chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
161 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Botanist - I: The Suicide Tree / II: A Rose From the Dead

Chronique

Botanist I: The Suicide Tree / II: A Rose From the Dead
Ces dernières années sont apparus dans notre petit monde des musiques extrêmes des artistes délaissant la noirceur ou le contraste pour transmettre un autre sentiment : la folie naissant d’une lumière aveuglante. Je laisse aux généalogistes la tâche d’expliquer les débuts et nommer ce qui ne l’est pas encore et me contenterai de citer l’un de ses exemples flagrants avec le dernier essai de Liturgy, Aesthethica, où l’impression d’écouter une musique « joyeuse » est vite supplantée par celle d’être sous le joug d’une blancheur totalitaire, la pureté devenant plus intense et conductrice que le malsain habituel.

Botanist s’inscrit dans le même… genre/style/mouvance/esthétique (appelez ça comme vous voulez) et s’impose comme un rejeton de parents ayant déjà réussi à retourner le Black Metal pour le rendre autrement dérangé. Par la forme, d’abord : sans doute sera-t-il haï de toute part quand le fiel déversé sur le Cydonien cherchera à se répandre, car le one man band pousse un peu plus loin l’idiome du « black metal n’en étant pas » par l’accouplement peu conventionnel d’instruments. Otrebor, l’homme derrière le projet, utilise exclusivement une batterie et le hammered dulcimer, qu’il appuie d’une voix éteinte et criarde typiquement black metal – autant dire que ça étonne. Mais ce n’est pas seulement par ce biais qu’il étourdit : ses mélodies basées sur la répétition de thèmes rappelant l’écriture d’un Krallice réduit à son plus simple appareil ; le fait que ce disque est en réalité deux conduits par une préoccupation commune malgré de légères variations donnant à l’ensemble une progression dans la démence (II: A Rose From The Dead usant de plages plus aérées aux sonorités royales comme on peut en trouver dans la dernière création du groupe d’Hunter Hunt Hendrix) ; l’accumulation de morceaux déjà foisonnants et joués à une vitesse proche du grind le moins propice au compromis ; des textes centrés sur l’étude des plantes… Botanist paraît incompréhensible, est incompréhensible et la tentation de déclarer qu’il tient d’un délire proche d’un Impaled Northern Moonforest se prenant au sérieux doit être grande pour celui qui n’est ni préparé, ni adepte de bizarreries (en même temps, il ne faut pas aller voir du côté de Tumult Records – label s’étant occupé de sorties de Weakling, Burmese ou Leviathan entre autres – pour escompter du classique).

Botanist ne ressemble qu’à lui-même et sa personnalité est si prononcée que le name-dropping s’avère difficile. Il fait penser un premier temps à du Bloodiest joué par Robinson, puis à rien de réel, l’évocation devenant hallucination, image d’ermite monomaniaque et expert d’un nouvel art floral intriguant, cruel. Le parti pris de ne ralentir le tempo qu’à de rares occasions oblige à la pause entre les deux parties pour les apprécier pleinement mais suffit à lui seul à transmettre cette surexcitation animant Otrebor, sa volonté d’attaquer de végétal devenu nuisance, de tromper par l’utilisation constante de l’échelle chromatique avec laquelle compose essentiellement le hammered dulcimer en suggérant une beauté proche de la transcendance bien qu’en vérité coupante de claironnements vitreux. Une musique fébrile, sans puissance autre que celle de l’interprétation, et visant constamment les nerfs, montrant que si ce double album pourra être considéré comme « expérimental », il est un aboutissement en soi (et cela, le botaniste semble l’avoir pris en compte, les premiers extraits de son œuvre à paraître cette année, III: Doom In Bloom, présentant des parties atmosphériques se situant à l'opposée de ce qu'il jouait auparavant).

Malgré une légère inégalité entre I: The Suicide Tree et II: A Rose From the Dead, ce dernier étant plus équilibré et mémorisable que son prédécesseur (notamment dans un dernier tiers où le sadique devient majestueux), la totalité est à écouter car elle marque le début d’une entité qui, à terme, risque de faire du grabuge dans la scène metal par son caractère atypique ne pouvant qu’entrainer adoration ou détestation. Ceux qui essayeront trouveront ça étrange. Ceux qui continueront trouveront leur tête transformée en bonsaï, celui que Botanist prend soin de méticuleusement tailler, rempoter et éclairer, jusqu’à trouver la paix. Personnellement, je conseille de poursuivre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Luss citer
Luss
17/05/2012 14:39
Hum vénéré soit-il ! Mais même en copier/coller ça doit être fendard !
lkea citer
lkea
13/05/2012 22:18
note: 8/10
Luss a écrit : Une question c'est le chroniqueur qui marque le nom des pistes sur le côté droit ?

Non, c'est la magie du copier/coller Sourire
Luss citer
Luss
13/05/2012 21:59
Oui c'est vraiment le mot ! Une question c'est le chroniqueur qui marque le nom des pistes sur le côté droit ?
gulo gulo citer
gulo gulo
13/05/2012 12:29
note: 8.5/10
étourdissant

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Botanist
''Eco-terrorist Black Metal''
2011 - tUMULt Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Botanist
Botanist
Green Metal - Etats-Unis
  

tracklist
I: The Suicide Tree

01.   Dracocephalum
02.   Invoke the Throne of Veltheimia
03.   Helleborus Niger
04.   Whorl
05.   Forgotten in Nepenthes
06.   Aldrovanda Ascendant
07.   Chaining the Catechin
08.   Dionaea Muscipula
09.   Clematopsis
10.   Rhododendoom
11.   Gorechid
12.   Cerbera Odollam
13.   Bromeliad
14.   Lepidoptera
15.   Euonymous in Darkness
16.   Dactylorhiza Elata
17.   Glycyrrhiza

Durée : 30 mns

II: A Rose From The Dead

01.   Convolvulus Althaeoides
02.   Dioscoria
03.   Megaskepasma
04.   In the Hall of Chamaerops
05.   Quercus Lamellosa
06.   Echinocereus
07.   Sparaxis of Perdition
08.   Feast of Saussurea
09.   Wings of Antichrys
10.   Monstera’s Lair
11.   Chiranthodendron
12.   Koeleria
13.   Sanguinaria
14.   Dodecatheon
15.   Summon Xanthostemon
16.   Asclepias Curassavica
17.   Strelitzia Reginae
18.   Trillium Recurvatum
19.   Cypripedium
20.   Nephrolepsis
21.   Abrus Precatorius
22.   A Rose from the Dead
23.   [untitled]

Durée : 45 Mns

line up
parution
2 Juillet 2011

voir aussi
Botanist
Botanist
Ecosystem

2019 - Aural music
  
Botanist
Botanist
Collective: The Shape of He to Come

2017 - Avantgarde Music
  
Botanist
Botanist
Photosynthesis

2020 - The Flenser
  
Botanist
Botanist
IV: Mandragora

2013 - The Flenser
  
Botanist
Botanist
VI: Flora

2014 - The Flenser
  

Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique