chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Germ - Wish

Chronique

Germ Wish
Alors quoi ? GERM a le droit d’être chroniqué sur Thrashocore alors qu’il n’a pas sa page sur Metal Archives, la Bible du metal ? Eh bien oui, pour trois bonnes raisons : AUSTERE, Electro trance gothic post black metal et « Journey to the End ».

Que de mystères ! Et bien allons-y, reprenons le programme par notre grand 1, petit a, à la ligne :

1. AUSTERE
Ce groupe australien a marqué au fer rouge la scène du black dépressif avec deux albums (2007 et 2009), deux splits avec LYRINX puis ISOLATION (2008) ainsi qu’un EP de deux titres (2008). Nombreux sont ceux qui considèrent encore cette formation comme l’une des meilleures représentantes du black torturé à tendance suicidaire, aux côtés de TRIST ou MAKE A CHANGE... KILL YOURSELF et qui regrettent sa mort précoce en 2010. Cependant qu’aurait-elle pu dire de plus que ces longs titres lancinants et marquants qui commençaient déjà à se ressembler ? Les deux hommes qui la formaient risquaient de se répéter et de tourner inutilement en rond, voire de se XASTHURiser (en clair s’autoparodier, perdre l’inspiration et splitter dans l’indifférence de la majorité et le soulagement des derniers fans)... Ils se sont donc séparés pour retrouver leurs autres amours ou commencer à plancher sur de nouveaux projets. Desolate revenait à du black plus traditionnel aux côtés de NAZXUL, se radicalisait en intégrant TEMPLE NIGHTSIDE (black / death) et se réfugiait dans deux one man’s band plus trve(s) : ILL OMEN et PERDITION ORACLE. Sorrow, lui, n’avait pas d’autre choix que de suivre la marche et de faire une croix sur ce qui devenait son énième « ancien groupe » après WOODS OF DESOLATION, KINSTRIFE & BLOOD ou NAZXUL pour ne citer que les plus connus. Lui aussi choisira alors sa propre route et crééra finalement quelques mois plus tard GERM, un nouveau groupe qui mérite donc l’attention des blackeux que nous sommes, si attentifs à la carrière de nos anciens messies.

2. Electro trance gothic post black metal
Cette description qui traine sur le net est tout de même assez marquante pour donner envie de découvrir le groupe, d’autant qu’elle contient le terme de « black metal » et laisse ainsi supposer que Sorrow n’a pas renié ses origines ! Par contre il n’apparaît qu’en fin de description après toute une ribambelle de bazar à rallonge ! Déjà il y a le terme electro trance qui fait peur. Mais en fait l’inquiétude n’est vérifiée que sur les intermèdes qui tournent autour de 2mn chacun, « Oxygen », « Gravity » et « Infinity ». Ils en font trop et nous plongent carrément dans un show « sons et lumières » que ne renierait pas Jean-Michel Jarre. C’est cheap et à l’intérêt limité... L’agacement et l’irritation pointent vite leur vilain nez et l’on est bien content que ce genre soit moins présent dans les « vrais » titres. C’est aussi parce que les vocaux s’y mélangent bien que la pillule perd son goût amer. C’est même au contraire une véritable jouissance quand ces vocaux sont ceux, si typiques, de notre vieil AUSTERE (« Flowers Bloom and Flowers Fell, But I’m Still Wait »). Ah, que ces cris terrifiants se marient bien aux ambiances « danse avec les nuages » ! Ah, qu’ils entrainent un résultat innovant ! Et ce plaisir est prolongé lorsqu’apparaît un chant plus clair. Cela devient délicieux quand celui-ci est dosé correctement comme sur les divins « Asteroid of Sorrow », « Breathe in the Sulphur / A Light Meteor Shower » et « Your Smile Mirrors the Sun ». Par contre, il peut se transformet en parasite quand il squatte trop longtemps et c’est le cas sur « An Overdose On Cosmic Galaxy », titre long de 10 minutes qui met trop de temps à commencer et qui est trop électro. Il s’améliore en cours de route, mais la première partie est fastidieuse. Alors comme c’est le morceau qui ouvre l’album, il a tendance à donner une image faussée des 45 minutes totales. Car le reste est plus sombre et bien plus intéressant dans ses multitudes de nuances. Car c’est aussi musicalement que l’on passe de sons électroniques à du metal plus classique et lourd. C’est « électerrifiant » ! On ne retrouve pas le désespoir d’AUSTERE, mais une sensation fraiche et nouvelle qui intrigue et donne envie de réécouter l’album fréquemment. C’est un peu comme avec CAINA, un autre représentant du post-black qui a su faire des mélanges originaux et personnels. Quelques améliorations et certaines coupures pourraient rendre le groupe encore meilleur !

3. « Journey to the End »
Souvenez-vous de WINDIR et son album 1184 ! C’était en 2001 déjà, et l’album encensé désormais par tous les nostalgiques se voyait pourtant reprocher quelques innovations, notamment le long final électro de « Journey to the End ». Et bien GERM me rappelle ce passage précis du grand WINDIR alors rien que pour cela il mérite d’être testé !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Kasteel citer
Kasteel
09/02/2018 17:49
note: 8/10
Bien apprécié cet album, qui repasse de temps en temps, contrairement au suivant qui repasse très peu, et au dernier qui ne repassera pas du tout, car je ne l'achèterai même pas Clin d'oeil

Des débuts qui faisaient voyager dans un monde inconnu, peu banal, original !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
31/03/2014 09:55
note: 7/10
Je chronique bientôt l'album sorti en 2013, donc petit rappel en attendant avec cette chro !
tasserholf citer
tasserholf
17/10/2012 11:01
Très aérien en tout cas ! Moi que les termes electro et trance inquiètent moins que le terme "post" ou "prog", j'aime assez, je vais tenter de l'écouter en entier pour me faire une meilleure idée.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Germ
Electro trance post black metal
2012 - Eisenwald Tonschmiede
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (6)  7.33/10
Webzines : (16)  7.45/10

plus d'infos sur
Germ
Germ
Post black dépressif lumineux - 2009 - Australie
  

tracklist
01.   An Overdose On Cosmic Galaxy
02.   Asteroid of Sorrow
03.   Oxygen
04.  Breathe in the Sulphur/ A Light Meteor Shower
05.   Gravity
06.   Flowers Bloom and FlowersFall, But I'm Still Wait
07.   Infinity
08.   Your Smile Mirrors the Sun
09.   Wish

Durée : 45mn

line up
  • Germ / Chant, Tous les Instruments

parution
14 Mars 2012

voir aussi
Germ
Germ
Grief

2013 - Eisenwald Tonschmiede
  
Germ
Germ
Escape

2016 - Prophecy Productions
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique