chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Disma - Towards The Megalith

Chronique

Disma Towards The Megalith
Towards The Megalith était sans doute l'album de death metal le plus attendu cette année. Après le Morbid Angel du moins mais celui-là on essaye de l'oublier. Revenons en arrière, en 2009 plus précisément. Disma, formé en 2007 par Bill Vener, sort sa toute première démo The Vault Of Membros. Aux côtés de l'ex-Incantation (c'est même lui qui a créé leur logo), on retrouve Daryl Kahan de Funebrarum à la seconde guitare et surtout maître Craig Pillard (Incantation, Disciples Of Mockery, Methadrone...) au chant. Grosse claque bien évidemment pour la demo tape la plus prometteuse de 2009 avec celles de Cruciamentum et Ritualization. Disma ne s'arrête pas là puisque 2011 sera une année bien remplie pour les Américains avec un split avec Winterwolf et un EP servant d'avant-goût au full-length, les deux sorties arborant les artworks sensationnels de Larsson (Ola, pas Nicky). De bonne augure pour Towards The Megalith!

Et Disma a bien compris qu'il tenait là un artiste exceptionnel en louant à nouveau les services du Suédois pour ce qui est la plus belle pochette de l'année. Couleur verte d'où semble émaner une odeur nauséabonde, effets de lumière réalistes qui distillent la peur, arbres déformés et menaçants qu'on croirait dotés d'une vie surnaturelle, temple gigantesque aux ornements monstrueux où demeure une entité démoniaque et vers lequel se dirige une tribu d'humanoïdes moyenâgeux, nous voilà en présence d'une œuvre à couper le souffle que je me suis empressé de me procurer en t-shirt. Dommage par contre, le logo sent toujours les fesses...

Cela n'a l'air de rien comme ça mais une belle cover, c'est important. Surtout quand elle illustre de façon aussi palpable la musique et l'ambiance. Et ici, elle se fait suffocante, putride, morbide, effrayante. On s'y retrouve plongé du début à la fin avec un rictus de délectation qui ne trompe pas. Disma n'a pas changé sa recette et il a bien fait. Towards The Megalith reprend ainsi les trois titres de The Vault Of Membros, "Of A Past Forlorn" du split et un des deux morceaux de son EP The Manifestation, "Purulent Quest". Ce qui nous donne seulement trois inédits ("Chasm Of Oceanus", "Spectral Domination" et "Towards The Megalith"). Un manque de surprise qui sera vite comblé par la qualité des nouvelles compos et de l'ensemble. Et après tout, la surprise ou l'originalité, ce n'est pas vraiment le truc de Disma. Son truc, c'est jouer du death metal dans la plus pure tradition du style. Un death metal old-school gras et evil dans l'esprit scandinave avec des touches d'Incantation et une pincée d'Autopsy (le riff à 3'26 sur "Chaos Apparition", c'est typique). Pas bien différent en somme du dernier Funebrarum, The Sleep Of Morbid Dreams, sur lequel jouent également Daryl Kahan et Shawn Eldridge.

On sait donc à quoi s'attendre mais ça n'empêche pas de savourer. Disma propose huit titres assez longs (de 4 à 7 minutes) qui prennent le temps d'instaurer une atmosphère étouffante, ce grâce à une production pachydermique enrichie en graisses et des séquences doomy écrasantes sur lesquelles on retrouve régulièrement des leads sombres et mélodiques qui sentent bon la Suède ou la Finlande ("Chaos Apparition" à 2'07, "Chasm Of Oceanus" à 6'13, l'intro de "Vault Of Membros" avec la basse vrombissante, "Purulent Quest" à 1'10, "Of A Past Forlorn" à 0'52, etc.). C'est lent, lourd, épuisant, parfois vraiment proche du doom/death avec un côté désespéré/fin du monde à vous donner des frissons comme au début de "Vault Of Membros" ou sur l'intro et l'outro de "Towards The Megalith". On descend dans les abîmes, les tréfonds de la Terre, là où la pression se fait insoutenable. Et là-dessus se pose le growl ultra caverneux et monolithique d'un Craig Pillard toujours aussi effrayant, qui n'a décidément rien perdu de sa verve depuis ses grognements légendaires sur Onward To Golgotha. Pas le plus varié, son growl est même très monotone, mais il colle parfaitement à l'ambiance. Un vrai plaisir que d'entendre celui que je considère comme un des tout meilleurs chanteurs DM de l'histoire!

Même si ces passages massifs sont très présents, Disma ne se limite pas à ça et varie bien son jeu. Une bonne ambiance ténébreuse, c'est important mais l'efficacité aussi. Le quintette ne l'a pas oublié. On se fera ainsi rapidement convertir par un bon sens du groove avec une basse vrombissante savoureuse, des couches de guitares épaisses pour survivre au plus extrême des hivers sibériens et des riffs pas bien compliqués qui vont droit au but en touchant nos instincts les plus primaires. Et bien sûr, il y a la vitesse et la brutalité. Non seulement le combo nous gratifie également de rythmiques rapides entraînantes type d-beats et skunk-beats mais il se laisse aller aussi à quelques moments d'une férocité jouissive. C'est là qu'interviennent les blast-beats qu'on retrouve sur tous les morceaux en plus ou moins grande quantité. La plus forte dose est injectée à "Lost In The Burial Fog", la meilleure piste de l'album et peut-être même bien le tube death de l'année. La transition brutale entre la partie lente et le lâché de blasts frénétiques à la quatrième minute est absolument divine!

