chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ad Hominem - Dictator

Chronique

Ad Hominem Dictator
(A Monument Of Glory)

Ad Hominem fait entièrement partie de cette frange de groupes qui dérangent.

Oui c’est moche, on est obligés d’en parler à chaque fois qu’on chronique du Ad Hominem mais ce serait un peu décevant si on en parlait pas. Chaque lecteur attend secrètement de savoir quel parti va prendre le chroniqueur pour le conchier/défendre (rayez la mention inutile). Ad Hominem terrorise les spectateurs de M6, horripile le « métalleux » bien-pensant, fait bondir la culotte de l’extrême gauche et chancelle dangereusement entre extrême-droite totalitaire et provocations sans failles. Je ne suis pas vraiment de ceux qui vont dire haut et fort « On s’en fout de la politique, ce qui compte c’est la musique ! ». Même si ce n’est pas vraiment faux dans l’absolu, force est de constater que dans le « cas Ad Hominem », la politique dégouline de la musique.

Que serait finalement un groupe comme Ad Hominem sans ce totalitarisme qui s’entend et se vit ? Pas grand-chose si vous voulez mon avis. Tout au plus un groupe de Black Metal parmi les autres. Kaiser Wodhanaz doit une fière chandelle à ses idéaux qui offrent au projet toute la froideur et la haine dont il se nourrit. Tout ça pour dire que si Ad Hominem est ce qu’il est c’est en partie grâce à ça. À partir de là, peu importe que l’on adhère ou pas au propos distillés dans la musique ou l’artwork du groupe. Ad Hominem est tendancieux. Point final.

Maintenant que le trait est tiré sur ce sujet, place au son et à ce « Dictator : A Monument of Glory » sorti en 2009. Dernier opus de ce projet solo finalement développé en groupe à part entière, « Dictator » reprend là ou « Climax of Hatred » s’était arrêté. Fini le True-Black des débuts, Kaiser évolue maintenant dans un Black Metal martial, industriel et furieusement… dictatorial. Mais « Dictator » est également beaucoup plus abouti que tout ce qu’ l’homme a pu faire auparavant. Ici, chaque petite chose est à sa place, comme en témoignent les bruitages industriels qui font le lien entre chaque titre ou même quelques petits discours parfois incorporés dans les chansons. Cet opus se veut fignolé, peaufiné et travaillé jusque dans ses moindres recoins. Ad Hominem est mature, fort et fier, et cela s’entend de manière très distincte.

« Dictator », c’est d’abord un concept totalement axé sur le totalitarisme au sens large du terme. Les couleurs de l’artwork (très réussi au passage) ainsi que les symboles reprennent tout aux sombres années de l’histoire de l’humanité (avec un degré de subtilité variable…). De plus l’introduction judicieusement nommée « In Power » place l’auditeur dans le vif du sujet avec ses boîtes à rythmes réglées aux pas des militaires et ses chœurs puissants. Et ce n’est finalement pas grand-chose en comparaison des deux missiles qui déboulent par la suite. Le titre éponyme et « Slaves of God » (cette dernière avait été dévoilée comme premier extrait du disque) sont deux belles tueries qui synthétisent très bien le parti pris d’Ad Hominem avec « Dictator ». Riffs efficaces, ralentissements plus martiaux, batterie lourde et basse vrombissante, tout un programme pour démarrer le disque en fanfare.

Kaiser continuera tout au long de l’album à balancer des passages extrêmement efficaces, comme sur le bien bon « Chambers of Hate », ou le plus surprenant « ZOG is dead ». Mais ce n’est pas tout, car le bonhomme a aussi pris le soin de distiller des passages plus Black Metal très prenant. On citera le final tout bonnement exceptionnel de « The Encomium of Terror », réellement terrifiant et paralysant. On notera également la nouvelle version de la chanson « Total Völkermord », ici réinterprétée de manière plus moderne. Bien que n’étant pas la réussite ultime de l’album, cette deuxième vision du titre offre une petite dose de fraîcheur (voire de froideur) à l’ancien Ad Hominem.

Sachez tout de même que c’est « Thorns », batteur italien, qui s’occupe de marteler les fûts ici, et ce dernier s’en occupe rudement bien. À tel point qu’il ne souffre pas de la comparaison avec le précédent disque ou la batterie était effectuée par le très talentueux Azk. 6. La production est quant à elle de très bonne qualité. Un mix puissant avec une basse métallique et une batterie qui l’est tout autant. Autant dire que cela renforce très bien l’impact que peut avoir ce disque. Du beau boulot assuré par Carlos Izzo, qui avait -lui aussi- la lourde tâche de succéder à Ludovic Tournier, autre grande nom de la production Black Metal française.

Vous vous en serez rendu compte, « Dictator » est le disque le plus recherché du groupe. Kaiser a pris ici le soin de travailler, et d’oser des choses dans sa musique, via notamment (et c’est la clef du disque) des ambiances bien plus poussées. Au final, le rendu est exactement celui que l’on pouvait espérer. Un disque puissant, martial, oppressant et taillé dans le dur qui provoquera sans nul doute son lot de frissons.

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Crom-Cruach
23/05/2012 11:44
D'accord avec toi The Shining.
Même s'il est bon s'affranchir des carcans musicaux, j'aime retrouver des idées propres à chaque musique, c'est réducteur j'en conviens.
Exemple quand j'écoutes du Psychobilly, je veux entendre des histoires de série Z morbides et grand guignol mais pas des questions existensialistes sur l'avenir du plancton en Mer de Chine.
citer
(ancien membre)
23/05/2012 11:36
T'inqiuètes Flesh' je déconnais !!!
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
22/05/2012 23:47
note: 8.5/10
Oui, certes, à la base on ne peut nier un certain individualisme, mais à mon avis, on peut inculquer environ une 50aine d'idée sur le Black Metal. Le totalitarisme, au même titre que la possession, la dévotion, l'individualisme, la dépression, Never Stop the Madness, la nostalgie,etc ... sont à mon avis des concepts qui se tiennent plutôt bien dans le BM.

Pour ma part, le BM doit être ancré dans le "mal" au sens large. Donc finalement le totalitarisme c'est pas mal dans ce genre je trouve. C'est pour ça que j'ai un peu de mal avec par exemple le BM Païen, bien que ce soit quelque chose de concevable, c'est pas trop ma vision du truc.

Enfin bon, la dessus, chacun a son avis !
Momos citer
Momos
22/05/2012 23:36
Je trouve au contraire que CC a été plutôt pertinent pour le coup.

Bien qu'il existe plusieurs visions des choses, quel que soit l'Art pratiqué (et Dieu seul sait combien le BM s'est beaucoup diversifié), il n'empêche qu'il y a quand-même certaines "racines" idéologiques propres. Et dans le cas du Black, l'individualisme est une des valeurs principales, je pense. Sourire
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
22/05/2012 23:34
note: 8.5/10
@ Crom-Cruach : Loin de moi l'idée d'être agressif hein Clin d'oeil !
Invité citer
Crom -Cruach
22/05/2012 22:45
Okay, okay FleshOvSatan, c'était juste une petite interrogation en passant...
Pour une fois que je troll pas avec ce genre de sujet sensible et que j'ai essayé d'être soft.

Vous êtes sans pitié sur ce site !!!
Chri$ citer
Chri$
22/05/2012 22:20
Merde, il est où le bouton "J'aime" pour liker ton commentaire Nikta? On est pas sur Facebook ici?
Niktareum citer
Niktareum
22/05/2012 21:42
Des Black Métaux, s'il te plait.

Oui c'est nul, et alors?
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
22/05/2012 21:15
note: 8.5/10
Faudrait arrêter avec les "Le BM prône ça", on interprété le Black Metal comme on veut, c'est d'ailleurs pour ça qu'il y autant de variables dans ce style.
Il n'y a pas Le Black Metal, il y a des Blacks Metals.
citer
(ancien membre)
22/05/2012 20:32
Etrange... moi qui croyait que le BM prônait plus ou moins une certaine forme d'individualisme... le contaire donc du totalitarisme...
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
22/05/2012 11:48
note: 8.5/10
Je te plussoie pour le NKVD, un disque très réussi aussi dans ce genre.
Ad Hominem, les appréciations sont assez variables, beaucoup préfèrent la période plus "true-black" du groupe, perso j'ai toujours été plus sensible à ce que Kaiser a fait par la suite, le fait qu'il se soient un peu bougé les fesses pour créer quelque chose de plus construit.
Tu peux toujours tenter le premier opus du groupe, il y a moyen que ça te parle plus.
Karamazov citer
Karamazov
22/05/2012 02:16
note: 6/10
Sympa sans plus perso. Mon seul album connu d'eux, je précise, et j'ai pas la patte de l'expert. Pour l'aspect politiquement incorrect, ça n'en offre pas autant que ça en promet sur le papier/concept.
Cela dit y'a de très bon passages dans les 4 ou 5 premiers morceaux et l'ambiance est pas flower power du tout. Pour ce qui est de l'aggressivité, des albums de Marduk remplissent mieux la mission sur la longueur in my opinion.
Dans le genre je préfère le NKVD 2011, certes pas l'album de l'année et beaucoup moins bien produit que celui-ci, mais je trouve l'aspect martial/totalitaire plus réussi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ad Hominem
Black Industriel / Totalitaire
2009 - Darker Than Black
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  7.83/10
Webzines : (7)  7.75/10

plus d'infos sur
Ad Hominem
Ad Hominem
Black Metal / Black'n'Roll - 1998 - France
  

tracklist
01.   In Power
02.   Dictator
03.   Slaves of God
04.   The Encomium of Terror
05.   Chambers of Hate
06.   Solitary Supremacy
07.   Z.O.G. Is Dead
08.   Total Völkermord
09.   Schlaschthaus Des Gedanken

Durée : 46.47 min.

line up
parution
23 Juin 2009

voir aussi
Ad Hominem
Ad Hominem
Antitheist

2015 - Osmose Productions
  
Ad Hominem
Ad Hominem
Planet Zog - The End

2002 - Musique Et Tradition
  

Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview