chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
101 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Napalm Death - Utilitarian

Chronique

Napalm Death Utilitarian
Les fidèles les plus assidus du site on déjà dû maudire notre descendance pour les vingt générations à venir. « Quoi?! Le nouveau Napalm Death n'est pas encore chroniqué?!! ». Mea culpa les amis. Toutefois si cette chronique ne voit le jour qu'en ce milieu de Roland Garros où les français ont étonnamment brillé (comprendre ils ont passé au moins un tour) ce n'est pas (une fois n'est pas coutume) par simple fainéantise. Non, je dois avouer que les premières écoutes de ce « Utilitarian » m'ont quelque peu laissé de marbre, ou disons plutôt et sans exagérer les choses que cet album ne m'a pas autant instantanément emballé que la plupart des fans avec lesquels j'avais pu échanger et qui ne tarissaient pas d'éloges sur ce nouveau bébé. J'ai donc consciencieusement décidé d'appliquer la fameuse politique de l'autruche et de laisser de côté quelques semaines ledit album avant de revenir à la charge (technique également connue sous le nom de ''drague de l'adolescente'', ouais ignore-le pendant 15 jours tu vas voir il va revenir vers toi en rampant!). Bref, une nouvelle offrande des britanniques étant un événement pour bon nombre de fans de musiques extrêmes, à commencer par votre serviteur, le silence ne pouvait être gardé plus longtemps.

Et je dois avouer que cette pause aura été bénéfique pour la bande à Barney puisque l'effet escompté a bel et bien été au rendez-vous: « Utilitarian » a fini par m' exploser à la tronche. Vieux motard que j'aimais comme dirait l'autre... J'ai moi même du mal à m'expliquer pourquoi ce nouveau bébé a mis autant de temps afin de se révéler mais peu importe, là n'est pas la question, cela avait été le cas aussi pour « The Code Is Red... Long Live The Code » et « Smear Campaign », que ce dernier album surpasse sans problème. Dès la sortie les commentaires allaient bon train sur les (soit disant) expérimentations de ce « Utilitarian », qu'elles soient vocales ou musicales. Même si effectivement le saxo de John Zorn et le chant clair de Barney façon Burton C. Bell ont de quoi surprendre à la première écoute, là n'est pas la chose la plus intéressante selon moi, Napalm Death ayant de toute façon déjà prouvé par le passé son attrait pour les digressions de toute sorte, il suffit pour s'en convaincre de réécouter un album comme « Diatribes » (ou même « Time Waits For No Slave »). Sur ce point, si le chant clair de Mark sur « The Wolf I Feed » passe comme une lettre à la poste, je reste toutefois plus circonspect quant à l'intérêt de l'intervention de John Zorn et son apport au titre Everyday Pox ». N'étant déjà pas fan à la base du son saxophone, la dissonance apportée au titre a plutôt tendance à me faire grincer des dents qu'à me faire sauter la braguette. Bref, comme je le disais là n'est pas pour moi l'intérêt de cet album mais plutôt dans tout le reste. Et le reste c'est (quelle surprise!!) du Napalm Death 100% pur jus comme on l'aime. La recette vous la connaissez comme moi sur le bout des doigts: un grind furieux teinté de punk et d'un soupçon de death, rien n'a changé. Et si la longue carrière du groupe comporte plusieurs époques marquées chacune d'une identité musicale différente, ce quatorzième full length (!) se place lui dans la droite lignée de ses trois prédécesseurs. Après une intro martiale et imposante, la mort au napalm lâche les loups pour trois gros quarts d'heure de furie furieuse. L'avalanche de blasts tant attendue est bien au rendez-vous (« Errors In The Signals », « Everyday Pox », « Protection Racket ») avant que la meute ne ralentisse un peu la course pour mieux encercler sa proie le temps d'une « The Wolf I Feed » carnassière au mid-tempo tranchant comme des crocs. La suite n'est qu'une démonstration du savoir faire acquis depuis plus de trente ans maintenant, de la typique « Quarantined » à l'explosion sonore « Nom De Guerre » les quatre sirs anglais nous prouvent une fois de plus qu'ils ne sont pas prêts de s'essouffler. En témoigne le nombre de riffs de bûcheron (« Everyday Pox » à 1'30, « Protection Racket » à 1'32, « Leper Colony » à 1'34, « Nom De Guerre » à 46'') et de rythmiques tronçonneuses (« Fall On Their Swords », « Collision Course ») qui placent au final pour moi cet album au niveau de son aîné (que j'avais particulièrement apprécié). Est-ce vraiment utile de s'étendre sur la prestation de Barney? Quelqu'un aurait-il pu avoir le moindre doute là dessus? Au delà de ces quelques lignes de chant clair fort à propos et ces incantations sur « Blank Look About Face » (Oh ho the mob is phased), le natif de Kettering fait preuve comme à son habitude d'une hargne impressionnante (toujours bien aidé en cela par son acolyte Mitch Harris) sur ses lyrics socialement éclairés et l'on se l'imagine déjà arpentant la scène tel un lion en cage sur les titres qui viendront grossir la setlist des Anglais.

J'en viens à me demander pourquoi « Utilitarian » ne m'a pas éclaté à la gueule d'emblée et a nécessité ce break, mais ce n'était finalement que pour mieux le redécouvrir et finir par me prendre (masochiste que je suis) une bien belle mandale! D'une longueur égale à « The Code Is Red... Long Live The Code » et « Smear Campaign » mais se laissant écouter plus facilement d'une traite par un nombre de déchet quasi nul la rendant presque aussi compacte que « Time Waits For No Slave », cette nouvelle galette confirme qu'il va falloir encore compter sur Napalm Death pendant un bon bout de temps, qui s'en plaindra? Les parrains du grind viennent donc d'ajouter une nouvelle pierre à leur déjà longue discographie et ce n'est pas celle là qui fera s'écrouler un édifice que l'on pourra continuer de vénérer pendant longtemps encore.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

citer
(ancien membre)
30/08/2013 21:36
note: 9/10
Totalement en phase avec ton dernier paragraphe Nikta' : l'heure de la tartouille a enfin sonné.
Invité citer
Crom-Cruach
02/11/2012 10:56
ça reste quand même de sacrés fous furieux.
AxGxB citer
AxGxB
02/11/2012 08:20
note: 8.5/10
Le nouveau clip pour le titre "Everyday Pox" est disponible sur YouTube.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
05/06/2012 15:36
note: 8.5/10
Cet album m'a mis sur les reins aux 4 premières écoutes et puis, comme souvent avec Napalm ces dernières années, placard! Je ne saurais dire pourquoi car objectivement, c'est leur meilleur skeud depuis "The Code Is Red" avec son lot de surprises pour le distinguer des autres. Peut être que je ne suis pas dans une période propice à squatter leur musique, ça reviendra sûrement ...
Niktareum citer
Niktareum
05/06/2012 14:34
note: 8.5/10
J'espère que tu finiras par l'apprécier autant que moi au bout du compte. Clin d'oeil
AxGxB citer
AxGxB
05/06/2012 14:20
note: 8.5/10
Bah écoute, je suis dans le même cas que toi. Je l'ai acheté à sa sortie et je n'ai du l'écouter qu'une ou deux fois sans ressentir l'effet escompté. Du coup je le laisse murir et on verra.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Napalm Death
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (16)  8.44/10
Webzines : (43)  8.82/10

plus d'infos sur
Napalm Death
Napalm Death
Grind Death - 1981 - Royaume-Uni
  

vidéos
Analysis Paralysis
Analysis Paralysis
Napalm Death

Extrait de "Utilitarian"
  
The Wolf I Feed
The Wolf I Feed
Napalm Death

Extrait de "Utilitarian"
  

tracklist
01.   Circumspect  (02:17)
02.   Errors In The Signals  (03:02)
03.   Everyday Pox  (02:12)
04.   Protection Racket  (04:00)
05.   The Wolf I Feed  (02:57)
06.   Quarantined  (02:47)
07.   Fall On Their Swords  (03:57)
08.   Collision Course  (03:14)
09.   Orders Of Magnitude  (03:21)
10.   Think Tank Trials  (02:27)
11.   Blank Look About Face  (03:12)
12.   Leper Colony  (03:23)
13.   Aim Without An Aim  (03:06)
14.   Everything In Mono  (02:49)
15.   Nom De Guerre  (01:07)
16.   Analysis Paralysis  (03:23)
17.   Opposites Repellent  (01:22)
18.   A Gag Reflex  (03:30)

Durée : 52:06

line up
parution
27 Février 2012

voir aussi
Napalm Death
Napalm Death
Apex Predator - Easy Meat

2015 - Century Media Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Inside The Torn Apart

1997 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)

1991 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Harmony Corruption

1990 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
The Code Is Red... Long Live The Code

2005 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Friendship
Friendship
Hatred

2017 - Sentient Ruin Laboratories
  
Unsu
Unsu
K.I.A.I.

2014 - Autoproduction
  
Blockheads
Blockheads
Shapes Of Misery

2006 - Overcome Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Evolution Through Revolution

2009 - Relapse Records
  
Writhe
Writhe
Writhe (EP)

2016 - Autoproduction
  

Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique