chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Funeral - From These Wounds

Chronique

Funeral From These Wounds
Comme l’a si bien expliqué notre regretté Christliar dans sa chronique de In Fields Of Pestilent Grief, impossible de débuter son texte sans rappeler la stature du groupe Funeral, considéré comme l’un des géniteurs du funeral doom grâce à sa première offrande Tristesse (1993) mais aussi comme l’un des premiers à user d’un chant féminin (Tragedies en 1995). Face à des problèmes de label et un manque de motivation, il faudra attendre 7 ans avant que les Norvégiens puissent dévoiler leur troisième album (controversé) In Fields Of Pestilent Grief. Peu de temps après sa sortie, Funeral se séparera de sa jeune chanteuse et subira le suicide de son membre fondateur, le bassiste et chanteur Einar Andre Fredriksen remplacé par un certain Frode Forsmo (ex-Old Man’s Child, ex-Tulus). From These Wounds fut enregistré en 2004 mais encore une fois des problèmes de label viendront s’interposer. La signature chez Tabu Recordings (Candlelight Record Outre-Atlantique) permettra enfin à Funeral de sortir sa quatrième œuvre (fin 2006 en Norvège, début 2007 pour le reste de l’Europe).

Funeral avait su créer un style quasi-inédit au début des années 90, désormais les Norvégiens piochent dans un doom contemporain aux relents gothiques et bien plus « accessible » (Katatonia, My Dying Bride, Draconian, Green Carnation..), continuant sur la lancée de In Fields Of Pestilent Grief. From These Wounds enfonce le clou. Des aspects décriés par les adorateurs de leurs prémices funeral, fâchés par cette évolution relativement « convenue » et « grand public » (production massive et musique accrocheuse dès la première écoute). Le jeune prodige Kjetil Ottersen jouera cette fois un rôle important (composition, paroles et production), épaulant le défunt Christian Loos à la guitare ainsi que la tête pensante Anders Eek. En résulte des titres finement arrangés sous le joug de nappes de claviers célestes parfaitement placées (les démonstrations magistrales « Red Moon » et « Pendulum ») et des mélodies touchantes presque lumineuses, simples et totalement imparables (dans la lignée des premiers Katatonia, le titre bonus « Breathing Through You » ne pouvait pas être plus explicite) sur chaque morceau. L’ouverture « This Barren Skin » mettra déjà en condition, premier hit et premier lead mélodique à ne plus sortir de votre esprit. Et que dire des breaks crucificateurs éparpillés… « The Architecture Of Loss » (5:25, le duo guitare/clavier à sa quintessence), « Red Moon » (la mélodie glaciale de 6:02), « Vagrant God » (son solo majestueux à 4:34)… Juste bouleversant.

Contrairement à certaines formations jouant la carte du « dépressif de façade », la thématique et l’atmosphère dépressive de Funeral n’ont pas changé, elles restent des plus sincères. Le nom (et dénomination) du groupe n’est pas usurpé, le mal-être des musiciens n’est aucunement simulé, il est bien palpable, qu’il soit dans les riffs plombants ou les vers poignants de Frode Forsmo. Les suicides des deux piliers du groupe Einar Andre Fredriksen et Christian Loos demeurent malheureusement quant à eux bien « réels »… Ceux peu friands (c’est mon cas) du chant féminin de Funeral (Tragedies et In Fields Of Pestilent Grief) pourront enfin se délecter pleinement des compositions du groupe. Aucune surenchères dans ses lignes vocales « doublées » ni de passages hurlés (quelques rares variantes dans les graves), un chant clair « innocent » presque « timide » et envoutant (le final du titre éponyme) qui sied parfaitement à la musique de Funeral. Nos émotions refoulées sont souvent atteintes (le refrain frissonnant de « Pendulum » ou le ténébreux final « Saturn »).

Funeral n’est plus ce groupe qui « osait », il ne retournera pas non plus au funeral doom de ses débuts. From These Wounds suit l’évolution de In Fields Of Pestilent Grief, un doom « simple » aux mélodies entêtantes et gorgé d’émotions qui frôle la perfection. Les passages « bouche trous » aux riffs « power chord » martiaux mièvres (« Red Moon », « Pendulum ») gâcheront l’atmosphère mélancolique et magnifique dégagée. Quant à l’originalité, il est vrai que Funeral se repose parfois trop sur ses influences. Le charme opéré gommera aisément ces défauts, cet album est un bijou de tristesse. Les Norvégiens devront affronter le suicide (encore un) de leur guitariste Christian Loos juste avant la sortie de cet album ainsi que le départ de Kjetil Ottersen. L’absence de ce duo dans la suite de la discographie de Funeral se fera grandement sentir, As The Light Does The Shadow sera malheureusement d’un tout autre niveau.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Funeral
Doom mélodique
2006 - Tabu Recordings
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (25)  7.39/10

plus d'infos sur
Funeral
Funeral
Doom - 1991 - Norvège
  

vidéos
This Barren Skin
This Barren Skin
Funeral

Extrait de "From These Wounds"
  

tracklist
01.   This Barren Skin
02.   From These Wounds
03.   The Architecture of Loss
04.   Red Moon
05.   Vagrant God
06.   Pendulum
07.   Saturn

Durée : 57:18

line up
parution
4 Décembre 2006

voir aussi
Funeral
Funeral
Oratorium

2012 - Grau Records
  
Funeral
Funeral
In Fields Of Pestilent Grief

2002 - Nocturnal Music
  

Essayez aussi
Amorphis
Amorphis
Black Winter Day (EP)

1994 - Relapse Records
  
Officium Triste
Officium Triste
Reason

2004 - Displeased Records
  
Cold Insight
Cold Insight
Further Nowhere

2017 - Autoproduction
  
Painted Black
Painted Black
Cold Comfort

2010 - Ethereal Sound Works
  
Visceral Evisceration
Visceral Evisceration
Incessant Desire For Palatable Flesh

1994 - Napalm Records
  

Liturgy
H.A.Q.Q.
Lire la chronique
Sulfuric Cautery
Chainsaws Clogged With The ...
Lire la chronique
Ofdrykkja
Gryningsvisor
Lire la chronique
Caustic Vomit
Festering Odes to Deformity...
Lire la chronique
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique