chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
127 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blacklodge - >SolarKult<

Chronique

Blacklodge >SolarKult<
(Second Level Of Initiation : Chamber of Illumination)

Après « Login : SataN », poursuivons la discographie des Français avec "SolarKult", soit pour beaucoup l'album avec un grand "A" de Blacklodge. Aussi psychotrope qu'un buvard, aussi chimique qu'un Red Bull, aussi possédé que le malin en personne et aussi sombre et froid qu'une friche industrielle désaffectée. Pour faire simple, on pourrait tout simplement se la jouer équation en sortant une formule du genre : (Dr + Ch + Indus + Stn)². Oui, Blacklodge a développé son monde déjà esquissé dans « Login : SataN », un monde qui peut nous accompagner aussi bien lors de la file d'attente au Mac Drive -c'est chimique et c'est bon, comme Blacklodge...- ou quand on marche le matin dans la ville brumeuse avec la tête en vrac, ou encore lors d'une fin de soirée déjantée en guise de descente finale avant de retrouver sa petite couette adorée. Le secret du groupe c'est qu'il s'implante, il s'adapte à toutes les situations en vous poussant à métaphoriser intérieurement ce qui vous entoure, mais il garde sa puissance fédératrice et peu de groupes arrivent à concilier aussi bien ces deux aspects. Et en plus, la formation se paye aussi le luxe de nous rendre bien accroc à sa musique, au point qu'on est dans l'éventualité -voire dans l'obligation- de se repasser l'album au moins une fois par jour. 

Rien à redire la recette marche et l'opus commence directement très fort avec cette petite introduction ultra-sonique, puis l’enchaînement magique "Mission", "Iron Icon", "PsychoActive SataN" a.k.a la sensation de faire l'Airmaxx sous cocaïne ( Attention ! Les chroniqueurs de Thrashocore sont des athlètes professionnels sur-entraînés, n'essayez pas de reproduire ces gestes chez vous, ni à l'école, ni avec votre petite sœur, ni avec votre grand-mère...) et donc de se prendre une baffe dans la gueule assez incommensurable. Les bases de travail se sont visiblement affinées depuis le premier disque, rendant le tout plus aérien, plus mental et incroyablement plus lumineux tout en restant fondamentalement pernicieux.

L'intensité est bien évidemment au rendez-vous, car si la claque magistrale du départ se pose un peu par la suite au profit de titres misant sur l'installation de l'ambiance, "SolarKult" reste un monument envoyant émotions sur émotions. "Drugz Mysticism", "Martyr Complex" ou le final "Templars", sont -en terme de mysticisme industriel- des moments qu'il paraît difficile de rayer de sa mémoire. La production en béton-armé, aidant bien sûr à rentrer au mieux dans le disque. La vilaine se pare même de subtilités et incorpore des éléments nouveaux pour le groupe, tels une batterie organique. Finalement, les grenoblois ont fait le bon choix en allant enregistrer l'opus aux "Necromorbus Studios", référence bien connue des amateurs de Black les plus pointus d'entre vous. Les guitares sont acérés, la boîte à rythme démontre toute sa puissance, et le basse offre une sonorité métallique. La boîte à rythme se révèle d'ailleurs bien recherchée au niveaux des rythmes, qui sont férocement étudiés pour coller au millimètre avec les parties de guitares. La encore, on remarquera le progrès et le quota de finesse rythmique bien plus élevé que sur les anciennes productions du groupe. De même, les synthétiseurs ou autres effets de sampling apportent forcément un point positif non négligeable qui fait vibrer le fan de Black Industriel, mais qui se révèle aussi porteur d'une énergie un d'un feeling spécifique au genre. Une sorte d'arme de séduction massive bien cachée (comme en Irak ou comme la fiole magique dans « Le Parfum ») réellement désignée pour séduire le cœur à prendre de l'auditeur non-averti qui passe par là.

On est pris au piège et on se retrouve un peu perdu dans cette masse musicale très dense, futuriste et véritablement impressionnante. Il suffit de fermer les yeux, de se laisser aller et vous verrez bien vite par vous même que l’expérience se révélera riche et unique. D'ailleurs, le groupe lui-même a conseillé lui-même l'écoute de ce disque sous acides. A vous de voir, bande de petits canaillous, vous êtes assez grands pour ça... Il est également bon de noter que la prestation vocale de Saint-Vincent est vraiment bluffante, on sent bien que l'homme vit ce qu'il dit tant la variété des registres est forte. Entre ces cris, ces chuchotements et ces hurlements à moitié chantés, on ne peut que saluer l'effort pour offrir un peu d'humanité bafouée et mal à l'aise dans cet opaque brouillard industriel (cf : « Prequel To The Kult », sûrement le titre le plus touchant du disque...). Et nous, pauvres auditeurs -j'aurais presque envie de dire spectateurs, tellement « SolarKult » m'apparaît comme un disque également très visuel stimulant sans conteste l'imagination-, on ne peut vraiment pas rester insensibles devant cette kilo-tonne de conviction(s).

L'artwork est aussi bien pensé. Non seulement il offre toutes les paroles, ce qui est au demeurant très agréable mais en plus l'univers graphique choisi est tellement réussi qu'on pourrait difficilement faire plus Industriel et froid. J'y vois personnellement une référence au "With No Human Intervention" d'Aborym, mais bon, peut-être que j'extrapole (et j'y vois aussi une référence aux haut-fourneaux de Florange... N'en déplaise au gouvernement, mais c'est géographique pour moi, j'y peux rien).

"SolarKult" est définitivement un album aussi addictif que les substances qu'il décrit. Un disque absolument indispensable si vous êtes désireux de vous construire une petite médiathèque de Black Industriel. En tout cas, des disques de ce calibre, j'en voudrais bien tous les jours.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
16/10/2012 17:44
note: 9.5/10
Oulà si, merci de me corriger, je me demande comment j'ai laissé passer ça à la relecture.

Corrigé en tout cas !
the gloth citer
the gloth
16/10/2012 15:06
"La vilaine de subtilités et incorpore des éléments nouveaux pour le groupe tels une batterie organique."

Il manquerait pas des mots dans cette phrase ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blacklodge
Black Industriel
2006 - End All Life Productions
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (5)  8.2/10
Webzines : (5)  7.32/10

plus d'infos sur
Blacklodge
Blacklodge
Black Industriel - 1998 - France
  

tracklist
01.   ftp://SolarKult.NeXus
02.   Mission
03.   Iron Icon
04.   PsychoActive SataN
05.   11rd Eye Chemistry
06.   Drugz Mysticism [#A:Vision]
07.   TeknoShaman 666
08.   Luxifer Meme
09.   Prequel to the Kult
10.   Angels Refinery [C21H23NO5 MiX]
11.   Martyr Complex
12.   Forge=PhoeniX
13.   Templars

Durée : 65.57 min.

line up
Essayez aussi
Throane
Throane
Derrière-Nous, La Lumière

2016 - Debemur Morti Productions
  
Mysticum
Mysticum
In The Streams of Inferno

1996 - Full Moon Productions
  
Control Human Delete (C.H.D.)
Control Human Delete (C.H.D.)
Terminal World Perspective

2007 - Code666
  
Ævangelist
Ævangelist
Enthrall to the Void of Bliss

2015 - 20 Buck Spin Records
  
Aborym
Aborym
With No Human Intervention

2003 - Code666
  

Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique