chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
188 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Belphegor - The Last Supper / Blutsabbath

Chronique

Belphegor The Last Supper / Blutsabbath (Compil.)
La nouvelle est passée un peu inaperçue mais le frontman (et fondateur de Belphegor) Helmuth a eu des soucis de santé après une opération en septembre 2011 (on en sait pas plus), Belphegor est en « stand-by » pour une durée indéterminée (et a annulé ses concerts jusqu’à mai 2012)… Un triste évènement qui me rappellera de chroniquer le reste des œuvres blasphématoires des Autrichiens, à une époque bien lointaine de celle de Nuclear Blast et de cette reconnaissance internationale « grand public ». Twilight ressortira au format double CD et remasterisés, les deux premiers albums du groupe en 2004, une aubaine pour compléter leur discographie (il me restera alors le très bon live Infernal Live Orgasm). Né des cendres de Betrayer (groupe de death/thrash antichrétien) en 1993, Belphegor (démon des découvertes qui séduit ses victimes en leur promettant des richesses grâce à ses inventions) est formé par le chanteur et bassiste Maxx, les guitaristes Helmuth (et chanteur) et Sigurd ainsi que le batteur Chris. Il sortira la même année une démo Bloodbath In Paradise puis un EP Obscure And Deep (1994) qui circuleront et alerteront le milieu underground. La bande signera alors rapidement sur le défunt label autrichien Lethal Records afin de sortir son premier album The Last Supper en 1995 (réédité en 1999 via Last Episode Records).

The Last Supper ou la genèse de leur « supreme death/black metal art ». L’opus marque déjà la collaboration avec le fameux producteur teuton Andy Classen (le bonhomme s’occupera jusqu’à maintenant de quatre de leurs albums) et dévoile leur image provocante (la pochette originale sera d’ailleurs censurée) mêlant antichristianisme exacerbé, violence, immondices (diverses et variées), sexe et autres perversions… Bref, parfait en musique de fond pour les repas de noël qui approchent. Si vous aviez découvert le groupe en 2003 lors de la sortie du furieux et éprouvant jalon Lucifer Incestus (comme moi) ou plus tard, la digestion de The Last Supper ne se fera pas sans effort. Cette production bien « raw » (le remastering a tout de même servi) et une violence moindre (le mot est faible)… Pourtant la patte d’Helmuth et Sigurd à la guitare sera aisément reconnaissable (cela dès le titre d’ouverture). Ce croisement savoureux entre du death metal floridien et la scène black metal scandinave. Un black metal ici en retrait cela dit, laissant la parte belle aux références d’un Morbid Angel, Immolation, Deicide et consorts ainsi qu’à une dominante gutturale d’Helmuth. Malgré tout, l’ambiance noire et malsaine se fera sentir tout le long. Les vers possédés d’Helmuth (le final de « March Of The Dead »), ces riffs transpirant le Malin (« The Rapture Of Cremation ») ou la présence d’un clavier occulte (« The Last Supper », « March Of The Dead ») confirmeront bien l’association des deux genres. Des nappes de claviers qui s’estomperont au fil des albums pour finalement disparaître. Mais venons en maintenant à la question que tous les récents adeptes se posent. Lorsque l’on parle de Belphegor, impossible de ne pas penser à un tempo et un jeu de batterie monstrueux. Il faudra passer son chemin. Le batteur dénommé Chris n’a rien d’un manchot au contraire et délivre un jeu soutenu (la déferlante « Krucifixion », reprise de leur ancien groupe Betrayer) plutôt old school et groovy. Ce qui reste très éloigné de l’aspect martial et froid qui suivra. Ainsi malgré des aspects qui feront office de piliers dans la musique de Belphegor (et encore aujourd’hui), le style reste à un stade embryonnaire. Les compositions sont quelques peu bancales et il sera difficile de s’imprégner des morceaux de par sa linéarité. Tout particulièrement en seconde partie de la galette (une fin d’album orientée mid-tempo). The Last Supper , charpente de leur death/black, ne laissera pas un souvenir impérissable, surtout si on le compare aux albums qui lui succéderont. Il n’en demeure pas moins un bon album de metal, tout particulièrement pour l’époque.

7/10

La métamorphose des Autrichiens commencera dès leur deuxième œuvre, deux ans après The Last Supper. Belphegor se séparera de son bassiste, remplacé par Mario Klausner (ex-Pungent Stench) et utilisera un batteur de session (une vieille habitude) en la personne de Man Gandler (le groupe de grind Mastic Cum). Le quatuor signera ensuite sur le label allemand Last Episode (qui lui aussi n’est plus) pour accoucher du répugnant Blutsabbath (littéralement « Sabbat saignant ») en 1997. La bande ne délaisse effectivement aucunement ses provocations (un artwork délicieux et des paroles peu recommandables à la clé) et garde les quelques bases death/black de The Last Supper. Sauf que le fossé avec son aîné reste des plus conséquents. Belphegor va désormais d’avantage s’imprégner de ses affinités black metal. Le chant criard d’Helmuth n’est plus secondaire (au contraire, il domine) et les riffs transpirent désormais le Mayhem ou le Dark Funeral. Une noirceur frissonnante délectable (« Behind The Black Moon ») qui donne une aura complètement différente à leur musique. Tout comme les guitares, la rythmique devient plus intense. Man (responsable aussi de la batterie sur le mythique Necrodaemon Terrorsathan) déverse ses accélérations et ce rendu « mécanique » déshumanisé porté par une production froide à la fois claire (chaque instrument est bien percevable) et saturée. En concordance parfaite avec l’ambiance glauque et démoniaque dégagée : la conclusion « Path Of Sin » et les vomissements d’Helmuth ne laisseront aucun auditeur indifférent (impossible pour ma part de ne pas rire à chaque fois malgré tout). Blutsabbath sera d’ailleurs leur premier effort à dévoiler cette rythmique en dents de scie et aux nombreuses « cassures » (le titre éponyme en tête, marque de fabrique du groupe) mais surtout à exposer les premiers véritables hits de Belphegor, souvent repris en concert. Les bombes « Abschwörung », « Blackest Ecstasy », « Purity Through Fire » ou « The Requiem Of Hell » sont indissociables du groupe. Le style ne semble pas ceci dit encore totalement mûr. On remarquera quelques longueurs et des transitions assez confuses dans les morceaux, empêchant de peu l’orgasme. Blutsabbath lance ainsi réellement le démon Belphegor. Ce dernier a trouvé son style et il ne reste plus qu’à l’affûter. Ce deuxième opus n’est en fait qu’une introduction au meilleur album du groupe à ce jour, Necrodaemon Terrorsathan.

8/10

Cette compilation est une sorte de rappel à un Belphegor « underground », connu par bouches et oreilles et dont l’image dérangeante ainsi que la musique malsaine étaient intiment liées. On retiendra surtout de cette compilation leur deuxième album Blutsabbath qui servira de véritable pattern pour la suite mais aussi pour d’autres formations empruntant un style proche (je pense à Arkhon Infaustus). Un très bon album regorgeant de quelques tubes imparables. The Last Supper demeure plus une curiosité qu’autre chose mais il saura rassasier un bon nombre. Le « supreme death/black metal art » est né.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

von_yaourt citer
von_yaourt
16/12/2011 16:45
J'ai vraiment du mal avec The Last Supper, surtout parce qu'il est un peu mou et qu'il y a beaucoup trop de clavier dedans, mais alors Blutsabbath c'est du tout bon. Mais comme tu le dis Necrodaemon restera la référence de Belphegor, avec laquelle pas mal de monde découvrira le groupe (dont moi si ma mémoire est bonne). La belle époque !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Belphegor
Death/Black
2004 - Twilight-Vertrieb
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  3.5/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Belphegor
Belphegor
Death/Black - 1992 - Autriche
  

tracklist
Disque 1

01.   The Last Supper
02.   A Funeral Without A Cry
03.   Impalement Without Mercy
04.   March of the Dead
05.   The Rapture of Cremation
06.   Engulfed in Eternal Frost
07.   D.I.E.
08.   In Remembrance of Hate and Sorrow
09.   Bloodbath in Paradise (Part II)
10.   Kruzifixion
11.   Obscure and Deep
12.   Bloodstained Ritual

Disque 2

01.   Abschwörung
02.   Blackest Ecstasy
03.   Purity Through Fire
04.   Behind the Black Moon
05.   Blutsabbath
06.   No Resurrection
07.   The Requiem of Hell
08.   U.D.G.
09.   Path of Sin
10.   Purity Through Fire (live)
11.   Swarm of Rats (demo version)

line up
voir aussi
Belphegor
Belphegor
Pestapokalypse VI

2006 - Nuclear Blast Records
  
Belphegor
Belphegor
Conjuring The Dead

2014 - Nuclear Blast Records
  
Belphegor
Belphegor
Lucifer Incestus

2003 - Napalm Records
  
Belphegor
Belphegor
Walpurgis Rites - Hexenwahn

2009 - Nuclear Blast Records
  
Belphegor
Belphegor
Bondage Goat Zombie

2008 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Zyklon
Zyklon
Disintegrate

2006 - Candlelight Records
  
Lord Shades
Lord Shades
The Downfall of Fïre-Enmek

2008 - Autoproduction
  
Blood Of The Wolf
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination

2018 - Autoproduction
  
Archgoat
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator

2015 - Debemur Morti Productions
  
The Spirit
The Spirit
Cosmic Terror

2020 - Art Of Propaganda
  

Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Stabat Mater
Give Them Pain (Compil.)
Lire la chronique
Hexekration Rites
Desekration Manifesto (EP)
Lire la chronique
Fange
Pudeur
Lire la chronique
Grift
Budet
Lire la chronique