chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unleashed - Odalheim

Chronique

Unleashed Odalheim
Pour tout vous dire je ne m’en suis pas encore remis… Dismember s’est séparé abruptement l’année dernière… Le « Big Four » du death metal de Stockholm n’est plus et se résume désormais au trio Grave, Entombed et Unleashed, premier groupe à dévoiler ses armes en ce début d’année 2012. Depuis le monstrueux Midvinterblot, la bande à Johnny nous a servi des albums de qualité, loin s’en faut, mais bien peu mémorables et à la musique en perte de vitesse (particulièrement As Yggdrasil Trembles, dont je ne me rappelle pas grand chose). Sans surprise, la bande n’abandonne pas sa thématique sur la mythologie nordique : l’Arbre-Monde a tremblé et a sonné la fin du monde. L’hiver Fimbul arriva, trois années de grand froid et de ténèbres qui causa la fin de la vie, le fameux Ragnarök. Les guerriers qui survécurent, bâtirent alors un nouveau monde sur ces cendres, Odalheim, onzième album (!!!) de nos vétérans suédois.

Je ne pensais pas dire ça d’Unleashed mais le groupe m’a plutôt surpris. Quelques pistes étaient ceci dit déjà perceptibles. Fredrik Folkare (producteur et compositeur attitré d’Unleashed) est désormais le nouveau lead guitariste de Necrophobic (un line-up prometteur !), quant à Anders Schultz il est le tapeur de fûts d’Unanimated. Cette appétence pour le black/death n’est pas nouvelle, Fredrik Folkare l’avait déjà apportée à Unleashed depuis Sworn Allegiance. Sauf que sur ce Odalheim, cela demeure encore plus flagrant. Quelques leads glacials rappelant la Suède des glorieuses années 90 : l’épique « White Christ », « Gathering The Battalions » (Necrophobic à souhait), l’imparable destructeur de cervicales « Vinland », le tube « Germania » (et son break syncopé façon « djent »)… Bref les amateurs seront plus que servis. Sans oublier évidemment les soli encore plus hallucinants de Fredrik (« The Hour Of Defeat ») sur chaque morceau composant ce Odalheim (sans exception) ! Mais au-delà de ces penchants mélodiques (la comparaison avec Amon Amarth reste inévitable), Unleashed ose expérimenter : un death metal transitant vers quelque chose de moins « primaire » et de plus ambiancée. Là aussi, quelques timides percées avaient déjà été faites sur les précédents opus, elles s’imposent dorénavant. Une atmosphère presque mélancolique s’y dégage et ça dès le titre d’ouverture « Fimbulwinter ». Assez étonnant de la part d’Unleashed mais savoureuse en tout point. Le groupe n’hésitera d’ailleurs pas à remplir presque sur la moitié des titres, des introductions acoustiques inquiétantes (« The Hour Of Defeat », « Viland », « By Celtic And British Shores », « The Soil Of Our Fathers », « Germania »…), comme un clin d’œil à un certain « Where No Life Dwells ».

On sent que les musiciens ont travaillé avec minutie les structures ainsi que les transitions de leurs titres, défaut majeur qui collait à Unleashed. La musique paraît plus « aérée » et permet de respirer entre deux secouages de touffe, couplée cette fois à une durée quasi-parfaite pour le style pratiqué (42 minutes). Nous sommes encore une fois à des années lumières des compositions limite « punk » des débuts (période Lindgren). Pour autant le death metal « néanderthalien » fait pour headbanguer la bière à la main n’est pas oublié, quant au timbre unique et aux refrains caricaturaux de Johnny (« Warriors ! Battle ! » et autres hurlements « Yaaah ! » à toutes les sauces, quitte même à reprendre certaines paroles de leurs anciens morceaux) ils sont toujours bien présents. Chaque titre ayant droit à ses passages bestiaux. Une recette qui dure depuis 1989. Malgré toutes ces louanges, il reste tout de même à Unleashed à encore peaufiner ses compositions. A l’instar de Hammer Battalion et As Yggdrasil Trembles, certains passages essoufflent la galette voire carrément des titres entiers (le vilain petit canard « Rise Of The Maya Warriors » en particuliers). Reste que le résultat final est plus que satisfaisant, cela suffit amplement.

Unleashed délivre un album transpirant l’effort de composition et une efficacité imposante. Un réveil fortement apprécié après un dernier opus (As Yggdrasil Trembles) bien morose nous en conviendrons. Certes, il manque encore d’avantage de passages mémorables pour que Odalheim puisse défier un Midvinterblot par exemple, mais la qualité est au rendez-vous et c’est bien tout ce que l’on exige pour le style pratiqué. Pas l’album de l’année mais un disque important de cette année 2012. « Come on warriors ! »

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Dark Nico citer
Dark Nico
24/03/2012 20:23
Depuis Sworn Alliance, Unleashed généralement nous gâte, celui ci a l'air prometteur. J'ai l'impression qu'ils ont reculés un peu la sortie, du CD. Dommage.
J'espère qu'il contient un hit genre "Winterland"
hurgh citer
hurgh
23/03/2012 10:52
Si le morceau en écoute est le plus mauvais de l'album, alors là je fonce pour l'acheter ce Unleashed ! C'est pas une chanson géniale, mais elle est bien torchée, et puis toujours le style de solo génial de Folkare. J'ai pas écouté "As Ygg...", mais "Hammer Battalion" m'avait filé une bonne beigne, album encore plus puissant pour moi que "mindvinter..."
Mitch citer
Mitch
22/03/2012 15:59
note: 8/10
Surtout ne pas se fier au titre en écoute (le plus faible), qui n'a pas grand chose à voir avec le reste de la galette.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unleashed
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  8.33/10
Webzines : (29)  7.7/10

plus d'infos sur
Unleashed
Unleashed
Death Metal - 1989 - Suède
  

tracklist
01.   Fimbulwinter
02.   Odalheim
03.   White Christ
04.   The Hour of Defeat
05.   Gathering the Battalions
06.   Vinland
07.   Rise of the Maya Warriors
08.   By Celtic and British Shores
09.   The Soil of Our Fathers
10.   Germania
11.   The Great Battle of Odalheim

Durée : 42:52

line up
parution
20 Avril 2012

voir aussi
Unleashed
Unleashed
Hammer Battalion

2008 - Steamhammer Records (SPV)
  
Unleashed
Unleashed
Across The Open Sea

1993 - Century Media Records
  
Unleashed
Unleashed
Hell's Unleashed

2002 - Century Media Records
  
Unleashed
Unleashed
Dawn Of The Nine

2015 - Nuclear Blast Records
  
Unleashed
Unleashed
Where No Life Dwells

1991 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Autopsy
Autopsy
Tourniquets, Hacksaws And Graves

2014 - Peaceville Records
  
Obituary
Obituary
Inked In Blood

2014 - Relapse Records
  
Cryptborn
Cryptborn
In The Grasp Of The Starving Dead

2011 - Dark Descent Records
  
Sinister
Sinister
Syncretism

2017 - Massacre Records
  
Taphos
Taphos
Demo MMXVI (Démo)

2016 - Autoproduction
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique