chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
164 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Minor Threat - Complete Discography

Chronique

Minor Threat Complete Discography (Compil.)
Il est toujours étonnant de constater, même après plus de trente ans, l'influence qu'a pu avoir un petit groupe de seulement quatre ou cinq personnes sur un environnement musical alors en plein essor et aux frontières artistiques encore relativement floues. De fait, il est totalement impossible aujourd'hui de parler de Hardcore sans évoquer le rôle et l'importance qu'à pu avoir Minor Threat sur son développement, à l'aube des années 80. Preuve de ce que j'avance, le groupe demeure aujourd'hui encore une influence majeure et surtout incontournable pour les mouvements que sont le Punk et le Hardcore, et cela malgré une carrière particulièrement courte puisque le groupe n'aura existé qu'entre 1980 et 1983.

Formé en 1980 à Washington D.C. par Ian MacKaye et Jeff Nelson, Minor Threat nait des cendres de Teen Idles. MacKaye, encore au lycée, en profite pour laisser tomber la basse et s'occuper uniquement du chant. Le duo est alors rapidement rejoint par Brian Baker (basse) et Lyle Preslar (guitare). Ensemble, ils peaufineront leurs compositions avant de se produire pour la première fois sur scène en compagnie d'un autre grand nom du Hardcore, les rastafariens de Bad Brains. L'année suivante, les choses s'accélèrent pour Minor Threat qui sortira deux EPs intitulés Minor Threat et In My Eyes. Malheureusement, le groupe devra ensuite faire face au départ de son guitariste parti étudier dans l'Ohio. S'en suivra une période de hiatus/split de courte durée puisque Lyle Preslar mettra fin à ses études en mars 1982 suite à l'insistance de Paul Hudson (Bad Brains) lui enjoignant de réintégrer les rangs de Minor Threat prestement. L'année suivante, en 1983, le groupe sortira son seul et unique album, l'excellent Out Of Step avant de finalement se séparer pour de bon, suite à l'enregistrement d'un dernier EP en décembre 1983.

Complete Discography regroupe donc les trois EPs de Minor Threat, soit Minor Threat et In My Eyes parus en 1981 ainsi que Salad days enregistré en 1983 mais sorti à titre posthume en 1985. On retrouve bien évidemment l'album Out Of Step de 1982 ainsi que les deux titres de la compilation Flex Your Head sorti la même année, toujours chez Dischord. A noter que cette discographie qui ne regroupe pas exactement tous les morceaux de Minor Threat (à l'exception d'un live, deux inédits et quelques titres en version démo) est parue initialement en 1989 avec une pochette rouge. Les pochettes bleue et jaune correspondent ainsi aux rééditions remasterisées de 2003.

Tout d'abord, intéressons-nous à l'aspect strictement musical de Minor Threat grâce à Complete Discography qui retrace trois ans de carrière par ordre plus ou moins chronologique. On retrouve donc dans un premier temps les huit titres du EP Minor Threat suivit des deux titres de la compilation Flex Your Head, les quatre du EP In My Eyes, l'album Out Of Step en enfin les trois titres du EP Salad Days. Soit vingt-six titres et cinquante minutes de Hardcore Old School rageur et pourtant mélodique. A l'époque, le Hardcore et le Punk sont encore étroitement liés, aussi bien d'un point de vue musical qu'idéologique. Les deux scènes partagent beaucoup de points communs et finalement le distinguo entre les deux n'est pas des plus évident. Même dynamisme, même énergie, même souffle contestataire, même souci de la mélodie, même construction rythmique... La différence entre le Punk et le Hardcore vient essentiellement du fait que pour le deuxième, chacun des points évoqués plus haut tend à se radicaliser sensiblement.
En 1980, nous n'en sommes alors qu'aux prémices. La scène Américaine se montre particulièrement active avec déjà des groupes comme The Germs, Hüsker Dü, Dead Kennedys etc... Black Flag, Bad Brains et Minor Threat seront alors parmi les groupes émergeant les plus importants, proposant une approche du Punk Rock bien plus radicale (pour l'époque). D'un point de vue strictement musical, la musique de Minor Threat n'a donc rien de révolutionnaire. Le groupe de Washington D.C. se nourrit clairement du Punk de la fin des années 70 pour nous offrir des brûlots aussi expéditifs que primaires ("Filler, "Seeing Red", "Straight Edge", "Out Of Step (With The World)"). Une section rythmique jouée à fond les ballons (caisse claire et charley se suffisent la plus part du temps) comme sur les excellents "I Don't Wanna Hear It" ou "Out Of Step (With The World)", des riffs de guitare à trois notes simples comme bonjour, une basse bien groovy et un chant crié et teigneux, parfois bancal, mais débordant d'énergie et de rage. Toutefois, certains titres ne sont pas exempts de mélodie à l'instar d'"I Don't Wanna Hear It", "Minor Threat" ou encore cette chouette reprise de The Standells, "Good Guys (Don't Wear White)". Il n'en faudra alors pas plus à la middle class Américaine pour se laisser séduire par cette musique contestatrice et fédératrice.
Malgré que ces vingt-six titres s'étalent sur trois ans et cinq enregistrements différents, il en émane une véritable cohérence qui permet presque à Complete Discography d'être appréhendé comme un album à part entière. Pas de temps mort, pas de blanc, une production crue, dans l'ensemble assez similaire, même si celle-ci tend à s'améliorer au fil de la discographie. Bref, du Punk/Hardcore cru, sincère et délivré dans l'urgence la plus totale.

Mais chroniquer Minor Threat en évoquant simplement l'aspect musical serait oublier tout le reste, l'essence même de ce groupe dont le fond avait probablement beaucoup plus d'importance que la forme. Car si c'est bien de musique dont il s'agit ici, il ne faut pas oublier qu'il y a derrière les paroles et les actes du groupe une réelle réflexion dans la façon d'appréhender la musique et la vie en générale. Ainsi, comme Black Flags et d'autres groupe issus de la scène Punk/Hardcore, Minor Threat va faire le choix de privilégier une attitude D.I.Y. leur permettant ainsi de s'affranchir presque totalement des diktats imposés par la grande distribution et les majors. D'ailleurs, c'est également dans cette optique que Ian MacKaye et Jeff Nelson créeront leur propre label, Dischord, qui oeuvrera énormément pour le développement de la scène Punk/Hardcore/Emo/Indie Rock. Au delà de cette conduite éthique encore très chère à certains groupes, Ian MacKaye et Minor Threat vont être à l'origine d'un mouvement qui va très rapidement les dépasser. C'est notamment avec les titres "Straight Edge", "Out Of Step (With The World)" ou encore "In My Eyes" que Minor Threat va réussir à susciter un certain intérêt du public qui va alors s'attacher aux paroles scandés par Ian MacKaye et notamment le fameux "Don't smoke/ Don't drink/ Don't fuck/ At least I can fucking think". Alors que ces paroles n'étaient qu'un reflet de la pensée du chanteur, elles ont rapidement été reprises par une jeunesse alors sensibles à ce type de discours allant totalement à contre courant d'une scène Punk gangréné par l'alcool et la drogue. De son côté, Ian Mackaye s'est toujours défendu d'avoir voulu initier quoi que ce soit. Pour lui, certaines personnes ont juste réinterprété ses propos pour les tourner à leur sauce: "I think that the idea of straight edge, the song that I wrote, and the way people have related it, there's some people who have abused it, they've allowed their fundamentalism to interfere with the real message, which in my mind, was that people should be allowed to live their lives the way they want to". Si tout ceci à finit par échappé à Minor Threat, toujours est-il que le mouvement semble véritablement parti de ces deux/trois titres.

Si cette chronique un peu particulière s'attache davantage à l'histoire, au contexte et à ce qui en a découlé plutôt qu'à la musique à proprement parler c'est parce qu'à mon sens, tous ces détails évoqués, toutes ces informations données, sont complémentaires et fondamentales pour saisir l'importance de ces enregistrements et de tout ce qui en a suivit notamment au sein de la scène Punk/Hardcore (mais aussi Emo/Indie Rock). La portée de ces enregistrements va bien au delà de leur aspect musical car l'influence de Minor Threat a été majeure sur bien des points, à une époque où le mouvement Hardcore en était encore à ses balbutiements. Il me semble donc judicieux d'appréhender cette Complete Discography d'une façon globale afin d'en saisir tous les tenants et les aboutissants. Complete Discography est donc un disque absolument incontournable pour comprendre et saisir l'origine même du Punk/Hardcore et la façon dont s'est construite la scène Américaine à partir des années 80. Cult, classique, iconique...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
03/10/2012 08:52
note: 5/5
C'est vrai que je me suis beaucoup attaché à l'histoire autour du groupe. Mais comme je le précise, elle a toute son importance si l'on considère la portée de Minor Threat sur la scène. Et puis bon, musicalement, il s'agit de Punk / Hardcore, rien de bien compliqué à décrire Clin d'oeil
Invité citer
Crom-Cruach
02/10/2012 20:27
Purée trois de carrière pour autant d'influence...
Un petit précis d'histoire de la musique cette kro !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Minor Threat
Punk / Hardcore
1989 - Dischord
notes
Chroniqueur : 5/5
Lecteurs : (3)  4.33/5
Webzines : (4)  4.17/5

plus d'infos sur
Minor Threat
Minor Threat
Punk / Hardcore - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Filler
02.   I Don't Wanna Hear It
03.   Seeing Red
04.   Straight Edge
05.   Small Man, Big Mouth
06.   Screaming At A Wall
07.   Bottled Violence
08.   Minor Threat
09.   Stand Up
10.   12XU (Wire Cover)
11.   In My Eyes
12.   Out Of Step (With The World)
13.   Guilty Of Being White
14.   Steppin' Stone (Paul Revere & The Raiders Cover)
15.   Betray
16.   It Follows
17.   Think Again
18.   Look Back And Laugh
19.   Sob Story
20.   No Reason
21.   Little Friend
22.   Out Of Step
23.   Cashing In
24.   Stumped
25.   Good Guys (Don't Wear White) (The Standells Cover)
26.   Salad Days

Durée : 47:41

line up
Essayez aussi
Black Bomb A
Black Bomb A
Enemies Of The State

2012 - AT(h)ome
  
Akirïse
Akirïse
Brouiller L'Ecoute

2008 - Autoproduction
  
Letlive.
Letlive.
The Blackest Beautiful

2013 - Epitaph Records
  
Comeback Kid
Comeback Kid
Outsider

2017 - Nuclear Blast Records
  
Blindside
Blindside
A Thought Crushed My Mind

2005 - Solid State Records
  

Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique