chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
137 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ginger Brain Man - Terreurs Nocturnes

Chronique

Ginger Brain Man Terreurs Nocturnes
Satan qu'il fut difficile de poser des mots sur cet album! Il y avait bien longtemps que je n'avais pas autant tergiversé avant d'écrire la moindre ligne sur une galette qui m'a pratiquement procuré une sensation différente à chaque écoute, passant de l'indifférence désabusée à l'intérêt non feint. Il faut dire que le style des caennais n'est pas spécialement facile d'accès. Brutal certes mais parfois très chaotique, le combo composé d'ex membres de Wargus, Birthdecline et Demosys ne fait pas dans le metal le plus accessible, avouons qu'avec un nom pareil on aurait pu s'en douter (« L'homme au cerveau de gingembre »??). Revendiquant sans surprise des influences aussi diverses que Converge, Botch, Napalm Death, Gojira, Satyricon, les Melvins ou Morgbl, le quatuor nous livre ici son premier effort enregistré fin 2010 par Julien Divert et Yohann Larquenin de Sickbag. Qu'en retenir au final? Des bonnes idées, d'autres moins, une certaine fraîcheur frisant parfois la maladresse mais un album qui s'en sort en définitive plutôt pas mal.

Bouffant donc un peu à tous les râteliers, la musique de Ginger Brain Man n'en est pas évidente à aborder et malgré la brutalité et la folie débridée qui peuvent rapidement séduire au premier abord j'avoue avoir d'abord été surtout contrarié par quelques éléments m'empêchant de rentrer pleinement dans ce « Terreurs Nocturnes » possédant pourtant au premier coup d'oeil pas mal d'attraits pour me séduire. En dehors de l'aspect chaotique frisant parfois le joyeux bordel (plus ou poins organisé), les onze titres proposés ici ont eu du mal à tous retenir mon attention avec la même intensité. Passée une entame d'album assez correcte (disons une première moitié), difficile de se raccrocher à quelque moment fort émergeant du chaos ambiant. Ayant dès lors les défauts de ses qualités, Ginger Brain Man s'expose en voulant mixer death, grindcore, relents stoner, accalmies plus mélodiques, à des cassures de rythmes susceptibles de mettre à mal l'attention de l'auditeur. Qui plus est le quatuor se laisse parfois aller à quelques passages moins bien sentis (cet arpège sur « Erase Una Vez », l'intro de « Nessie ») voire quelques approximations comme par exemple ce passage de 1'11 à 1'23 sur « Doppelganger » où le palm mute de guitare et la batterie finissent par se décaler l'un l'autre.

Mais finalement, le manque de temps pour chroniquer entraînant un nombre d'écoutes surnuméraires, « Terreurs Nocturnes » se dévoila un peu plus et même si l'album reste assez inégal dans son ensemble l'intérêt émergea de l'indifférence. Car malgré ces petits défauts force est de reconnaître que les caennais maîtrisent suffisamment leur sujet pour nous trimballer pendant quarante deux minutes de déferlante grindcore en sauvagerie death metal le tout saupoudré de miettes stoner (« The Dead Child's Toys » à 2'36) avec une énergie qui transpire la sincérité. Si les premières écoutes m'avaient laissé croire le contraire, le joyeux bordel métallique exposé ici se révèle au final plus discipliné qu'il n'y paraît et hormis les passages en arpèges ou plus mélodiques assez dispensables le travail de Johann aux grattes est plutôt intéressant et les titres en définitive bien charpentés. J'ai souvent pensé au Zubrowska époque « One On Six » dont la folie rageuse aurait croisé en chemin les accès death/stoner d'un Nolentia (et quand on sait l'admiration que je porte notamment aux premiers cités ce n'est pas un faux compliment). L'album autoproduit est de surcroît doté d'un son naturel très agréable et suffisamment puissant pour permettre aux compos de laisser exploser toute l'énergie dont elles débordent. Mention spéciale à cette basse qui vient souvent gronder aux côtés des guitares avec réussite. Mais « Terreurs Noctrunes » séduit également par ses vocaux très variés épousant les influences diverses du groupe: purs growls death, hurlements et éructations grind, voix plus posée d'influence stoner... Guillaume, épaulé du bassiste Etienne et de Kevin Gillet (Pain Society), nous offre une démonstration de ses capacités vocales qui participent grandement de l'iintérêt que l'album a fini par éveiller chez moi.

Malgré un mauvais départ, « Terreurs Nocturnes » termine donc avec une mention assez bien. Pas mal de choses sont perfectibles chez ce jeune groupe mais beaucoup de bonnes choses émergent finalement de ce premier effort et la marge de progression des caennais reste dès lors importante car je ne doute aucunement de leur potentiel. En recentrant un peu leur sujet (l'album pourrait soutenir une coupe franche d'un ou deux morceaux) la suite pourrait bien s'avérer très alléchante et Ginger Brain Man rejoindre les jeunes pousses prometteuses du metal hexagonal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
08/05/2012 16:48
gulo gulo a écrit : la description fait penser au dernier Inevitable End, non ?
Que je n'ai pas écouté. Mais j'aime me mouiller, donc je répondrai oui.

edit: après avoir écouté l'extrait dispo en ces pages, oui il ya un peu de ça effectivement même si IE sonne plus "pro" et puissant que GBM (mais ce n'est pas très étonnant). Tu peux te faire une idée sur leur bandcamp
gulo gulo citer
gulo gulo
08/05/2012 16:37
la description fait penser au dernier Inevitable End, non ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ginger Brain Man
Grindcore / Death / Metal Extrême
2011 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.13/10

plus d'infos sur
Ginger Brain Man
Ginger Brain Man
Grindcore / Death / Metal Extrême - 2007 - France
  

tracklist
01.   Cooked monster
02.   Doppelganger
03.   The dead child's toys
04.   Kaos
05.   Deismos
06.   Every dead are drunk
07.   Freak the world
08.   Erase una vez
09.   Dark passenger
10.   Terreur nocturne
11.   Nessie

Durée : 42'10

line up
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
Massacre
From Beyond
Lire la chronique