chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Diocletian - War Of All Against All

Chronique

Diocletian War Of All Against All
Un an seulement après un premier album très prometteur bien que difficile à digérer, les Néo-Zélandais de Diocletian signent ici leur retour aux affaires avec un nouvel opus intitulé War Of All Against All. Sorti en 2010 sur Invictus Productions, ce deuxième album marque le pas sur son prédécesseur et s'inscrit donc en toute logique dans la parfaite continuité de Doom Cult tout en faisant bien attention de continuer à proposer une vision "originale" et personnelle d'un war metal souvent considéré comme un genre bas du front. La seule faute de goût évidente réside pour moi dans cette pochette un brin déjà vue malgré un insert d'excellente facture (notons toutefois que la version LP se voit gratifier d'un artwork différent et un peu plus à mon goût. Serait-ce là un aveu de la part même de Diocletian?).

De Doom Cult, Diocletian conserve donc bien des choses, à commencer par une production étouffante et exigeante. Oui, exigeante, car elle impose à l'auditeur de se donner de la peine pour en saisir toutes les nuances, les variations, les mises en abîmes... Diocletian n'était déjà pas à la portée de tous et ce n'est certainement pas avec ce deuxième album que les choses vont changer. Ainsi, il faut toujours autant prêter attention aux guitares pour capter l'essence même de leurs mélodies perfides et destructrices. Des guitares qui semblent souvent diffuses et monotones mais qui contribuent bien évidemment à la mise en place d'une atmosphère guerrière et apocalyptique, renforcée par ces voix bestiales et menaçantes qui, comme sur Doom Cult, semblent prendre un malin plaisir à nous tourmenter en long, en large et en travers. Je me répète, mais là encore l'écoute au casque est très importante pour saisir et assimiler cette musique primaire et bestiale et passer outre cet aspect terriblement monolithique.

Mais si beaucoup d'éléments demeurent les mêmes, Diocletian à eu le bon goût de mettre l'accent sur certains points déjà abordés sur le premier album. Ce qui saute aux yeux, ce sont dans un premier temps ces titres lourds au tempo ralenti. On connaissait un Diocletian dont l'intensité n'avait d'égale que la virulence de sa puissance de feu, nous voilà face à un Diocletian capable de tout écraser sur son passage en ralentissant la cadence et cela grâce à des compositions d'une extrême lourdeur. Si elles ne sont pas légion, elles se démarquent nettement du lot (plus que sur Doom Cult) d'autant qu'elles sont mises en avant par des morceaux qui, à contrario, sont eux souvent très intense ("All Against All" et "Infernos"). Ainsi, "Might Is Right" et surtout l'éprouvant "Fortress Of The Unconquerable" en sont les exemples les plus parlants. Ce dernier titre qui affiche tout de même plus de seize minutes au compteur (dont neuf d'ambiance noisy en guise de conclusion), donne ainsi à voir un autre visage de Diocletian qui lui va plutôt bien même si à mon sens cela met en exergue encore davantage cet aspect monolithique et impénétrable. Le tempo se ralentit également à l'occasion de quelques breaks salvateurs, comme par exemple sur l'excellent "Death Tyrant" et ce passage quasi militaire à partir de 3:09.
A l'inverse, on remarque également deux titres ultra courts auxquels Diocletian ne nous avait pas habitué jusque là. Ainsi, "Desolate Earth" et "Blood Aeon" ne dépassent que de quelques secondes la minute. Deux titres à l'urgence quasi punk. Deux titres intense d'un war metal vicieux et intransigeant.
Heureusement, cette sensation de bloc inébranlable est bousculée, comme c'était déjà le cas, grâce au jeu de batterie de C. Sinclair. Sans être tentaculaire, il insuffle aux compostions de Diocletian quand même pas mal de variété sans perdre de vu cette brutalité primaire. La production très crue de Doom Cult s'est ici estompée au profit d'une production moins sèche qui pouvait avoir tendance à vite agacer.

Vous l'aurez compris, War Of All Against All n'est pas sensiblement différent de son prédécesseur. Pourtant à y regarder de plus prêt, on se rend compte que Diocletian a tout de même mis l'accent sur certains aspects déjà présents sur Doom Cult. Ainsi, ce deuxième album gagne en lourdeur en même temps qu'il propose des titres à l'intensité rare. Ce qui par contre ne change pas, c'est cette difficulté à pénétrer l'univers vicieux et nauséabond de ces Néo-Zélandais. A tel point qu'aujourd'hui, même si mon cœur balance toujours un peu plus en faveur de Doom Cult lorsque je l'écoute, je n'arrive pas à savoir précisément lequel des deux est le meilleur. Au moins une chose est sûre, c'est que dans quelques semaines, il faudra reprendre ce travail d'assimilation avec la sortie d'un nouveau EP intitulé European Annihilation. Aux armes!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
pete bondurant
26/08/2012 22:26
il est qd meme plus death metal que doom cult non ?
Invité citer
pete bondurant
17/03/2012 13:05
entre decimator et dom cult (car lourdeur plus présente que sur doom cult) + prod plus puissante et grasse. L'ambiance est là mais moi aussi je suis scotche sur doom cult (et surtout decimator)....grosse attente sur le prochain release
AxGxB citer
AxGxB
12/03/2012 17:38
note: 8/10
gulo gulo a écrit : oups, j'ai pas l'habitude de ce degré de précision chroniquale Clin d'oeil

Sourire
gulo gulo citer
gulo gulo
12/03/2012 17:37
note: 9/10
oups, j'ai pas l'habitude de ce degré de précision chroniquale Clin d'oeil
AxGxB citer
AxGxB
12/03/2012 17:34
note: 8/10
Je parle en fait de la production de la batterie qui sur "Doom Cult" était très "raw" alors que je la trouve plus travaillée sur cet album.
gulo gulo citer
gulo gulo
12/03/2012 16:44
note: 9/10
marrant, quant à moi je trouve la prod de Doom Cult plus velours, et celle d'ici atrocement fracas métallique, ce qui est pour beaucoup dans son côté "déchaîne les enfers" ; cet album, c'est les flammes de la fin du monde ; un déluge de vice cataclysmique

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Diocletian
Black / Death Metal
2010 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  7.72/10
Webzines : (7)  8.26/10

plus d'infos sur
Diocletian
Diocletian
Black / Death Metal - 2004 - Nouvelle-Zélande
  

tracklist
01.   Black Dominion  (04:00)
02.   Desolate Earth  (01:13)
03.   All Against All  (02:58)
04.   Might Is Right  (04:31)
05.   Kingdom Of Rats  (03:52)
06.   Death Tyrant  (04:41)
07.   Nuclear Vomited  (03:02)
08.   Blood Aeon  (01:16)
09.   Infernos  (03:12)
10.   Fortress Of The Unconquerable  (16:13)

Durée : 44:58

line up
parution
1 Octobre 2010

voir aussi
Diocletian
Diocletian
Gesundrian

2014 - Osmose Productions
  
Diocletian
Diocletian
Annihilation Rituals (Compil.)

2012 - Osmose Productions
  
Diocletian / Weregoat
Diocletian / Weregoat
Disciples Of War (Split-CD)

2012 - Dark Descent Records
  
Diocletian
Diocletian
Doom Cult

2009 - Invictus Productions
  
Diocletian
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvrning God

2019 - Profound Lore Records
  

Essayez aussi
Grief Of Emerald
Grief Of Emerald
Nightspawn

1998 - Listenable Records
  
In Aeternum
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)

2016 - Pulverised Records
  
Kerasphorus
Kerasphorus
Cloven Hooves At The Holocaust Dawn (EP)

2010 - Nuclear War Now! Productions
  
Necrophobic
Necrophobic
The Third Antichrist

1999 - Hammerheart Records
  
Cenotafio
Cenotafio
La Fatídica Excrecencia De La Subtierra

2017 - Ancestral Terror Records
  

Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast