chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Without Grief - Deflower

Chronique

Without Grief Deflower
Amateurs de « suédoiserie » des années 90, votre sauveteur préféré ne vous délaisse pas, cette chronique vous est dédiée. Dimanche après-midi, Swiffer et aspirateur en main (et moustache apparente), il est temps (cela fait un moment déjà) de ressortir quelques albums poussiéreux de death mélodique du fond du grenier (il m’en reste encore !). Place à Without Grief. Formé en 1995, le groupe compte dans ses rangs les futurs (les deux guitaristes ainsi que la basiste) 21 Lucifers (death/thrash aux teintes grind qui décolle le papier peint) ainsi que le batteur actuel d’Yngwie J. Malmsteen (dans un style tout autre), Patrick Johansson. Après une démo, Without Grief signera chez les défunts danois de Serious Entertainment (Illdisposed, Panzerchrist, Gorguts, Divine Empire…) afin de dévoiler son premier album Deflower à l’artwork signé Peter Grøn (Hypocrisy, Dimmu Borgir, Therion).

Leitmotiv des chroniques du genre de cette époque, l’injustice qui a touché ce groupe demeure juste insupportable, encore masqué par les grosses et viles cylindrées In Flames ou autres Dark Tranquillity. Pourtant nous ne sommes qu’en 1997 (le genre n’est pas encore engorgé) et il est assez difficile d’imaginer que Without Grief sort ici son premier album… Le professionnalisme et le talent de ces mioches frôlent l’insolence ! Presque aucune imprécision de jeunesse (qui fait souvent le charme des premiers émois) mais plutôt des compositions variées finement travaillées (une moyenne de plus de 6 minutes par morceau) et une efficacité rappelant parfois des groupes d’avantage renommés sortis plus tard (ou au même moment). « Betrayer Of Compassion » (le break aux faux airs d’un Anata période The Infernal Depths of Hatred) ou les virées heavy/thrash viriles de « The Last Days» (qui a dit Arch Enemy ?) alerteront les connaisseurs. La production imposante (les riffs « power chord » et la double pédale sauront maîtriser votre déhanché) de Jacob « mammouth » Hansen reste d’ailleurs toujours d’actualité, chose plutôt rare face à une concurrence au son de « cave ».

Même si Without Grief reprend les ficelles du genre sur Deflower, il n’a rien d’un simple et terne suiveur, au contraire. Ainsi, comme pour la majorité des sorties (plus intimistes) de death mélodique de cette période (Eucharist, A Canorous Quintet, Gates Of Ishtar, Moaning Wind, Fatal Embrace, Ablaze My Sorrow…), Without Grief pratique une musique à l’atmosphère froide et mélancolique poignante, à la limite du dark/doom (le nom du groupe semble justifié). Les vers dépressifs portés par un chant guttural profond (« Shallow Grave ») aux modulations criardes (appuyé d’un des guitaristes), sauront indubitablement toucher l’auditeur. Pour le reste, ne cherchez pas loin, les ingrédients typiques mais toujours aussi redoutables : passages acoustiques somptueux sur chaque morceau (le splendide « Deflower » en tête) et riffs/soli mélodiques entêtants à foison (dès le titre d’ouverture « Suicidal Stroke » en passant par l’indécrottable « The Failure’s Crown ») sont au programme. On ne s’en lassera pas… Ainsi, à la fois touchant, prenant et riche, Deflower arrive à surclasser de nombreux albums à l’étiquette « death mélodique ».

Totalement méconnue par le commun des mortels (sauf quelques aficionados de bon goût), Deflower reste l’une de ces perles cachées et maudites (introuvables) des années 90 que l’on découvre bien trop tardivement... Erreur à rectifier dès maintenant. La suite et fin (Absorbing The Ashes) sera légèrement différente (mais tout aussi intéressante), Without Grief se dirigeant vers un death mélodique plus « mâle » et « épuré », aux accents thrash plus prononcés (évolution qui n’est pas sans rappeler celle de Gates Of Ishtar).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
25/06/2012 20:18
Crom-Cruach a écrit : J'adore ton avatar Onizuki (ils devraient sortir un premier OVA en septembre) sinon... ben voilà quoi ...
C'est tiré de quoi son avatar, d'ailleurs? Depuis le temps que je me le demande...
Invité citer
Crom-Cruach
25/06/2012 18:55
J'adore ton avatar Onizuki (ils devraient sortir un premier OVA en septembre) sinon... ben voilà quoi ...
Onizoku citer
Onizoku
25/06/2012 18:16
note: 8/10
Jamais réussi à le trouver celui-là, contrairement au Absorbing the Ashes qui ne m'a pas réellement transcendé. Je me demande si certaines de ces perles rares seront trouvables à ce Göteborg Sound Festival qui se profile début 2013 et où je compte bien aller...
NightSoul citer
NightSoul
08/06/2012 16:06
Y a un côté Nightrage des débuts pas dégueux du tout dans le extraits.
Je cherche toujours où me procurer ça mais pas évident...
tasserholf citer
tasserholf
08/06/2012 11:52
J'ai lancé le premier titre en écoute avant de commencer à lire et je me suis dis "tiens ça fait très années 90". En effet.

Jolie découverte, je les connaissais pas du tout à l'époque. Mieux vaut tard que jamais Sourire
Mitch citer
Mitch
07/06/2012 20:42
note: 8.5/10
Héhé ! Ca devrait te plaire ! (un peu vilaine la qualité des extraits)
NightSoul citer
NightSoul
07/06/2012 18:34
Je prends !
Baywatch still care !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Without Grief
Death mélodique
1997 - Serious Entertainment
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Without Grief
Without Grief
Death mélodique - 1995 - Suède
  

tracklist
01.   Suicidal Stroke
02.   The Last Days
03.   Deflower
04.   Shallow Grave
05.   The Failure's Crown
06.   Your Empty Eyes
07.   Betrayer of Compassion
08.   Vocalise

Durée : 48:26

line up
Essayez aussi
Arkan
Arkan
Salam

2011 - Season Of Mist
  
Yorblind
Yorblind
Melancholy Souls

2005 - Thundering Records
  
Dagon
Dagon
Terraphobic

2009 - Bombworks Records
  
Darkest Hour
Darkest Hour
Undoing Ruin

2005 - Victory Records
  
Darkane
Darkane
Insanity

2001 - Nuclear Blast Records
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique