chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hexen - Being And Nothingness

Chronique

Hexen Being And Nothingness
Hexen avait fait très fort en 2008 avec son premier véritable album State Of Insurgency, tout simplement l'un des meilleurs disques de thrash de ces dernières années. Une merveille combinant old-school attitude, agressivité et mélodie qui m'avait rendu dingue. Et il aura fallu attendre quatre ans pour que les Californiens donnent enfin un successeur à ce joyau. Tant mieux d'un côté, cela veut dire que le groupe a peaufiné son nouvel album. Toujours mieux que de se ruer en studio pour tabler sur un relatif succès. On retrouve donc avec grand plaisir nos quatre thrashers avec toutefois un léger changement puisque le guitariste James Lopez a laissé sa place à l'ex-Exmortus Artak Tavaratsyan qui vient grossir les rangs des membres d'origine arménienne. Hexen a également gravi un échelon en terme de label puisque de OSM Records, le combo de L.A. passe chez les excellents Pulverised Records.

Le contexte étant posé, je dois dire que Being And Nothingness m'a causé beaucoup de soucis. À tel point que j'ai été très déçu par mes premières écoutes. C'est que je ne m'attendais pas à ça et que j'ai mis du temps à me rendre compte de sa valeur. Car Hexen a évolué et a pris une nouvelle direction qu'illustre merveilleusement la pochette splendide de Necrolord. On reconnaît la patte du groupe, notamment par les vocaux éraillés d'Andre Hartoonian, et il s'agit toujours de thrash. Mais la formation va bien plus loin que ça ici en développant l'un des aspects qui faisait déjà le charme de State Of Insurgency, la mélodie. Attendez vous donc à un opus non seulement très mélodique mais aussi progressif, comme si Megadeth croisait le Death des mid-90s. Alors forcément le côté fonceur et violent du thrash de base en a pris un coup. L'amateur de tchouka-tchouka que je suis s'est retrouvé sevré. C'est sans doute pour cette raison que la déception fut le premier sentiment qui m'a envahi. Moins rapide, plus modéré. Moins centré sur le bourrin, plus sur l'atmosphère (il n'y a qu'à voir l'utilisation régulière quoique jamais envahissante de claviers) et l'émotion (belles mélodies, nombreux passages acoustiques...), à l'image de "Macrocosm", introduction calme et posée toute en ambiance. J'ai ainsi trouvé Being And Nothingness mou et chiant, la production froide et clinique n'aidant pas beaucoup non plus.

Ça, c'était avant. Avant qu'au fil des nombreuses écoutes, l'album distille en moi son venin addictif et que ses défauts deviennent des qualités. La production colle après tout parfaitement avec l'atmosphère sombre et froide, parfois même triste et mélancolique, ainsi qu'avec les thématiques plus philosophiques que d'habitude dans le thrash. Et puis, ce n'est pas comme si tout l'album naviguait pépère en mid/down-tempo. Si la vitesse de jeu a en effet été réduite, les Américains laissent encore pas mal de place pour des accélérations bien senties. Des titres comme "Private Hell" et "Walk As Many, Stand As One" (et ses chœurs jouissifs) sont d'ailleurs bien thrash et rapides dans l'esprit. Mieux, certains passages font partie des trucs les plus brutaux jamais composés par le groupe comme quand Carlos Cruz, depuis parti se concentrer sur son autre groupe Warbringer, balance quasiment des blasts sur "Private Hell" et "Nocturne". Sur ce dernier, on n'est pas loin du death metal entre la première et la quatrième minute avec un riffing très sombre et une rythmique énervée. Des séquences de jeu minoritaires mais jubilatoires. On appréciera aussi les riffs plus simples et directs qui appellent au headbanging frénétique ("Defcon Rising" à 1'09 et 5'04, "Walk As Many, Stand As One" à 0'16, "Stream Of Unconsciousness" à 0'57, "Indefinite Archetype" à 0'54 et 4'37 ou le début de "The Nescient"). Un peu de groove ça ne fait pas de mal!

Pas si mou que ça finalement! Mais la rythmique n'est pas ce qui a fini par me scotcher. Car il est un domaine que Hexen maîtrise davantage. Les riffs sont souvent inspirés, intéressants et mélodiques mais c'est bien en matière de leads que le travail accompli impressionne. En bon fan de heavy metal, les solos ne pouvaient pas me laisser indifférent. Niveau leads, Being And Nothingness est tout simplement ce que j'ai entendu de mieux ces dernières années avec le premier album solo de Jeff Loomis ou le dernier Riot. Une putain d'orgie qui a su trouver le juste milieu entre démonstration de virtuosité (sweeps, shred, tapping) et de technique (contrepoint, harmonie, dissonance...) et feeling mélodique (mémorabilité et émotion). Le sens de la mélodie développé ici laisse rêveur et fait passer un message à tous les autres groupes: pas la peine de vous fatiguer à composer des solos cette année, ils paraîtront tous ridicules en comparaison. Inutile de faire une liste car tous, je dis bien tous, devraient s'y trouver, le duo Ronny Dorian/Artak Tavaratsyan faisant des merveilles à chaque fois. On pense à Marty Friedman, Chuck Schuldiner, Jason Becker, la grande classe quoi!

Parachèvement de la maîtrise collective et du talent de composition de Hexen, le dernier morceau "Nocturne" mérite un paragraphe à lui seul. Divisé en huit parties alternant violence et accalmie sur près d'un quart d'heure, "Nocturne" est un putain de chef d'œuvre, une pièce maîtresse absolument fantastique qui nous emmène très haut dans le paysage cosmique de l'artwork et vaut à elle seule l'achat de l'album. "Nocturne" s'ouvre sur une guitare plaintive triste à pleurer (merci Chopin!) à laquelle viennent s'ajouter quelques accords acoustiques. La tension monte avec les coups de grosse caisse répétés de Carlos Cruz jusqu'à ce qu'un piano néoclassique marque le début d'un long passage thrash énervé et dark proche du death. Puis solos et leads mélodiques en tout genre, ça fuse de partout avant qu'une longue et magnifique partie acoustique vienne calmer les esprits. Nouveau festival de leads grandioses, re-bourrinage, solos dans tous les coins avec même un solo de basse à 9'22, dissonance, break atmosphérique, acoustique, claviers d'ambiance, riff headbangant et fin ultime sur un solo orgasmique. Bref, le pied total pour l'un des meilleurs morceaux de metal jamais composés. Oui, rien que ça! Et celui-là, je n'ai pas mis une dizaine d'écoutes pour le savourer!

Comme quoi, j'ai bien fait de persévérer. Being And Nothingness est de ces albums qui mettent du temps à se révéler et faire de l'effet. D'abord déçu - il faut dire que ce nouvel opus tant attendu d'Hexen se montre extrêmement riche et marque une évolution mélodico-progressive pas évidente à digérer - j'en suis maintenant accroc, même si je n'aurais pas dit non à davantage de vélocité. Je garde d'ailleurs toujours une préférence pour le plus direct et purement thrash State Of Insurgency mais impossible de résister au travail de composition époustouflant abattu par la formation californienne qui force le respect. Si toutefois vous ne jurez que par le thrash primitif, fuyez face à une telle abondance de mélodies et au manque de vitesse et d'agressivité. Pour ceux qui n'ont rien contre le thrash classieux et élégant par contre, Being And Nothingness se pose en indispensable avec une place dans le bilan de fin d'année déjà assurée. Hexen confirme avec brio qu'il fait partie des meilleures jeunes formations à l'heure actuelle car il ne se contente pas d'appliquer à la lettre les règles établies 30 ans plus tôt et de recracher bêtement ses influences dans sa musique. Il y jette son âme. Et quand on a un tel talent, ça ne peut que donner quelque chose de grand.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
13/12/2016 21:58
note: 8.5/10
En fait, le principal problème de Being And Nothingness c'est la piste Nocturne qui est tellement un cran au dessus du reste. Après l'intro plutôt pas mal, déboule Grave New Yorld et là c'est le drame. Probablement la chanson que j'aime le moins (toutes proportions gardées) composée par le groupe et j'ai généralement une irrépressible envie de zapper jusqu'au final (que je réécoute 2 - 3 fois en boucle Gros sourire). C'est dommage parce que si je me motive à l'écouter en entier cet album, il est plutôt cool dans sa globalité.

Et puis Nocturne quoi. Tu en as très bien parlé, cette piste est monstrueuse. Pris en isolation, une des meilleurs chansons que j'ai eu l'occasion d'écouter.
Niktareum citer
Niktareum
08/06/2012 12:50
Autant je n'ai jamais partagé ton entousiasme sur "State..." autant les extraits proposés et cette direction plus mélodico-progressive me plait davantage.
Immortalis citer
Immortalis
02/06/2012 00:17
note: 8.5/10
Vraiment sympa ta chronique Keyser ! En tous cas ça donne vraiment envie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hexen
Thrash Mélodico-Progressif
2012 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  8.43/10
Webzines : (21)  7.48/10

plus d'infos sur
Hexen
Hexen
Thrash Mélodico-Progressif - 2003 † 2013 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Macrocosm
02.   Grave New World
03.   Defcon Rising
04.   Private Hell
05.   Walk As Many, Stand As One
06.   Stream Of Unconsciousness
07.   Indefinite Archetype
08.   The Nescient
09.   Nocturne
I. Opus 55 № 1 In Fmin
II. Out Of Reach
III. Existential Crisis
IV. Entrance Of The Absurd
V. The Unbearable Lightness Of Being
VI. With Salvation I Persist
VII. Elegy Of The Night
VIII. End In Purplexity

Durée : 53'06

line up
parution
28 Mai 2012

voir aussi
Hexen
Hexen
State Of Insurgency

2008 - Old School Metal Records
  

Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique