh" sur "Purified in Flames" (mail il est vrai que je ne maîtrise pas vraiment Malevolent...)
Niktareum citer
Niktareum
31/10/2011 09:28
Tiens c'est marrant j'étais persuadé que tu l'avais déjà chroniqué celui-là... What the fuck?!
Groupe de qualité effectivement qui sait faire un DM brutal, intéressant et pas lassant pour un sou.
Album à régulariser! Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Requiem
Death Metal
2011 - Twilight-Vertrieb
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  9/10
Webzines : (8)  7.84/10

plus d'infos sur
Requiem
Requiem
Death Metal - 1997 - Suisse
  

tracklist
01.   I Am Legion
02.   Vicious Deception
03.   Purified In Flames
04.   Omnivore
05.   The Plague Without A Face
06.   Echoes Of War
07.   Symbol Of Nine
08.   Feed The Greed
09.   Solemn Sacrifice
10.   Within Darkened Disorder

Durée : 45'35

line up
parution
6 Mai 2011

voir aussi
Requiem
Requiem
Premier Killing League

2007 - Massacre Records
  
Requiem
Requiem
Infiltrate... Obliterate... Dominate...

2009 - Twilight-Vertrieb
  
Requiem
Requiem
Global Resistance Rising

2018 - F.D.A. Records
  

Essayez aussi
Death
Death
Spiritual Healing

1990 - Combat Records
  
Intellect Devourer
Intellect Devourer
Demons Of The Skull

2020 - Caligari Records
  
Nominon
Nominon
Recremation

2005 - Konqueror Records
  
Molder
Molder
An Act Of Revenge (Démo)

2018 - Autoproduction
  
Mr. Death
Mr. Death
Detached From Life

2009 - Agonia Records
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique