chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
147 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unexpect - Fables Of The Sleepless Empire

Chronique

Unexpect Fables Of The Sleepless Empire
Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais le death technique est à la mode. Et moi ça m'embête prodigieusement, que le death technique soit à la mode. Certes, il y a être à la mode et « être à la mode », et ce n'est pas demain qu'on verra Obscura remplir un stade, malgré leur succès fulgurant. Mais quand même, le death technique devient hype, son imagerie se répand et déborde un peu sur les autres tendances comme la geek attitude, ici mélangée à un rap de mauvaise goût (ce qui n'est pas nécessairement un pléonasme, mais pas loin). Et ce n'est pas demain que vous me verrez, moi, apôtre de tout ce qui est bel et bon en ce monde, arborer fièrement ma collection de t-shirts Cynic sur un rap qui déclame avec sûreté : « la défaite c'est pour les perdants » (ça c'est une lapalissade de génie). Bref, il me faut à nouveau me replier sur un marché de niche, bien connu des seuls amateurs d'un style si particulier que ses représentants se comptent sur les doigts de deux mains manucurées : le nawak metal, le déglingos metal, le metal barré et inclassable (copyright de l'estimé cglaume), bref le metal tellement divers que lui coller une étiquette serait déjà oublier une partie de son contenu. Et qui de mieux que Unexpect, groupe emblématique du melting pot metal de qualité des années 2000, pour se démarquer ? Nous n'étions qu'une poignée de Français à adorer In A Flesh Aquarium à sa sortie il y a six ans, et ce ne sont pas la sortie d'un Fables Of The Sleepless Empire qui s'avère être encore meilleur et un passage éclair au Hellfest qui feront des Québécois le groupe à suivre actuellement. Quoi ? Comment ça, si ? Oh. Bon, d'accord, je range mon élitisme au placard.

Cinq longues années se sont donc écoulées entre l'excellent In A Flesh Aquarium et Fables Of The Sleepless Empire, et hormis un guest de Syriak et Leilindel sur Fragmentary Evidence d'Augury, les fans des Québécois n'ont rien eu à se mettre sous la dent depuis longtemps. Ce nouvel album, qui était donc attendu avec impatience, rassurera sans mal les fans, qui retrouveront un Unexpect inchangé, au style à la personnalité toujours aussi uniques qu'intacts. On renoue sans mal avec une musique complexe, touffue, portée par la mise en avant alternée d'une chanteuse, deux vocalistes et guitaristes, un batteur épileptique et un bassiste légèrement poseur doté d'une basse avec neuf cordes, toutes utilisées sans retenue. Ce joyeux fourre-tout par bien des aspects hermétiques aux metalleux habitués à leur quatuor d'instrumentistes est pourtant accrocheur comme peu de groupes savent l'être, entre riffs sautillants extrêmement catchy et envolées lyriques d'une Leilindel toujours aussi en voix (et bluffante sur « The Quantum Symphony »), qui confèrent à Unexpect un ton absolument unique même au sein du metal hétéroclite. On tombe souvent sur de grands moments de folie musicale comme par exemple la fin de « Silence This Parasite » qui mélange le groove caractéristique du groupe avec une grosse couche d'effets et de violons qui lui confèrent une ambiance totalement délirante. On retrouve également de belles accalmies, comme l'interlude « In the Mind of the Last Whale », dans « A Fading Stance », le début du dernier titre, qui est divisé en trois parties distinctes, ou bien encore dans le sublime début de « Words ». Ce titre montre d'ailleurs un nouveau visage de Unexpect, un peu moins fou et changeant, mais porté par un enchevêtrement mélodique somptueux de tappings qui ne cessent que pour laisser place à un riff purement death metal que n'aurait pas renié un Morbid Angel. Comme si les Canadiens s'étaient rappelés leurs origines et avaient assimilé toute la scène death technique de leur pays, en accommodant cette influence avec les arrangements propres au groupe ; le violon sur fond de tapping basse fonctionne d'ailleurs à merveille, et ce titre est sans doute ce que le groupe a fait de meilleur aujourd'hui. Tout l'album d'ailleurs semble un peu plus accrocheur que In A Flesh Aquarium, et c'est sans doute grâce à cette influence un peu plus prononcée du death metal qui permet à Unexpect d'être à la fois un peu plus mélodique et un plus complexe, c'est particulièrement flagrant sur « Words » donc, mais également sur « Orange Vigilantes », la deuxième moitié de « Mechanical Phoenix » et le début de « Silence this Parasite ».

C'est donc avec une légère évolution et un style plus audacieux et complexe que Unexpect revient, ce qui fait de ce Fables Of The Sleepless Empire une réussite totale, plus complet, cohérent et au final encore meilleur que le pourtant déjà excellent In A Flesh Aquarium. Mention spéciale à deux titres composés en tout ou partie par ChaotH (d'ailleurs toujours aussi exceptionnel dans son jeu) que sont « Words » et « Mechanical Phoenix », parfaits de bout en bout. C'est une œuvre aux mélodies encore plus subtiles et marquantes, car Unexpect n'a pas non plus oublié son groove et son accroche malgré ce léger gain de complexité, et l'on retrouve avec bonheur quelques moments avec des riffs de guitare plus simples, comme ceux de la fin de « Orange Vigilantes », complétés par les apports du violon, de la basse et du clavier, qui permettent en permanence d'apporter la dose de mélodie salvatrice qui sait se conjuguer avec ce groove omniprésent. Même la production, limpide et espacée, laisse s'exprimer les nombreux instruments sans jamais nuire à sa lisibilité, elle est à l'image de cet album : quasi-parfaite. Et par « quasi » il faut comprendre que les défauts ne sont pas légion et se comptent sur les doigts d'une main : quelques rares riffs un peu faciles comme celui du début de « The Quantum Symphony » qu'on oubliera bien vite devant la majesté d'un refrain porté par Leilindel, la sixième minute de « Unfed Pendulum », ou bien encore un « Until Yet a Few more Deaths do Us Part » peut être un peu moins marquant que le reste. Rien qui n'empêchera de savourer ce nouvel album des Canadiens de bout en bout en demeurant captivé par l'inventivité de ces musiciens virtuoses doublés de compositeurs hors-pairs.

Il n'y a rien de surprenant à ce que Unexpect conserve son style si particulier sur ce nouvel album, et l'on ne s'étonnera pas non plus que Fables Of The Sleepless Empire soit d'une si grande qualité, mais l'on ne peut que se réjouir d'une si belle évolution qui conduit à faire de cet album non seulement le plus bel ovni de l'année passée, mais aussi un des tous meilleurs albums de metal de 2011. Presque neuf mois après une longue traversée de l'Atlantique jusque dans ma boîte aux lettres et plusieurs dizaines d'écoutes régulières je n'arrive pas à m'en lasser, et j'aurais même plutôt tendance à revenir un peu en boucle dessus en délaissant mes devoirs de chroniqueur, malgré ses presque 56 minutes d'une folie musicale aussi dense que délectable. Alors certes Unexpect fait partie de ces groupes qui, usant d'éléments très divers et officiant dans un registre qui transcende les clivages, risquent de rebuter une bonne partie des amateurs de metal habituels – surtout sur les quelques bourrins qui lisent ou écrivent ici. Mais pour peu que l'on ait l'ouverture d'esprit suffisante et le goût de l'éclectisme nécessaire pour apprécier Unexpect, on tient là le meilleur album qui soit d'un genre indescriptible mais bien réel, fait de tous les Akphaezya, Diablo Swing Orchestra ou Pin-Up Went Down du monde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
08/12/2016 08:30
note: 10/10
Les mots me manquent pour décrire à quel point j'aime cet album.

Mon petit cerveau d'être humain a bien du mal à comprendre tout le travail et le génie qu'il a fallu pour composer un tel tourbillon de notes et mettre en symbiose chaque instrument et voix (mention spéciale à la prod, tout est parfaitement audible).

Mais au delà de la technique irréprochable et du simple aspect intellectuel, c'est juste un putain de plaisir à écouter.
Ce qui pour moi l'élève vraiment au dessus des cieux surtout en comparaison de son prédécesseur c'est cette incroyable fluidité et cette mélodicité constante. J'apprécie aussi In A Flesh Aquarium mais beaucoup plus pas intermittence, certains passages trop bordéliques étant vraiment vide d’accroche et les transitions pas toujours naturelles. Ici tout s’enchaîne parfaitement, chaque chanson possède son passage marquant et l'album s'écoute d'une traite sans se faire de nœuds au cerveau.

Un grand disque !
Invité citer
rimbe
29/09/2012 00:33
Excellente chronique pour ce groupe génial complètement hors norme !
cglaume citer
cglaume
29/09/2012 00:30
note: 9/10
Putain, quel groupe quand même Unexpect !!!! Pas une grosse productivité, mais que du grand art, du fabulous, de l'extravagant grandiose !!! (coller au moins 3 points d'exclamation pour ce genre de groupes)

Par contre dire que les "représentants de ce style se comptent sur les doigts de deux mains manucurées" est faux: on ne les voit pas beaucoup, mais il y en a des centaines: j'en découvre des dizaines chaque mois (quasiment sans exagérer!).

En tout cas, on peut espérer que ce style se voit bientôt un peu plus exposé: je fais du lobbying pour placer une rubrique régulière en des lieux plus exposés que nos pages webesques... Nawak attacks, et Nawak vaincra !! Sourire))))

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unexpect
Metal inclassable et barré
2011 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (7)  8.79/10
Webzines : (25)  8.35/10

plus d'infos sur
Unexpect
Unexpect
Metal inclassable et barré - 1996 † 2013 - Canada
  

tracklist
01.   Unsolved Ideas of a Distorted Guest
02.   Words
03.   Orange Vigilantes
04.   Mechanical Phoenix
05.   The Quantum Symphony
06.   Unfed Pendulum
07.   In the Mind of the Last Whale
08.   Silence this Parasite
09.   A Fading Stance
10.   When the Joyful Dead Are Dancing
11.   Until Yet a Few More Deaths Do Us Part

Durée : 55:46

line up
voir aussi
Unexpect
Unexpect
In A Flesh Aquarium

2006 - The End Records
  

Essayez aussi
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Disco Volante

1995 - Warner Bros.
  
Sphæra
Sphæra
Teratology (EP)

2018 - Autoproduction
  
Stolen Babies
Stolen Babies
Naught

2012 - No Comment Records
  
Carnival in Coal
Carnival in Coal
Fear Not

2001 - Kodiak Records
  
Akphaezya
Akphaezya
Anthology II

2008 - Ascendance Records
  

Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique