chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Skepticism - Stormcrowfleet

Chronique

Skepticism Stormcrowfleet
En essayant de n’avoir recourt à aucune sorte de raccourci hâtif et autres clichés réducteurs, il faut bien admettre que si le peuple finlandais est surtout connu pour sa cuisine à base de cervidé, son parler Sims et son compatriote au manteau rouge qui ruine la majorité des parents de la planète chaque fin d’année, il est dans notre cas avant tout à remercier pour être à l’origine d’une des scènes les plus sombre et jusqu’au-boutiste que connaisse le metal extrême : le funeral doom. Si ce savant mélange entre doom traditionnel et death metal des plus lent et écrasant s’est aujourd’hui internationalisé, la Finlande n’en possède pas moins une des écoles les plus prestigieuse et historique avec les géants que sont Shape Of Despair, Thergothon, Tyranny, Colosseum et bien sûr Skepticism. Il n’est d’ailleurs guère étonnant quand on connaît la rudesse et la longueur des hivers qui frappent inlassablement le pays (tous les ans, c’est pour dire), le chômage qui a atteint des sommets terrifiants par le passé, le taux de suicide tristement élevé de ses adolescents et le véritable fléau qu’est l’alcoolémie, que cette musique intraitable, ou dépouillement et lourdeur sont poussés à leurs plus extrêmes retranchements ait choisi pour terre d’accueil une nation à la part sombre si importante.

Si le coup de génie revient d’un point de vue historique à Thergothon et son Stream From The Heavens (1994), acte fondateur du funeral doom, ce serait une erreur que d’occulter l’importance et l’impact de la sortie un an plus tard de Stormcrowfleet, premier méfait de Skepticism et véritable manifeste du genre qui n’aura de cesse d’influencer au moins autant que son prédécesseur toute une scène en devenir. Cependant, là où le premier écrase l’auditeur sous une atmosphère et des vocaux d’une putridité impressionnante, Matti et ses acolytes s’appliquent quant à eux à développer une musique tout aussi lourde et sépulcrale mais nettement plus mystique et cérémonieuse. Armé d’une pochette pour le moins mystérieuse (si vous trouvez le dinosaure vous avez gagné le droit de regretter d’avoir cherché à le discerner à chaque fois que vous l’aurez sous les yeux) et d’une production étouffée sur laquelle le temps à nettement eu effet mais qui n’a pas perdu une once de son aura funeste et solennelle, Stormcrowfleet pose définitivement les fondations d’un genre qui n’aura que rarement aussi bien porté un nom.

Dès la première seconde de "Sign Of A Storm", le ton est donné et le riffing pachydermique de Jani Kekarainen, la rythmique militaire de Lasse Pelkonen, les plages de clavier presque religieuses de Eero Pöyry viennent immédiatement plonger l’auditeur dans cette atmosphère brulante et nébuleuse si caractéristique. Lourde et mélancolique au possible, la musique de Skepticism n’en est pour autant jamais suffocante, elle apparaît au contraire comme une sorte de catharsis, étonnement reposante et propice à l’imagination. Sur une trame post-apocalyptique-écophile fort bien illustrée par les textes de Matti, les images défilent et malgré quelques fautes de goût qui viennent quelque peu nuire à l’ambiance générale de l’opus (la fausse fin de "The Everdarkgreen" tout particulièrement qui annihile tout l’impact de son lent et agonisant fade-out), l’album conserve aujourd’hui encore un grain reconnaissable entre tous qui l’empêche de prendre définitivement la poussière dans son étagère. De l’excellent "By Silent Wings", probablement un des titres les plus efficaces jusqu’au morceau final "The Everdarkgreen" qui hormis l’imperfection de sa chute s’étale et se module au cours de douze minutes haletantes du meilleur effet, en passant par le solennel et imposant "The Rising Of The Flames", le quatuor en plus de poser une pierre fondamentale à l’édifice est passé maitre dans cet art funeste. D’autant que chacun occupe avec brio son poste, de Matti et son growl incroyablement profond à Jani Kekarainen qui parvient sans l’aide d’un quelconque coéquipier ou d’un bassiste à servir par instant des riffs étonnements lourds et monolithiques, les Finlandais ont su créer sur près d’une heure un tout absolument homogène et cohérent. Toutefois, s’il fallait remettre une mention particulière à la prestation de l’un des membres, c’est bien au claviériste qu’elle devrait revenir tant ses partitions sont à l’origine d’une grande partie du charme du méfait, ce sont ses notes qui créent par leur luminosité tout le paradoxe que dégage l’atmosphère de Stormcrowfleet.

Alors non, cet opus n’est certainement pas parfait, ses principaux défauts aujourd’hui étant ses seize années qui l’ont tout de même très nettement vieilli et ont permis à nombre de formations de pousser bien plus loin les limites du funeral doom, mais en plus de sa valeur historique qui permet d’affirmer sans la moindre hésitation que la scène n’aurait certainement pas été la même sans cet album, il possède toujours toute sa saveur et son impérialité. Pour être tout à fait honnête, je ne le considérais pas autant avant de me décider à en écrire une chronique mais au fur et à mesure que les écoutes se sont multipliées, le charme grandissant de ce Stormcrowfleet a fait son apparition et s’il revient moins souvent qu’un Shades Of ou un Quietus il a lui aussi quelques atouts dans son jeu et ce serait une erreur que de passer à côté de ce monument du genre. Un must-have pour tous les adaptes des groupes sus-cités ou les curieux de comprendre l’évolution actuelle de ce genre extrémiste et particulier.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

DR.Jkl citer
DR.Jkl
07/11/2011 10:10
Réécouté hier, il est vraiment complètement Disney cet album, aussi pachydermique et déprimant qu'un envol de papillons dans l'aube rosissante.
Invité citer
Enenra
06/11/2011 10:32
Thergothon ça m'avait assez rebuté je me souviens. Mais faut que je retente depuis le temps. En tout cas cet album est juste magique quand on est dans l'humeur ad hoc.
lkea citer
lkea
06/11/2011 10:20
Pour être franc, Si Thergothon m'a vite parlé, celui-ci m'avait emmerdé lors de sa découverte. C'était y a pas mal de temps et de l'eau a dix de retrouvé, donc a retenté.
gulo gulo citer
gulo gulo
06/11/2011 09:31
note: 6.5/10
le dinosaure ??
sinon, ce groupe et Thergothon sont à peine du métal - plutôt de la poussière, s'il faut une matière ; des tonnes de poussière
Karamazov citer
Karamazov
06/11/2011 02:30
note: 8/10
Bien jurassique.
Bonne idée pour cette nuit.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skepticism
Funeral Doom
1995 - Red Stream
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  8/10
Webzines : (8)  9.13/10

plus d'infos sur
Skepticism
Skepticism
Funeral Doom - 1991 - Finlande
  

tracklist
01.   Sign Of A Storm
02.   Pouring
03.   By Silent Wings
04.   The Rising Of The Flames
05.   The Gallant Crow
06.   The Everdarkgreen

Durée : 57:17

line up
Essayez aussi
Wastes
Wastes
Into the Void of Human Vacuity

2017 - Aural music
  
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  
Nortt
Nortt
Endeligt

2017 - Avantgarde Music
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
The Deceit (EP)

2013 - Kaotoxin Records
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
Sui Caedere

2012 - Kaotoxin Records
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique