chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
127 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Riot - Immortal Soul

Chronique

Riot Immortal Soul
Dans le genre vieux de la vieille, Riot se pose là. Formés en 1975 (!), les Américains comptent à leur actif 13 albums (dont seulement 3 sont miens, les classiques Fire Down Under (1981) et Thundersteel (1988) et le mi-figue mi-raisin The Privilege Of Power (1990)), ont changé plusieurs fois de style musical, subi des changements de line-up à répétition et se sont déjà séparés en 1984 pour revenir deux ans plus tard. Une histoire mouvementée semée d'embûches entre succès et échecs qui aurait été fatale à la plupart des groupes. Mais Riot est toujours là, plus fort que jamais même. En 2008, le combo new-yorkais se reforme avec le line-up de Thundersteel, soit l'unique membre originel Mark Reale à la guitare, Don Van Stavern à la basse, Bobby Jarzombek derrière les fûts, sans oublier Tony Moore au chant, lui qui partira fin 2009 mais changera d'avis mi-2010. Mike Flyntz, qui suit la formation depuis 1989, complète ce tableau idyllique à la seconde gratte. Fin octobre 2011, Riot sort sur SPV/Steamhammer son 14ème opus Immortal Soul, auréolé d'une jolie pochette. Une fois n'est pas coutume j'ai envie de dire tant les artworks des vieux albums du groupe ornés de sa mascotte Johnny (un phoque star-warsien) faisaient froid dans le dos. Des extraits très prometteurs s'étaient également alliés à la cover classe et au line-up légendaire pour garnir les rangs des raisons d'espérer un retour en fanfare du combo culte. Et une écoute a suffi pour confirmer ce dont on se doutait depuis un moment: Immortal Soul est bien un grand album.

Le morceau d'ouverture, "Riot", donne le ton. Le groupe a attendu 36 ans pour écrire un titre éponyme mais quel titre! Belle mélodie power en intro, grosse accélération thrashy, chœurs jouissifs sur le refrain (What's it gonna take to make you RIOT), solos divins: Immortal Soul commence par une pure tuerie speed ultra efficace qui n'aurait pas dépareillé sur Thundersteel. Logique après tout vu le line-up! Un début en trompe-l'oreille? Pas du tout puisque les New-Yorkais n'ont pas lésiné sur la vitesse sur plusieurs autres morceaux. Si "Still Your Man" baisse de rythme tout en se distinguant notamment par un démarrage maidenien excellent et un refrain imparable (ainsi qu'une référence clin d'œil à Johnny dans les paroles), des compos comme "Sins Of The Father", "Insanity" et surtout l'autre hymne speed "Wings Are For Angels" sont loin de traîner la patte. Ça fait plaisir de voir des anciens avoir toujours la patate et ne pas se contenter de mid-tempos pépères comme beaucoup d'autres. Mais de toute façon, même quand les émeutiers sortent les mid-tempos, c'est du tout bon. J'en veux pour preuve un "Fall Before Me" bien groovy au début puis bâti sur des couplets calmes magnifiques mettant en scène arpèges, basse, batterie et le chant prenant de Tony Moore, la belle "Immortal Soul" très émotionnelle, un "Whiskey Man" des plus catchy, le début ultra mélodique aux touches mélancoliques de "Echoes" et par-dessus tout la géniale "Crawling" et son intro d'arpèges classique mais délectable, son riff énorme à la mélodie orientalisante et son solo bluesy bourré de feeling, le tout porté à nouveau par la voix extraordinaire du frontman d'origine italienne (son vrai nom est Tony Morabito).

Qu'on se le dise de toute façon, il n'y a pas de mauvais morceaux sur cet Immortal Soul. All killer, no filler! La piste la plus "faible" doit être "Immortal Soul", en raison simplement d'un côté un peu trop mou du genou. C'est dire la qualité exceptionnelle de cet album, qui dispose en plus d'une production claire et limpide absolument parfaite pour le style classieux pratiqué par les Américains. Chaque morceau a son âme, son propre caractère, et offre des charmes divers et variés qui font passer les 53 minutes sans qu'on s'en rende compte. Car le moins que l'on puisse dire, c'est que Riot débordait d'inspiration pour la composition de son nouveau joyau. Les cinq vétérans de la scène jouant en plus au sommet de leur art, la concurrence devient vite déloyale. Don Van Stavern a bien compris comment devait se comporter une basse, non seulement en soutenant les guitares mais aussi en restant toujours à l'affût pour prendre les devants en quelques occasions. Quant au batteur Bobby Jarzombek qu'on ne présente plus, on l'a connu plus technique (Spastic Ink) mais il fait exactement ce qu'il faut et même plus sur un album de heavy/power, à savoir envoyer la sauce sur les parties rapides et se montrer plus groovy sur les mid-tempos. Après tout, il a l'habitude dans ses autres groupes Fates Warning et Halford. Le bonhomme se fait toutefois plus impressionnant sur quelques séquences plus élaborées comme le début de "Wings Are For Angels" en offrant du groove et une habilité qui force le respect. Mais ce sont comme toujours les guitaristes et le chanteur les vraies vedettes. La paire Mark Reale/Mike Flyntz est juste incroyable, alignant les riffs en acier trempé, les belles mélodies mémorables, les leads envoûtantes et les solos à tomber. Le travail en lead s'avère vraiment somptueux, l'une des nombreuses qualités de Immortal Soul. On regrettera néanmoins la trop courte durée de l'interlude instrumental "Majestica" de toute beauté qui s'interrompt avant la minute alors qu'on l'aurait bien vu s'étirer davantage. Enfin, difficile de ne pas évoquer le cas Tony Moore tant son chant rayonne et sublime des morceaux déjà savoureux. Bien sûr, il faut aimer les voix heavy et les intonations haut perchées. Personnellement j'adore et quand il monte bien haut, j'en ai des frissons tout partout! Ce mec a un don pour trouver des mélodies de voix captivantes, des rythmiques de chant dynamiques et des refrains qui hantent l'esprit. Moore se paye même le luxe d'être un remarquable parolier et c'est un véritable plaisir que d'écouter l'album au casque tout en suivant les paroles du livret. Un plaisir que ne pourront jamais procurer de simples MP3! La performance du frontman ne fait cependant "que" frôler la perfection à cause de quelques petites maladresses comme le refrain de "Wings Are For Angels" (uniquement constitué du titre de la chanson chanté très haut) trop nian-nian, des backing vocals aigus discrets mais parasites sur le refrain de "Crawling" ou encore les superpositions de chant à différentes hauteurs comme sur les chorus de "Fall Before Me" ou "Believe". Des refrains au demeurant excellents qui n'ont pas besoin de ces artifices pour faire vibrer l'auditeur.

Ces défauts en restent heureusement au stade de broutilles inoffensives noyées dans un océan de merveilles heavy metal où l'on aimerait se baigner des heures durant. Plus j'écoute Immortal Soul, plus j'en suis accroc. Riot n'a pas déçu. Mieux que ça, il sort là une œuvre qui arrive à rivaliser avec Thundersteel, l'album culte des émeutiers. Vraiment dommage que le combo ait dû annuler sa participation à la tournée de HammerFall en novembre dernier tant on aurait aimer entendre des titres comme "Riot", "Crawling", "Fall Before Me", "Sins Of The Father" ou "Insanity" en live. Difficile de savoir si les Américains pourront planifier une autre tournée européenne cette année mais vu la situation actuelle, ça m'étonnerait, malheureusement. On se consolera en écoutant encore et encore cet Immortal Soul fabuleux, l'album heavy de l'année avec le The Scourge Of The Light de Jag Panzer et un indispensable pour tous les amateurs du genre. Je crois qu'on appelle ça la grande classe!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
09/01/2012 18:01
Comme hurgh Riot est un groupe que j'ai l'impression de connaitre depuis des lustres tant son nom a défilé un nombre incalculable de fois devant mes yeux dans les magazines il y a 15-20 ans même si je n'avais jamais vraiment porté l'oreille sur leurs albums (aux pochettes il est vrai on ne peut plus ridicules Mort de Rire ).
Maintenant c'est vrai que les extraits sont plutôt très bons. Ce sera pour mon prochain tour au Leclerc. Mr Green
hurgh citer
hurgh
09/01/2012 13:58
Depuis quelques temps je mets pas mal de côté le thrash/death pour découvrir la scène incroyablement riche du heavy/hard rock des années 70/80. Et Riot je n'ai jamais essayé, faut dire que je suis quand même bien rebuté par leurs immondes pochettes qui bien souvent atteignent sans complexe les sommets du ridicule. Quand même, la tronche de leur mascotte...
Mais bordel, que ta chronique me fait envie ! Allez, dès cette semaine je me plonge dans l'univers de Riot, c'est encore mon disquaire d'occaz qui va s'enrichire (car j'en ai reperé plusieurs chez lui)...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Riot
Heavy/Power/Speed
2011 - Steamhammer Records (SPV)
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (28)  8.1/10

plus d'infos sur
Riot
Riot
Heavy/Power/Speed - 1975 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Riot
02.   Still Your Man
03.   Crawling
04.   Wings Are For Angels
05.   Fall Before Me
06.   Sins Of The Father
07.   Majestica
08.   Immortal Soul
09.   Insanity
10.   Whiskey Man
11.   Believe
12.   Echoes

Durée : 53'07

line up
parution
31 Octobre 2011

Essayez aussi
Riot V
Riot V
Armor Of Light

2018 - Nuclear Blast Records
  
Riot V
Riot V
Unleash The Fire

2014 - Steamhammer Records (SPV)
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique