chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
76 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cannibal Corpse - Live Cannibalism

Chronique

Cannibal Corpse Live Cannibalism (Live)
Plus tout jeune, ce témoignage scénique d’un CANNIBAL CORPSE parvenu à l’apogée de son style avec « Bloodthirst » (1999) rappelera à jamais à votre serviteur de bons vieux souvenirs de biture en haute montagne. En effet, quoi de mieux qu’une 1664 congelée à même le torrent puis sifflée à 2300 mètres d’altitude sur fond de brutal death ? Si d’infortunées marmottes en gardent encore quelques séquelles, le combo roteuse + raréfaction d’oxygène fait sans doute plus d’effet qu’un tampax imbibé de vodka enfoncé dans le derrière (nouvelle marotte des kids, après le binge drinking et l’absorption de whiskey par les yeux !). Rétrospectivement, c’est également un des skeuds qui m’a fait franchir le pas vers un death metal plus froncièrement sauvage et bourrin que celui auquel j’étais bercé jusqu’alors (OBITUARY, MORGOTH, DEATH).

Toutes considérations personnelles mises à part, si l’on observe la courbe de carrière des Américains, c’était le bon moment pour sortir un live en forme de best-of tant la setlist, prévisible mais difficilement critiquable, regorge de classiques (ici dépoussiérés par le biais d’une production chaleureuse signée Colin Richardson). 18 titres extraits de deux concerts très proches (à Milwaukee et Indianapolis) faisant la part belle aux premiers albums du groupe, même si la période Corpsegrinder n’est pas délaissée pour autant. On passera assez vite sur l’interprétation des « Libérant l’assoiffé de sang », « Collection d’humains morts », « Je vais te tuer » et autres « Galerie du suicide » (toujours un régal de traduire les paroles de Canniboule, c’est là qu’on se rend compte de l’absolue crétinerie de la chose), toutes légèrement inférieures aux versions studio, encore que « Massacre à la torche vive » se défende franchement pas mal. Non, ce qui remue autant les intestins qu’une bonne vieille raclette entre ours des cavernes, c’est le ravalement de façade dont bénéficient à plein les perles de « The Bleeding » : une « Fixant à travers les yeux du mort » où George sort le bleu de chauffe, la sentencieuse « Déshabillée, violée, étranglée » aux paroles toujours aussi délectables et surtout « Baisée avec un couteau », évidemment dédiée à toutes les putains de filles dans la salle et sur laquelle la basse d’Alex Webster claque comme jamais.

On embraye avec des moments de grâce dont seul CANNIBAL CORPSE a le secret (« This next song is about shooting blood out of your cock ! »), le quota de groove débilitant étant assuré par les formidables « A Skull Full Of Maggots » - que j’ai longtemps traduit par « Une école pleine de vers », allez savoir pourquoi ! - , « Covered With Sores » et surtout « I Cum Blood », sur laquelle les grooo grooo de George "Diplodocus" Fisher font merveille. Entre trois blastouilles de Paulo et la surenchère de riffs d’un duo Owen/O’Brien vendangeant gentiment quelques solis, les cris du public viennent rappeler à quel point un concert de Canniboule reste un grand moment d’hystérie collective comme seul le foot peut nous l’offrir. OM vs PSG = Corpsegrinder vs Barnes ? Si les puristes de la première heure regretteront de ne pas retrouver le Bob Marley zombifié de SIX FEET UNDER derrière le micro, George va calmer tout le monde sur les deux extraits de « Vile », la monstrueuse « Rongé par la vermine » et une « Souffrance Perverse » qui rompt un tant soit peu avec la routine de compos versant allègrement dans la violence gratuite. Quasiment que l’ultra-calorique (manque juste « Pounded Into Dust » pour que la vache soit plus folle), une date de parution idoine qui nous épargne de pénibles extraits des faiblards « Gore Obsessed »/« The Wretched Spawn » et un pot pourri tout indiqué pour qui n’a pas envie de se farcir l’intégrale du cadavre cannibale. C’était le bon plan old school de la semaine, trouvable à vil prix chez les receleurs habituels.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cannibal Corpse
Death metal
2000 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (10)  3.95/5
Webzines : (11)  3.45/5

plus d'infos sur
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
Perverse Suffering (live)
Perverse Suffering (live)
Cannibal Corpse

Extrait de "Live Cannibalism"
  
A Skull Full Of Maggots (live)
A Skull Full Of Maggots (live)
Cannibal Corpse

Extrait de "Live Cannibalism"
  

tracklist
01.   Staring Through The Eyes Of The Dead  (04:14)
02.   Blowtorch Slaughter  (02:37)
03.   Stripped, Raped And Strangled  (03:39)
04.   I Cum Blood  (04:12)
05.   Covered With Sores  (03:44)
06.   Fucked with A Knife  (02:26)
07.   Unleashing The Bloodthirsty  (04:13)
08.   Dead Human Collection  (02:40)
09.   Gallery Of Suicide  (04:11)
10.   Meat Hook Sodomy  (05:11)
11.   Perverse Suffering  (04:21)
12.   The Spine Splitter  (03:31)
13.   Gutted  (03:26)
14.   I Will Kill You  (02:48)
15.   Devoured By Vermin  (03:39)
16.   Disposal Of The Body  (03:41)
17.   A Skull Full Of Maggots  (02:33)
18.   Hammer Smashed Face  (04:46)

Durée : 65:52

line up
parution
26 Septembre 2000

voir aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Butchered at Birth

1991 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Red Before Black

2017 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Torture

2012 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Bloodthirst

1999 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
The Bleeding

1994 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Carnage
Carnage
Dark Recollections

1990 - Earache Records
  
Deteriorate
Deteriorate
Rotting In Hell

1993 - JL America
  
Necrot
Necrot
Mortal

2020 - Tankcrimes Records
  
FaithXtractor
FaithXtractor
Proverbial Lambs To The Ultimate Slaughter

2018 - Hells Headbangers Records
  
Taphos
Taphos
EP MMXVII (EP)

2017 - Autoproduction
  

Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Seraphic Entombment
Quelled (Démo)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment
Lire la chronique
Fallen Forest
Giants Frost Battered (Comp...
Lire la chronique