D'où mon seul regret. Qu'il n'y ait pas assez de morceaux dans cette veine. C'est sans doute l'amateur de brutal death qui parle mais ce Towards The Megalith s'avère juste un poil trop doomy pour moi. Une critique purement subjective qui ne m'empêche pas toutefois de prendre un pied pas possible à chaque écoute (et il y en a eu!), puisque niveau brutalité, on est quand même bien loti. Et le contraste avec les séquences lourdes est d'autant plus saisissant. Même si le revival vous gonfle, il serait ainsi dommage de passer à côté de ce premier full-length de Disma. S'il ne devait en rester que quelques uns, nul doute que les Américains feraient partie de la poignée de survivants. Massif, brutal et enveloppé d'une atmosphère sombre et suffocante dantesque, Towards The Megalith est un superbe album composé par des musiciens chevronnés qui savent de quoi ils parlent. Que vous connaissiez déjà ou non le groupe, ne vous attendez pas à être surpris par contre. Préparez vous simplement à prendre une bonne grosse claque de Death Metal avec un grand D.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Jotun35
09/11/2011 12:09
Niktareum a écrit :
Tu mates trop The Walking Dead toi! Mr Green


Ouais, j'ai commence cette serie y'a un mois environ. ^^
Niktareum citer
Niktareum
08/11/2011 00:27
note: 8/10
Jotun35 a écrit :
Pour finir, à chaque fois que j'écoute cet album, je le vois comme un zombie : il déambule lentement, titubant, rampant... Et tout d'un coup il repère sa proie, se met à accélérer puis fini par démembrer l'infortunée victime dans un blast beat tonitruant !

Tu mates trop The Walking Dead toi! Mr Green
Jotun35 citer
Jotun35
07/11/2011 22:29
note: 9/10
J'ai aussi eu un peu de mal avec le côté doom (j'aime pas trop ça en général, sorti de 2-3 groupes comme Evoken... Oh wait, c'est le même batteur ! ^^), mais plus j'écoute cet album, plus je le trouve monstrueux ! Et puis la prod est juste parfaite !

Par contre j'ai trouvé cet album bien différent de The Sleep of Morbid Dreams (qui a été mon album de death old-school préféré de 2009). Disons que Funebrarum c'est 80% death metal, 20% doom... Disma sur cet album c'est limite du 50/50.

Pour finir, à chaque fois que j'écoute cet album, je le vois comme un zombie : il déambule lentement, titubant, rampant... Et tout d'un coup il repère sa proie, se met à accélérer puis fini par démembrer l'infortunée victime dans un blast beat tonitruant !
Niktareum citer
Niktareum
06/11/2011 16:07
note: 8/10
Pas grand chose à redire. Effectivement l'un des albums de DM les plus plaisants de l'année. Comme toi je trouve juste le tout un poil trop doomy par moments mais le côté death bien présent rattrape tout ça sans problème!
Squirk citer
Squirk
05/11/2011 20:39
note: 8/10
Un des plus gros albums death metal de l'année effectivement, une lourdeur et une puissance tout simplement énormes !
D'ailleurs il faut impérativement que je me penche sur le dernier Azarath et sa chro' alléchante mais dans tout les cas, celui là est déjà bien parti pour avoir sa place dans le bilan annuel.
gulo gulo citer
gulo gulo
03/11/2011 18:40
note: 7/10
un peu déçu, pas assez de passages lents, le reste me fait pas uper peur je dois dire, et j'aime plus le logo que la pochette Moqueur
Ikea citer
Ikea
03/11/2011 15:34
Von Yaourt qui déteste, titres en écoutes qui poutrent. Noté avec le Azarath.
von_yaourt citer
von_yaourt
02/11/2011 23:15
Non, il m'a même fallu écouter Nyan Cat pour me réveiller. Mr Green
AxGxB citer
AxGxB
02/11/2011 23:14
note: 9/10
von_yaourt a écrit : Je viens de m'endormir en écoutant Lost In The Burial Fog.

Tu bluffes Martoni!
von_yaourt citer
von_yaourt
02/11/2011 23:11
Je viens de m'endormir en écoutant Lost In The Burial Fog.
AxGxB citer
AxGxB
02/11/2011 22:58
note: 9/10
Enfin Mr Green
Blague à part, tout à fait du même avis que toi sur ce disque. La lourdeur de ce disque est juste incroyable même si effectivement ça fricote peut-être parfois un peu trop avec le doom. M'enfin c'est pour pinailler.
Faut que je me charge de la chronique du EP The Manifestation!
Ant'oïn citer
Ant'oïn
02/11/2011 22:49
Titres en écoute simplement hallucinant. Avec Amon qui arrive y'a du bon en Death blasphématoire en ce moment.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Disma
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (16)  8.56/10
Webzines : (14)  8.08/10

plus d'infos sur
Disma
Disma
Death Metal - 2005 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Chaos Apparition
02.   Chasm Of Oceanus
03.   Spectral Domination
04.   Vault Of Membros
05.   Purulent Quest
06.   Lost In The Burial Fog
07.   Of A Past Forlorn
08.   Towards The Megalith

Durée : 46'08

line up
parution
19 Juillet 2011

voir aussi
Disma
Disma
The Manifestation (EP)

2011 - Necroharmonic
  
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf (Split 7")

2011 - Doomentia Records
  
Disma
Disma
The Graveless Remain (EP)

2017 - Profound Lore Records
  
Disma
Disma
The Vault Of Membros (Démo)

2009 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Verminous
Verminous
The Curse Of The Antichrist (EP)

2013 - Blood Harvest Records
  
Embrional
Embrional
The Devil Inside

2015 - Old Temple
  
Grave Miasma
Grave Miasma
Odori Sepulcrorum

2013 - Sepulchral Voice Records
  
Gruesome
Gruesome
Savage Land

2015 - Relapse Records
  
Embrional
Embrional
Absolutely Anti-Human Behaviors

2012 - Old Temple
  

Album de l'année
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique