chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
152 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Antediluvian - Through The Cervix Of Hawaah

Chronique

Antediluvian Through The Cervix Of Hawaah
Il est étonnant de constater comment quelques signatures peuvent rendre un label hype (ou non) aux yeux d'un public pourtant si ridiculement petit. Aujourd'hui, certains se plaisent à dire que le label Américain Profound Lore est devenu le label metal underground à la mode, celui sur lequel il est donc de bon ton de déverser sa bile sous prétexte que ses dernières signatures seraient peut-être un peu trop "hype". Oui, mais encore? Pas d'autres arguments un peu plus sérieux? Non, bon bah laissons ces quelques aigris pisser dans des violons alors.

Le groupe qui nous intéresse ici est à la base un duo Canadien qui se nomme Antediluvian. Formé en 2006, on lui doit déjà plusieurs enregistrements dont quelques démos (Prehistorik Khaos, Primeval Cyclical Catastrophism, Under Wing Of Asael), un split en compagnie de Nuclearhammer et ...[l]ight Am I'... ainsi qu'un EP sorti début 2011 et intitulé Revelations In Excrement. Notez qu'est également paru chez Invictus Productions une compilation (Watcher's Reign) regroupant les deux premières démos ainsi que les titres du split. Une discographie déjà assez fournie marquée par la sortie il y a quelques semaines de ce premier album intitulé Through The Cervix Of Hawaah.

L'univers musical d'Antediluvian n'est pas des plus faciles à appréhender. Son death metal est probablement parmi les plus denses, exigeant et intense qu'il m'ait été donné d'entendre. Car au delà même du concept de cet album qui semble s'inspirer de la Genèse et surtout du personnage d'Eve (Hawwah signifiant Eve en Hébreux), il faut bien comprendre que nous sommes ici en présence d'un disque incroyablement primaire, torturé et boueux. La musique d'Antediluvian provient des bas fonds de la Terre, là où règne la puanteur et l'obscurité, la moiteur et nombres de terreurs indescriptibles. Dans ces méandres insaisissables, nos désormais quatre messagers s'évertuent à déchaîner les éléments pour inonder la surface d'un effroyable et inévitable déluge. Pourtant, les choses ne semblaient pas si effrayantes avec un "Rephaim Sceptre..." certes inquiétant mais pourtant terriblement attirant. Car derrière cette batterie primaire et aliénante se cache une mélodie aguicheuse aux résonnances progressives que n'aurait pas renié un Baroness ou un Mastodon. Mais tout ceci n'est que ruse perfide, la colère d'Antediluvian se déverse ainsi dès les premières secondes de "...Through The Cervix Of Hawaah". Il est alors trop tard puisque la raison à quitté ces lieux pour laisser place à une folie destructrice sans nom. De ce chaos sonore, il ne restera que puanteur et immondices.

Antediluvian n'est donc décidemment pas un groupe à mettre entre toutes les mains. Tout dans la musique des Canadiens est absolument repoussant. La production volontairement étouffante, donne le sentiment d'écraser ainsi chaque instrument pour un rendu d'une densité aussi intense qu'impénétrable. Il faut dire que les riffs n'aident pas vraiment l'auditeur à adhérer aux propos poussiéreux et destructeurs d'Antediluvian. Placées en retrait, on distingue effectivement très bien que les guitares font parties intégrante de l'équation. Seulement, en saisir les riffs, les mélodies et les patterns est presque de l'ordre de l'utopie tant leur but n'est pas de séduire mais bel et bien d'annihiler toute forme de vie. Seuls les passages plus aérés permettent d'y voir clair et de cerner toute la noirceur de ces riffs étranges, torturés et dérangeants. Le jeu de batterie, s'il n'y paraît pas, se révèle pourtant varié avec beaucoup de changement de rythmes et de nuances même si la prédominance est au martelage intensif. Il reste enfin cette voix effroyable. Sans aucune nuance, elle n'est que cris primaires sortis du plus profond de la terre. Menaçant, ritualistique, incantatoire, profond... le chant n'est qu'un moyen supplémentaire pour Antediluvian de submerger l'auditeur dans ce déluge sonore quasi cacophonique. Malgré ce constat qui peut sembler peu encourageant, la musique d'Antediluvian réussit à captiver. D'abord par curiosité mais ensuite parce qu'on se rend compte que l'on est toujours inéluctablement attiré vers tout ce qui est sale, horrible, effrayant et dérangeant. Et c'est exactement ce qu'est Antediluvian.

Ce qu'il y a d'étonnant avec ce genre d'album c'est qu'il y aura toujours d'un côté des gens pour trouver ça horrible, totalement inaudible et incroyablement mal interprété et de l'autre des gens capables de s'enthousiasmer pour une musique qu'on sait extrêmement difficile à cerner et à appréhender. Through The Cervix Of Hawaah est un album dangereux qui vaut autant pour sa musique que ses ambiances toutes deux éprouvantes et intenses. Et malgré le fait qu'il faille s'armer de patience pour en saisir les subtilités et même parfois l'intérêt, on finit par se rendre compte que l'on est sans cesse attiré par cette musique d'un autre monde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
27/01/2012 17:25
note: 8.5/10
Boris a écrit : je trouve dommage que tu occultes cet aspect, sachant qu'à la base, Antediluvian officiait dans le Black Metal.

J'ai découvert le groupe plus tard que toi. J'avais déjà posé mes oreilles sur "Primeval..." mais en était resté à quelques écoutes succinctes et peu approfondies. Du coup, effectivement, je n'ai pas parlé de ces influences qui de toutes évidences ne m'ont pas sautés aux oreilles sur cet album. Peut-être que comme Heresiarch mes repaires font que je vois moins le BM dans ce type de groupes Clin d'oeil
Invité citer
Boris
27/01/2012 11:04
Pour suivre Antediluvian depuis la sortie de Primeval Cyclical Catastrophism, il est important de signaler l'évolution qu'a subit le groupe depuis ses débuts. En effet, à l'origine, les Canadiens jouaient du Black Metal bestial et primitif largement influencé par Beherit, offrant une aura occulte implacable. Les premiers éléments Deathmetal sont arrivé avec la démo "Under Wing of Asael" sortie en juillet 2008! Sur cette démo, il y a une grosse influence d'Incantation notamment au niveau du chant très proche de celui de Pillard! Il y a aussi du changement dans les riffs et le son, on note aussi l'incorporation de long passages doom comme sur le titre éponyme de plus de 10 minutes.
Sur cet album, ils ont un peu laisser tomber le coté Doom, ils ont raccourci les morceaux mais la recette reste relativement identique à leur dernière démo. Toujours cette mixture implacable entre Black et Death et je trouve dommage que tu occultes cet aspect, sachant qu'à la base, Antediluvian officiait dans le Black Metal.
Invité citer
couci couça
22/01/2012 12:58
oui, c'est très fondilugineux. Asclopiesque, même. Une sourde iridescence sans le coté humide d'un brouillard étouffant. En somme.
Karamazov citer
Karamazov
21/01/2012 02:30
note: 8/10
Tres pierreux. L'impression de jongler avec une demi douzaine de menhirs au fond d'une carriere de pierres dont le plafond s effondre.
gulo gulo citer
gulo gulo
21/01/2012 00:40
note: 8/10
je trouve ça très lumineux à sa façon ; une lumière terreuse et tout, mais sans la méchanceté démoniaque ou la déviance traditionnelles ; élémental, j'insiste

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Antediluvian
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  7.6/10
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Antediluvian
Antediluvian
Death Metal - 2006 - Canada
  

tracklist
01.   Rephaim Sceptre...
02.   ...Through The Cervix Of Hawaah
03.   Intuitus Mortuus
04.   Scions Of Ha Nachash (Spectre Of The Burning Valley)
05.   From Seraphic Embrace
06.   Luminous Harvest
07.   Turquoise Infidel
08.   Gomorrah Entity (Perversion Reborn)
09.   Erect Reflection (Abyss Of Organic Matter)

Durée : 36:22

line up
parution
11 Novembre 2011

voir aussi
Antediluvian
Antediluvian
λόγος

2013 - Nuclear War Now! Productions
  

Essayez aussi
The Forsaken
The Forsaken
Beyond Redemption

2012 - Massacre Records
  
Tomb Mold
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms

2018 - 20 Buck Spin Records
  
Skelethal
Skelethal
Deathmanicvs Revelation (EP)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Blood Red Throne
Blood Red Throne
Come Death

2007 - Earache Records
  
Revel In Flesh
Revel In Flesh
The Hour Of The Avenger

2019 - War Anthem Records
  

AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique