chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cephalic Carnage - Lucid Interval

Chronique

Cephalic Carnage Lucid Interval (Rééd.)
Après le « Necrology » de GENERAL SURGERY, on enchaîne au rayon rééditions chez Relapse avec le troisième méfait des frappadingues de CEPHALIC CARNAGE, groupe dont il vaut effectivement mieux se rappeler le grindcore des débuts plutôt que l’évolution death poussive des sorties récentes. « Lucid Interval » donc, où les prémices d’éclatement stylistique du fantastique « Anomalies » (un des meilleurs skeuds extrêmes de la décennie écoulée) commencent à se faire sentir, quand bien même les accès de rage psychotiques (un batteur épileptique, des vocaux ultra gutturaux à vous siphonner les derniers restes de santé mentale) prennent assez largement le pas sur la folie douce d’adjonctions free jazz (« Puff De La Morte », le titre bonus) ou de mariachi de caniveau (« Cannabism »).

On passe donc sans sourciller d’un chant cochonesque en diable - seuls DEVOURMENT et BRODEQUIN y retrouveraient leurs petits – à du growl plus classique l'essentiel du temps, limite black sur la parodique « Black Metal Sabbath » (un indéboulonnable de leur répertoire) jusqu’à cette incartade de chant clair sur une « Arsonist Savior » qui préfigure le délire metalcore « Dying Will Be The Death Of Me ». Un grogneur tout terrain immédiatement suivi par des zicos en rupture de poncifs et si « Lucid Interval » reste un album qui se mérite, l’originalité de la galette compense largement le manque d’efficacité primaire de certaines parties. Pour une fois qu’on ne pense pas à NAPALM DEATH en s’injectant une dose de grindcore, ça vaut le coup de faire l’effort ! Déstructuré juste ce qu’il faut avec un zeste de mathcore façon THE DILLINGER ESCAPE PLAN, « Lucid Interval » s’articule sur deux axes forts : la prise de risque calculée visant à ne jamais répéter le même plan à moins de dix minutes d’intervalle, qui amène CEPHALIC CARNAGE à bouffer à tous les rateliers sludge, death, et j’en passe et des plus expérimentales (l’ombre du FANTOMAS de « Director’s Cut » plane sur « Puff De La Morte ») ; et la perche grind tendue à tous les auditeurs un peu paumés devant le grand écart opéré par des Américains presque plus sensibles au fond qu’à la forme. Régulièrement et de la manière la moins prévisible qui soit, CEPHALIC CARNAGE chassera donc l’ombre du doute à grand renforts de blasts nerveux à faire passer le jeu de scène de Barney Greenway pour celui d’Ozzy Osbourne, encore que grand âge et ravages de l’alcool aidant, l’écart soit en passe d’être réduit entre les deux frontmen.

Pour le reste, on retrouve le grain de basse absolument extraordinaire qui fera tout le sel du chef d'oeuvre à venir, des samples discrets assurés par Matt Blanks (HAPPY PAPPY) qui renforcent la singularité de la chose (la très BRUTAL TRUTH « Scolopendra Cingulata », qui attaque d'entrée les tympans à coup d'ultra-sons, avant de remettre le couvert sur « Pseudo » et sur un ghost track bien traître!), un gros classique du groupe (l'excellent title track), un nouvel artwork de Orion Landau et une production limpide signée Dave Otero (DEMONICA, COBALT). La trademark Cephalienne ainsi instaurée, « Anomalies » sera l’occasion rêvée de parfaire une formule gagnante dépassant l’état embryonnaire sur un « Lucid Interval » parfait en guise d’amuse-gueule avant les choses (un peu plus) sérieuses!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Darkmorue
07/01/2012 15:50
Faudrait que je kro-express le dernier ouaip, la chro originale est pas de moi.
M'enfin il est pas si naze je trouve, y'a de l'énorme tuerie (Abraxas, Ohrwurm, Pure Horses, When I Arrive...) qui cotoie du Cephalic classique quoi... Juste un album de plus dans leur nouvelle période, quand même plus agréable à écouter que le tout premier si on veut faire une comparaison totalement vide de sens Moqueur
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
07/01/2012 11:13
note: 3.75/5
On est plus en phase sur Cephalic que sur Townsend apparemment! J'avais lu ta chro sur NIME et je rejoins la notation de leur disco, à ceci près que j'aurais encore plus descendu "Misled By Certainty", le moins bon de tous.
Invité citer
Darkmorue
06/01/2012 17:23
Ouais, il bute bien lui, même si nettement moins taré que le précédent (imaginez un peu !)
Le problème c'est qu'il a un peu de mal à décoller, le début étant du Cephalic Carnage classique confinant presque à la routine dans sa folie, c'est seulement à partir de "Rebellion" qu'il me fout vraiment la trique personellement.
Mention spéciale au titre éponyme et ses riffs juste inoubliables.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cephalic Carnage
Rocky Mountain Hydro Grind
2011 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs : (2)  3.5/5
Webzines : (13)  3.97/5

plus d'infos sur
Cephalic Carnage
Cephalic Carnage
Rocky mountain hydro grind - 1992 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Scolopendra Cingulata
02.   Fortuitous Oddity
03.   Anthro Emesis
04.   The Isle Of California
05.   Pseudo
06.   Friend Of Mine
07.   Rebellion
08.   Zuno Gyakuzastsu
09.   Black Metal Sabbath
10.   Cannabism
11.   Lucid Interval
12.   Misguided
13.   Puff De La Morte
14.   Redundant
15.   Arsonist Savior

Durée : 57:37

line up
parution
13 Septembre 2011

voir aussi
Cephalic Carnage
Cephalic Carnage
Misled By Certainty

2010 - Relapse Records
  
Cephalic Carnage
Cephalic Carnage
Xenosapien

2007 - Relapse Records
  

Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique
Metalhertz - S02E01 - Symphonies brésiliennes
Lire le podcast
Phlebotomized
Deformation Of Humanity
Lire la chronique
Deceased
Ghostly White
Lire la chronique
Lividity
Perverseverance
Lire la chronique
Daughters
You Won't Get What You Want
Lire la chronique
Scorched
Ecliptic Butchery
Lire la chronique
Freehowling
A Frightful Piece Of Hate (EP)
Lire la chronique
Black Fast
Spectre of Ruin
Lire la chronique