chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
147 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Black Bomb A - Enemies Of The State

Chronique

Black Bomb A Enemies Of The State
OK OK OK. Un album de Black Bomb A peut avoir du mal à trouver sa place dans nos colonnes. Je lis du Day of Suffering, du Trepan’Dead, du Perversor… l’allusion à la fumette un peu rigolote de BBA est un peu hors de propos l’on dirait. Et pourtant, leur label At(h)ome ayant eu la gentillesse de m'envoyer un CD promo à l'ancienne (j'en avais les larmes aux yeux, je ne pensais pas que cela existait encore.........), certes non sollicité mais qu'importe, je me devais d'en évoquer le contenu au sein du "webzine à tendance brutale".

Et je suis heureux, mes bien aimés lecteurs, de vous informer que BBA en a encore sous le coude: on connaissait l'énergie communicative du groupe sur scène, qui fête ses 11 ans de carrière cette année, on se dira désormais dans les milieux autorisés que sur album aussi les Parisiens parviennent encore à convaincre. J'ai souvenir d'avoir été assez critique avec ma chronique du précédent opus: trop brouillon, peu inspiré, sans accroches. "Enemies of the State" me laisse un goût déjà bien plus agréable en bouche!

Une réelle prise de conscience a eu lieu chez les punks de Viroflay : le groupe évolue ainsi doucement avec « Enemies of the State » vers des compositions plus aérées, moins basiques, tout en conservant les fondamentaux du groupe : un double chant, puissamment orchestré par Poun et le nouveau venu Shaun Davidson ; des refrains qui seront repris en chœur par le public de France et de Navarre (le « We Don’t Care » va faire un ravage) ; et un soupçon de refrain mélodique à l’ancienne (le titre éponyme).

Pour autant BBA propose un album plus dynamique que d’habitude dans sa tracklist, qui alterne entre la révolte punk d'antan ("Telling Me Lies", "Take Control", « Come on Down ») et des titres plus ambiancés, tirant soit vers un métal très moderne à la In Flames sur le refrain ("Destruction") soit vers quelque chose d'atypique car très sombre avec l'évocateur "Hell on Earth". Et prend même la forme d'un hommage direct aux racines métalliques du groupe via l'excellent "Pedal to the Metal". Et en définitive, ce sont ces titres novateurs (tout est relatif) qui me plaisent davantage que les résurgences punk du groupe sans trop de consistance (« Telling Me Lies » me donne plus envie de réécouter « Human Bomb » que d’appuyer sur Repeat). Evoluer, cela a du bon, et BBA me plait dans sa tentative d’incorporer un peu de variété à un style très frontal, sans perdre pour autant sa puissance de feu : cela déménage encore sévère !

Plus nuancé, ce BBA ne l'est malheureusement plus autant au niveau de ce qui faisait la force du combo, à savoir la dualité vocale de deux chanteurs aux timbres de voix singulièrement différents. J'ai un souvenir encore ému du coffre exceptionnel d'Arno, qui formait avec Poun un duo ravageur (le live « Illicit Stuff Live » en est la preuve manifeste). Le nouveau vocaliste, Shaun Davidson, est franchement décevant à ce niveau là, son chant manquant singulièrement de personnalité et se mêlant de façon confuse avec celui de l'indécrottable Poun... Lequel Poun n'abuse d'ailleurs plus autant que par le passé des lignes de vocales claires en guise de refrain, si ce n'est pour marquer le titre éponyme de ce gimmick propre au groupe. La modération a aussi du bon…

Dans l'ensemble, cet opus me satisfait nettement plus que son prédécesseur, et je renoue en ce début d’année avec plaisir au crossover metal / core / néo de BBA, qui reste l'un des derniers survivants de l'époque Sriracha à ne pas avoir (trop) retourné sa veste.. ou à tout simplement encore exister. Aux côtés de Lofofora, ils me rappellent cette époque ou le métal fusion avait le vent en poupe, et leur longévité mérite quelque part le respect même du plus indécrottable des amateurs de « musique brutale ». Welcome back.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

citer
(ancien membre)
26/08/2012 21:34
Une première écoute sympathique alors que je n'en attendais pas grand chose !!
Ant1 citer
Ant1
31/01/2012 19:14
Chris a écrit : Ant1 a écrit : NEED §§§

A quand une filiale Trendocore, le webzine tendance, qui fera d'autres chroniques de BBÄ ?


"Trendocore, webzine musical à tendance commerciale" :heabang:

Y'en a déjà pas mal de chroniques de BBA tu es allé voir?

Oui, au moment où je l'écrivais, je me disais que c'était un mauvais exemple...
Mais ça peut s'appliquer à plein d'autres groupes hypes et commerciaux ! ^^
Chri$ citer
Chri$
31/01/2012 13:25
note: 7.5/10
Bien vu, dans le 3e paragraphe. Corrigé et merci.
Invité citer
korkx
31/01/2012 12:14
petite erreur, le chanteur c'est poun pas djag, voila c'est tout!
Chri$ citer
Chri$
31/01/2012 08:53
note: 7.5/10
Ant1 a écrit : NEED §§§

A quand une filiale Trendocore, le webzine tendance, qui fera d'autres chroniques de BBÄ ?


"Trendocore, webzine musical à tendance commerciale" :heabang:

Y'en a déjà pas mal de chroniques de BBA tu es allé voir?
Invité citer
Crom-Cruach
30/01/2012 20:50
Je conserve un souvenir ému d'une tarte monumentale au Brise-Glace à Annecy juste avant la sortie de "Speech of freedom" avec slam sur la tronche et coups de tatanne tous azimuts !!
Ant1 citer
Ant1
30/01/2012 20:18
NEED §§§

A quand une filiale Trendocore, le webzine tendance, qui fera d'autres chroniques de BBÄ ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Bomb A
Metal / Hardcore / Punk
2012 - AT(h)ome
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (16)  6.83/10

plus d'infos sur
Black Bomb A
Black Bomb A
Metal / Hardcore / Punk - France
  

vidéos
Fear
Fear
Black Bomb A

Extrait de "Enemies Of The State"
  

tracklist
01.  Come on down
02.   We don't care
03.  Fear
04.  No way
05.  Enemies of the state
06.  Destruction
07.  Telling me lies
08.  Take control
09.  Pedal to the metal
10.  Hell on earth
11.  Outro

line up
parution
30 Janvier 2012

voir aussi
Black Bomb A
Black Bomb A
Straight In The Vein (EP)

1999 - Autoproduction
  
Black Bomb A
Black Bomb A
Human Bomb

2001 - Sriracha Sauce
  
Black Bomb A
Black Bomb A
From Chaos

2009 - AT(h)ome
  

Essayez aussi
Letlive.
Letlive.
The Blackest Beautiful

2013 - Epitaph Records
  
Venomous Concept
Venomous Concept
Poisoned Apple

2008 - Century Media Records
  
Cursed
Cursed
III: Architects of Troubled Sleep

2008 - Goodfellow Records / Reflections Records
  
Coliseum
Coliseum
No Salvation

2007 - Relapse Records
  
Daggers
Daggers
It’s Not Jazz, It’s Blues

2014 - Throatruiner Records
  

Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique