chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
171 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Insorcist - The Slaughter Of Divine Creed

Chronique

Insorcist The Slaughter Of Divine Creed
On n'en parle pas souvent mais le Chili a lui aussi une scène death metal intéressante. Je pense entre autres à Atomic Aggressor, Magnanimus, Dominus Xul, Melektaus, Unaussprechlichen Kulten ou encore Totten Korps. On va désormais pouvoir ajouter à cette liste Insorcist, qui, avec son premier full-length The Slaughter Of Divine Creed sorti au printemps dernier, faisait partie de mes bonnes surprises de 2011. Sous ses airs de petit nouveau toutefois, le groupe a en fait déjà engrangé pas mal d'expérience puisqu'avant sa formation en 2006, Insorcist évoluait depuis 2002 sous le nom de Azael qui a sorti une démo intitulée Downfallen Kingdom en 2003. Une démo dont on retrouve ici deux titres, "The Only Witness" et "Downfallen Kingdom".

Vous voyez cette pochette sombre, occulte et quelque peu bordélique? Eh bien c'est le genre d'artwork qui illustre parfaitement le contenu musical. Insorcist nous propose ainsi un death metal tourmenté des plus ténébreux aux influences black metal indéniables. Et c'est cette ambiance obscure et possédée qui fait tout le charme de The Slaughter Of Divine Creed. L'atmosphère y est instaurée non pas par des passages lents peu fréquents sur l'opus (quand même une séquence bien lourde et menaçante sur "Downfallen Kingdom" à partir de 1'25 ou au début et à la fin de "The Slaughter Of Divine Creed" et des séquences plus posées et mélodiques comme sur "Tormented Spirits" à 1'05, "Warlock Psychic & Occultist" après le solo et "Odgru Jahad" à 4'27) ni par des samples, même s'il y en a aussi quelques uns ("Dark Revelation", "Tormented Spirits", "The Slaughter Of Divine Creed"), mais par un mélange détonnant de deux ingrédients. D'abord de très bons riffs sinistres, et c'est là que les Chiliens font fort. Car la science des tremolos aux mélodies ensorcelantes, ils la maîtrisent avec brio en nous offrant sur chaque titre tout un tas de motifs sombres accrocheurs que l'on se fera un plaisir de retenir. Impossible de résister au pouvoir du côté obscur de la Force de toute façon! Inutile de citer tous les morceaux mais "Tormented Spirits" (1'55), "Downfallen Kingdom" (3'20) ou "Odgru Jahad" (0'16) devraient vous suffire à juger la qualité de ce trio infernal. Insorcist aujoute également quelques touches épiques réussies sur certains riffs tels "The Only Witness" à 1'34, "Downfallen Kingdom" à 0'46, "Warlock Psychic & Occultist" à 2'45 et "The Slaughter Of Divine Creed" à 1'56.

Ensuite, le deuxième ingrédient. Des rythmiques frénétiques et changeantes orchestrées par le batteur épileptique Druaghonik qui blastouille à tout va tel un batteur de brutal death. Son jeu se révèle un peu trop foutraque, impression renforcée par une production crue et sèche, mais il donne un côté chaotique assez jouissif à la musique d'Insorcist, typique des groupes sud-américains. Aspect que l'on retrouve aussi dans les bons solos chaotico-mélodiques de C - Neuron qui n'hésite pas à tâter du vibrato sans faire du n'importe quoi. À écouter "No Religions" à 1'48 et 4'25 sur des riffs noirs et groovy à la Morbid Angel, "The Only Witness" à 1'07 et 2'12, "Tormented Spirits" à 1'45, "Odgru Jahad" à 3'01 et "Warlock Psychic & Occultist" à 0'58.

On s'imagine d'ailleurs bien ce Warlock, sorte de sorcier/savant sataniste un peu fou entrain de faire de la magie noire dans sa cave tout au long de l'album dont les 37 minutes passent sans qu'on s'en rende compte. Car si ça part un peu dans tous les sens, le chaos reste contrôlé, le combo de Santiago étant loin d'être manchot. On note évidemment quelques petites baisses de régime, en témoigne un "Being God" en deçà du reste et bien trop vite expédié (2'07) mais dans l'ensemble Insorcist maîtrise son sujet et fait montre d'un potentiel qui, exploité à fond, devrait faire encore plus mal. The Slaughter Of Divine Creed est donc un premier album prometteur qui a beaucoup à offrir, des riffs intéressants à une ambiance occulte et sinistre, en passant par un chant tantôt growlé tantôt shrieké illustrant bien la personnalité tourmentée des Chiliens. Une bonne découverte que je vous invite sans tarder à essayer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
19/02/2012 14:35
c'est pas dégueu cette connerie ; ça se trouve où ?
edit : ah, je viens de le voir sur ebay

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Insorcist
Blackened Death Metal
2011 - Blasphemy Art
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Insorcist
Insorcist
Blackened Death Metal - 2006 - Chili
  

vidéos
Odgru Jahad
Odgru Jahad
Insorcist

Extrait de "The Slaughter Of Divine Creed"
  

tracklist
01.   Dark Revelations
02.   No Religions
03.   The Only Witness
04.   Tormented Spirits
05.   Being God
06.   Downfallen Kingdom
07.   Warlock Psychic & Occultist
08.   Odgru Jahad
09.   The Slaughter Of Divine Creed

Durée : 37'36

line up
parution
27 Mars 2011

Essayez aussi
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Kerasphorus
Kerasphorus
Cloven Hooves At The Holocaust Dawn (EP)

2010 - Nuclear War Now! Productions
  
Invincible Force
Invincible Force
Satan Rebellion Metal

2015 - Dark Descent Records
  
Black Bleeding
Black Bleeding
The Awakening (Démo)

2005 - Nihilistic Holocaust
  
Appalling
Appalling
Inverted Realm

2019 - Redefining Darkness Records
  

Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique