chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
127 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aborted - Global Flatline

Chronique

Aborted Global Flatline
Aborted est de retour d’entre les morts. J’aurais pu utiliser l’image du Phénix, mais ce n’a jamais été mon chevalier du zodiaque favori, et puis les zombies s’imposent un peu d’eux-mêmes vu l’artwork de « Global Flatline ». Quiconque a suivi même de loin la discographie d’Aborted sait que le groupe s’est perdu pendant 2 albums (« Slaughter & Apparatus » et « Strychnine.213») dans des circonvolutions mélodiques manquant singulièrement d’efficacité ; et bien que loin d’être inécoutables ces albums n’ont pas le charme plein de délicatesse d’un « Goremaggeddon ».

C’est donc avec un line-up une nouvelle fois remis à neuf que la bande à Sven tire à boulets rouges dans nos esgourdes en ce début d’année. Un line-up qui, j’ai pu le constater lors de la récente tournée avec Decapitated, a un certain panache et une réelle maitrise scénique qui promet pour la suite, si le groupe se maintient avec l’effectif présent. On a tous encore en tête l’EP « Coronary Reconstruction », qui montrait déjà un retour volontaire et assumé à ce qui a fait le succès d’estime du groupe, un Gore / Death bien Brutal et sans excès de fioritures… mais avec une pointe de mélodie (solis) héritée de l’époque « The Archaic Abbatoir » et une production qui t’éclate la face (jeu concours Thrashocore : compte le nombre de fois où le groupe use du méga coup d’infrabasse sur un break pendant l’album. Premier indice sur « The Origin of Disease » à 0mn59). Bref, back to the basics et tant mieux, on n’attendait au final rien d’autre d’eux.

L’essai est-il convaincant ? Pour ma part oui. Les premières écoutes m’ont laissé un peu perplexe, car on est vite débordé de toutes parts par l’enchainement ultra rapide des titres et l’extrême brutalité de l’ensemble. Un brin monolithique dans un premier temps, j’ai mis 5 ou 6 écoutes à saisir les grandes tendances de l’album, et à prendre mes premiers points de repère. On retrouve avec plaisir dans la tracklist les titres de l’EP ; « From A Tepid Whiff » et « Coronary Reconstruction » ne font pas grise mine à côté des nouvelles compositions, qui sont majoritairement blastées à l’extrême…mais pas que. Aux côtés des fulgurantes « Fecal Forgery », « Vermicular, Obscene, Obese » et « Our Father, Who Art of Feces » se nichent en effet quelques compositions plus « originales » : de la groovy-esque « Of Scabs And Boils » (réminiscence des rythmiques Carcassiennes de « The Archaic Abbatoir) à la lourdissime « Expurgation Euphoria », l’album se colore quelque peu entre deux expéditives salves de mitrailleuse. Dans sa version standard, « Global Flatline » se clôt même sur un excellent quasi-instrumental « Endstille », qui fait la part belle aux deux guitaristes faisant glisser leurs doigts boudinés sur la partie aigue de leurs manches : Aborted est bourrin, mais pas que. Dans sa version collector digipak, l’album repart à fond les BPMs avec deux titres réenregistrés de « Engineering the Dead » pour un surplus de brutalité limite indigeste tant la cinquantaine de minutes ayant précédé fût déjà douloureuse pour nos oreilles.

Comme je l’exprimais, « Global Flatline » est à mon sens un retour appréciable et apprécié d’Aborted à ses origines. Quand j’écoute « Grime » et sa rythmique marteau pilon (soutenu par la présence malheureusement trop discrète aux vocaux de Jason Netherton de Misery Index), « Fecal Forgery » et sa furtive plage de temps réservée exclusivement à la basse, ou « Our Father, Who Art of Feces » et sa mélodie limite entrainante de fond de refrain, je me dis qu’Aborted n’a pas dit son dernier mot même après 10 ans de matraquage auditif. OK, je ne met pas au même niveau cette cuvée 2012 et celles d’antan, car « Goremaggeddon » et « Engineering the Dead » ont trop de classiques et de prestance pour qu’on joue au jeu de la comparaison, et « The Archaic Abbatoir » avait des compos sacrément plus travaillés encore, même si tout le monde n’aura pas accroché à ce bébé né avec le syndrome Carcass beaucoup trop prononcé. Passé ces 3 albums, « Global Flatline » se tient en tant que digne successeur de… « The Archaic Abbatoir », et ferme la boucle un peu déshonorante de l’époque 2007 – 2010. Grind ON !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Chri$ citer
Chri$
16/02/2012 13:51
note: 8/10
Paf dans les dents!
Dead citer
Dead
16/02/2012 12:47
_ a écrit : prochaine étape : apprendre la différence entre le futur et le conditionnel

Ouch attaque frontale.
Invité citer
_
16/02/2012 12:22
prochaine étape : apprendre la différence entre le futur et le conditionnel
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
11/02/2012 12:05
note: 8/10
Très bon retour pour ma part, exactement ce que j'attendais de leur part en ... 2008! Dommage que les guests (et les riffs) soient parfois un peu noyés dans la masse mais ça rosse!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aborted
Brutal Death
2012 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (19)  7.61/10
Webzines : (41)  8.07/10

plus d'infos sur
Aborted
Aborted
Death Brutal Moderne - 1995 - Belgique
  

vidéos
The Origin Of Disease
The Origin Of Disease
Aborted

Extrait de "Global Flatline"
  

tracklist
01.   Omega Mortis
02.   Global Flatline
03.   The Origin Of Disease
04.   Coronary Reconstruction
05.   Fecal Forgery
06.   Of Scabs And Boils
07.   Vermicular, Obscene, Obese
08.   Expurgation Euphoria
09.   From A Tepid Whiff
10.   The Kallinger Theory
11.   Our Father, Who Art Of Feces
12.   Grime
13.   Endstille

line up
parution
23 Janvier 2012

voir aussi
Aborted
Aborted
The Archaic Abattoir

2005 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
Engineering The Dead

2001 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
Slaughter & Apparatus
(A Methodical Overture)

2007 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
The Necrotic Manifesto

2014 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
Strychnine.213

2008 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Decapitated
Decapitated
Winds Of Creation

2000 - Earache Records
  
Deranged
Deranged
Deranged

2001 - Listenable Records
  
Cephalectomy
Cephalectomy
The Dream Cycle Mythos (EP)

2008 - Discorporate Music
  
Nox
Nox
Ixaxaar

2007 - Earache Records
  
Dead Congregation
Dead Congregation
Graves Of The Archangels

2008 - Nuclear War Now! Productions
  

10 MoM Challenge n°3 - Ceci n'est pas du DEATH !
Lire le podcast
Entombed A.D.
Bowels Of Earth
Lire la chronique
Mavorim
Silent Leges Inter Arma
Lire la chronique
Asagraum
Dawn of Infinite Fire
Lire la chronique
PPCM #23 - CELTIC pas beau ce METAL-là ?
Lire le podcast
Mgla
Age Of Excuse
Lire la chronique
Kruksog
Foster Prudence
Lire la chronique
Darkend
Spiritual Resonance
Lire la chronique
Adherent
Demo MMXVII (Démo)
Lire la chronique
Power From Hell
Profound Evil Presence
Lire la chronique
Imperial Cult
Spasm of Light
Lire la chronique
Jupiterian
Terraforming
Lire la chronique
Vitriol
To Bathe From The Throat Of...
Lire la chronique
Atlantean Kodex
The Course of Empire
Lire la chronique
Acid Witch
Evil Sound Screamers
Lire la chronique
Lutomysl
Ecce Homo
Lire la chronique
Various Artists
Slave to the Grind (DVD)
Lire la chronique
Temple Of Dread
Blood Craving Mantras
Lire la chronique
Antichrist Siege Machine
Schism Perpetration
Lire la chronique
Illdisposed
Reveal Your Soul For The Dead
Lire la chronique
Furia
Grudzień za grudniem
Lire la chronique
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
Rotted
Pestilent Tomb
Lire la chronique
Jesus Cröst
Tot
Lire la chronique
Impavida
Antipode
Lire la chronique
Imprecation
Damnatio Ad Bestias
Lire la chronique
Esoctrilihum
The Telluric Ashes Of The O...
Lire la chronique
Ossuary
Supreme Degradation (Démo)
Lire la chronique
Wraith
Absolute Power
Lire la chronique
Le Jardin d'Alice
Higenjitsu (非現実)
Lire la chronique