chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
198 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Paradise Lost - Tragic Idol

Chronique

Paradise Lost Tragic Idol
Rares sont les groupes qui ne déçoivent pas après une série de plusieurs (bons) albums. Paradise Lost n'en fait pas partie. D'une régularité à toute épreuve depuis l'éponyme de 2005 qui a remis le groupe sur les rails, les Britanniques illuminent une nouvelle fois nos platines après les déjà flamboyants "Faith Divides Us - Death Unites Us" et "In Requiem".

Sans réelle surprise, le groupe reprend la recette qui a fait son succès ces dernières années: des refrains travaillés et mélancoliques sans tomber dans le larmoyant, des mélodies simples mais délicates, et des riffs noirs et frigorifiants, qui semblent pouvoir obscurcir un beau ciel bleu d'été. Il suffit que "Solitary One" se mette en branle pour que les premiers nuages fassent leur apparition: un énorme spécimen noirâtre pointe à l'horizon, c'est la guitare rythmique d'Aaron Aedy qui ouvre le bal avec un accordage plus bas que terre. Plus vicieux encore, voilà que la lead guitare de Greg Mackintosh prend forme, celle d'un cumulus moins imposant mais beaucoup plus vicieux: du genre qui semble inoffensif, mais se met brusquement à lâcher des trombes de grêles sur ce qui a le malheur de se trouver en dessous. Et voilà la foudre qui débarque, Nick Holmes aux commandes je vous prie, pour électriser un peu plus l'ambiance en déclamant d'un chant éraillé des paroles à ce point vicieuses que je ne serai pas étonné de les voir un jour parmi les derniers mots d'un candidat au suicide ayant perdu le combat contre la dépression.

Electrique, plombé, acéré, c'est ainsi que résonne ce "Tragic Idol", qui fait la part belle aux guitares après un "Faith Divides Us - Death Unites Us" qui empruntait lui une orientation plus orchestrale. Le trait de génie, l'éclair de génie, disons le génie tout court, de cette messe noire faite musique, est et reste ce satané Greg Mackintosh, qui tantôt illumine tantôt assombrit chacune des 10 compositions. Vous avez tous déjà frayé avec ces groupes amateurs où le guitariste soliste ne peut s'empêcher d'intervenir toutes les 30 secondes histoire de rappeler qu'il existe; imaginez maintenant le même soliste, avec 20 ans de carrière derrière lui, un son de lead cristallin, et l'intelligence d'être à la fois omniprésent et suffisamment subtil pour n'être qu'à la fois accompagnateur et guide des mélodies. C'est réellement cette sensation d'une finesse absolue qui ressort du jeu de Mackintosh, et ce depuis la création du groupe: en arrière plan ou sur le devant de la scène, ses solis, ses micro interventions ou ses accompagnements mineurs sont autant de moments de bravoure de compositions qui tiennent déjà le haut du pavé. Prenons au hasard (ou pas) ce moment de grâce de "Crucify" à 2mn35, où le titre semble retenir son souffle avant d'exploser sur une mélodie lancinante et inattendue, qui reste en place en background pendant que Nick Holmes hurle aux cieux et aux enfers ce "Crucify" déchirant.. ou cette autre mélodie persistante d'"Honesty In Death" qui accompagne de la première à la dernière seconde l'ensemble ou presque du titre.

Et n'allez pas croire que Paradise Lost ne sait pas durcir le ton quand nécessaire: "Theories from Another World", ou la preuve qu'un groupe de Métal gothique peut jouer de la double pédale tout en restant crédible, surtout quand le batteur s'appelle Adrian Erlandsson et qu'il a joué dans At The Gates ou..hem...Cradle of Filth. Que dire également de "To The Darkness", un autre morceau de bravoure à ajouter au panthéon des meilleurs compos du groupe, avec une rythmique entraînante qui s'accoquine vite avec le génie une fois le refrain atteint (des frissons garantis une fois le duo Holmes / Mackintosh lancé), pour mieux surprendre à mi-parcours en sombrant complètement dans le doom à 2m17: clin d'oeil à Celtic Frost ou autoparodie des jeunes années de Paradise Lost, en tout cas le virage est surprenant mais parfaitement négocié.

Dans ce concert de louanges, seul "Worth Fighting For" ne trouve pas grâce à mes yeux, la faute à un rythme lancinant auquel je suis moins sensible et à une erreur de positionnement du titre dans une tracklist sinon homogène car l'excellent "The Glorious End" (réminiscences d'un "Draconian Times"...) éblouit son prédécesseur par son éclatante qualité de titre de clôture.

Une nouvelle fois, Paradise Lost rappelle qu'il est le roi incontesté d'un style qui a après tout inventé selon certains ("Gothic" sera chroniqué ici un jour, soyez en assurés). A l'heure où Katatonia semble se contenter de faire des copies carbones d'un album à l'autre, et sans vouloir mettre les deux groupes en concurrence, fort est de constater que la palme de l'album qui met la larme à l'oeil sera plutôt à chercher du côté d'une Tamise perdue dans le brouillard que dans une forêt Suédoise...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

heylel citer
heylel
27/08/2015 15:42
note: 5/10
un retour au doom qui me laisse de marrbre. PL osait évoluer mais le retour au gros son et aux riffs des 90's... ca manque de fraicheur et d'originalité... le moins bon album de leur disco (si on enleve lost paradise)
AxGxB citer
AxGxB
01/02/2013 10:48
note: 8/10
Un peu comme Hoover, je n'aurai pas cru poser mes oreilles sur un disque post-Draconian Times et l'apprécier. Pourtant, ce Tragil Idol se laisse écouter avec beaucoup de plaisir. On ne retrouve peut-être pas la même force et la même mélancolie que sur Icon et Draconian Times mais quand même, il y a ce je ne sais quoi de reviens-y. Et finalement, même constant pour le très bon "In Requiem".
Invité citer
Hoover
30/09/2012 12:18
Dire que Paradise Lost fait partie des groupes qui ne déçoivent pas me semble particulièrement peu adapté. S'il y a bien un groupe qui a déçu, c'est bien le Paradise Lost post Draconian times, alors que je voyais gros comme une maison le groupe prendre la relève des géants du métal vers 1995. J'aimais bien One second, pourtant déjà largement décrié, mais alors le reste... Entre les mauvais Host et Believe in nothing, et les successeurs qui à chaque fois étaient annoncés comme des retours aux sources et étaient juste médiocres, en tous cas très vite oubliés. Rien en tous cas qui ne fasse oublier les grandes heures du groupe, j'échange sans problème toute cette partie de leur discographie contre un morceau de la trempe d'un As I die. Autant dire que j'étais très dubitatif avec ce nouvel album, et le premier morceau ne m'a pas rendu plus confiant. Le reste est heureusement meilleur. Ca peut paraître facile, réchauffé, mais il faut bien dire que l'album se réécoute très bien et grandit quand on persévère et qu'il se loge au fond de son cortex. Il faut dire que Mackintosh est effectivement très inspiré. Le premier vrai bon album du groupe depuis One second, voilà mon diagnostic.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Paradise Lost
Metal mélancolique / Gothique
2012 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (12)  7.79/10
Webzines : (44)  8/10

plus d'infos sur
Paradise Lost
Paradise Lost
Doom death - 1988 - Royaume-Uni
  

vidéos
Honesty in Death
Honesty in Death
Paradise Lost

Extrait de "Tragic Idol"
  
Tragic Idol
Tragic Idol
Paradise Lost

Extrait de "Tragic Idol"
  

tracklist
01.   Solitary One
02.   Crucify
03.   Fear of Impending Hell
04.   Honesty in Death
05.   Theories from Another World
06.   In This We Dwell
07.  To the Darkness
08.   Tragic Idol
09.   Worth Fighting For
10.   The Glorious End

line up
parution
23 Avril 2012

voir aussi
Paradise Lost
Paradise Lost
Symbol Of Life

2002 - Gun Records
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Tragic Illusions 25 (The Rarities) (Compil.)

2013 - Century Media Records
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Host

1999 - EMI
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Medusa

2017 - Nuclear Blast Records
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Icon

1993 - Metal Blade Records
  

Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast