chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cradle Of Filth - The Manticore and Other Horrors

Chronique

Cradle Of Filth The Manticore and Other Horrors
Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé ne serait que pure coïncidence.

Eté 2024, Dominique vient de franchir son troisième quart de siècle. Après être passé sur la moitié des femmes de cette planète, cette ancienne figure emblématique des socialistes est maintenant seule, il se sent vieux et ne fait plus partie, depuis longtemps, de cette catégorie de personnes qui peuvent se permettre des soirées orgiaques sans risquer la crise cardiaque. Malheureusement, en plus d'avoir ruiné ses relations amicales, son mariage et la promesse de finir ses jours sans manquer de rien, il a aussi ruiné la vie de certaines femmes qui ont croisé sa route, un mal qui aujourd'hui le rend triste et l'empêche parfois de se regarder dans la glace, je veux dire en plus de sa cataracte. Sa vie touchant à sa fin, il se dit qu'il est grand temps d'être généreux et de penser à autre chose qu'à son sexe. C'est décidé, il réparerait ses torts.

Dominique s'embarqua alors dans une folle aventure qui l'entraina à travers le monde, sur chaque continent, pour un jour revenir au fin fond de la France où Liliane avait fait les frais, il y a 15 ans, d'un préservatif défectueux qui avait abouti à la naissance du petit Jean-Luc, un enfant qui, bien sûr, n'avait jamais connu son deuxième parent, ni la vérité sur sa venue au monde. Comment annoncer à son fils qu'il a été conçu accidentellement lors d'un moment de débauche avec un homme politique dans un hôtel de passe ? Non Liliane avait préféré taire ce passé sombre de sa vie et opter pour une histoire de stérilité et de don de sperme.

Comme il le pressentait n'ayant jamais voulu reconnaître ce garçon, l'arrivée de notre ange gardien fut accueillie à coups de gifles. Mais au terme de dizaines de minutes de négociations, la femme l'autorisa à voir son fils. Dans cette petite maison perdue en pleine campagne, un petit escalier montait vers les combles et aboutissait sur une porte ornée d'un énorme sticker "Thrashocore Kicks Ass!". En ouvrant cette dernière, il découvrit un jeune homme légèrement joufflu en pleine crise d'adolescence, look gothique et attitude désabusée, en train de surfer sur Facebook en écoutant un vieil album de Cradle Of Filth. Dominique avait trouvé son entrée en matière.

De brèves présentations se firent dans la douleur, Jean-Luc ne comprenant pas la venue de ce "vieux crouton" dans son univers. Il ne manqua pas de le faire grossièrement remarquer (de loin) à sa mère qui lui demanda, en réponse, d'écouter ce que "cet ami" avait à lui dire. Pour tenter de détendre l'atmosphère, Dominique lacha un petit compliment sur la décoration de sa chambre recouverte de posters de Slipknot, System of a Down et Bethoveen l'Opera Metal, une décoration qui n'était pas sans lui rappeler sa jeunesse à lui aussi. L'intérêt de son interlocuteur ne semblant pas se fixer, le vieillard fit une remarque sur la musique qui passait en fond. Jean-Luc fut cette fois-ci étonné par les connaissances de cet inconnu et changea de ton. Il faut dire que c'était son premier Cradle Of Filth contrairement à Dominique qui les suivait depuis leur premier album datant du siècle dernier (ça ça fait mal) et dont leur musique avait rythmé bon nombre de ses soirées organisées.

Notre héros se lança dans une brève présentation du contexte de "The Manticore and Other Horrors", un album qui à l'instar d'un Dimmu Borgir, présentait pour la première fois Cradle Of Filth comme un trio. Des coupes franches avaient été faites dans les rangs pour ne garder que le meilleur à savoir Dani Filth au chant, Paul Allender à la guitare et Martin "Marthus" Skaroupka derrière les futs. Et à trois, c'est toujours mieux : ça Dominique le savait bien mais n'en fit pas mention. L'album qui venait de faire un tour revint sur "The Abhorrent", sans doute le meilleur titre des onze, l'occasion de faire remarquer à Jean-Luc, la qualité du jeu de Marthus, l'homme qui avait remplacé Adrian Erlandsson et offert une seconde jeunesse à Cradle Of Filth après le misérable "Thornography". Un homme auquel Dominique vouait un attachement particulier d'ailleurs. "Le pilonneur" qu'il l'appelait, un surnom que ses amis lui avaient également donné mais pour d'autres raisons. Bref, il adorait l'entendre se déchainer, particulièrement sur cet album, un des plus violents de leur discographie à l'époque.

Alors que les gémissements féminins de "For Your Vulgar Delectation" résonnaient dans la pièce, Jean-Luc ne put s'empêcher d'esquisser un sourire pervers que Dominique capta aussitôt. Ah c'était bien son fils, aucun doute. Cette atmosphère de débauche, c'était SA grande époque, dont les cris et les chairs mêlées vibraient encore dans son corps. Que n'aurait-il pas donné pour revenir au Carlton vingt ans plus tôt... De retour de ses brèves divagations, il dévia sur le chant de Dani, un chant sujet à controverse dont il avait toujours apprécié les variations graves, aigues et narratives, ainsi que les quelques passages chantés. Pourquoi était-il si différent des autres sur ce point ? Il se l'était toujours demandé. Peut-être était-ce la fascination de n'avoir jamais pu rencontrer de femme capable d'aller autant dans les aigues, même quand il leur mettait "une bonne grosse misère" comme il en avait le secret.

Finalement, Dominique questionna Jean-Luc sur son impression générale de l'album ; ce dernier lui répondit qu'il n'en avait pas retenu grand-chose. Une remarque de jeune blasé évidemment, pourtant étrangement proche de la vérité selon lui tant il estimait qu'il n'y avait rien de transcendant là dedans. Ah pour sûr, c'était plutôt bien fait, notamment l'ambiance *film d'horreur* mais rien d'aussi charismatique que sur le précédent album "Darkly, Darkly, Venus Aversa". Un album qui groove à sec, un empilement de riffs justes corrects, de mélodies sans âme qui entrent par une oreille pour sortir par l'autre. Une expression qui lui évoqua, à cet instant, une sombre expérience avec une certaine Jeannette qui ne donna rien. Et ces claviers omniprésents, joués également par Marthus : rien à voir avec l'impact qu'ils avaient auparavant. Le groupe avait voulu renforcer ces parties mais sans véritable claviériste, le résultat était aussi convaincant qu'il l'avait été devant sa femme quand il avait osé la regarder dans les yeux en lui disant qu'il était un homme fidèle. Un grand moment de solitude...

Le jeune homme lui lança une petite pique en s'étonnant du fait qu'un jour, il ait été en couple vu sa tête, ce à quoi Dominique rétorqua que le temps et les excès ne l'avaient pas épargné... à l'image de Cradle of Filth qui n'avait, à l'époque, pas encore su se relancer après "Midian". Grand classique de vieux con, il lui conseilla de se pencher sur leur période 1996/2000 tout en lui disant que l'écoute de "The Manticore and Other Horrors" n'était pas non plus vaine, l'énergie déployée ici étant communicative. Un regret lui traversa l'esprit, le fait que le groupe n'ait pas tenté d'aller plus loin dans l'exploration de son style que les ridicules expérimentations électroniques de "Huge Onyx Wings Behind Despair". Dommage, cela aurait pu changer légèrement la donne.

Dans un éclair de lucidité Jean-Luc s'écarta du sujet pour revenir sur les raisons qui avaient poussé ce vieil homme qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam, à venir lui parler. La réalité frappa Dominique de plein fouet alors que son esprit s'était éloigné du but premier de sa venue. Il lui concéda qu'il avait un aveu à lui faire, qu'il avait connu sa mère il y avait environ 15 ans, ce qui devait être à peu près son âge. Le jeune resta sans voix, la mine tirée et commença à comprendre où cet ancêtre voulait en venir. Dominique creva l'abcès d'une simple phrase :

Jean-Luc, je suis ton père.

DOSSIERS LIES

Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Novembre 2014
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Plexiglatz
10/12/2012 21:16
Je le trouve pas si dégueu pour ma part. Trop long, trop de titres et pas mal de riffs lambdas certes, mais une atmo générale appréciable et quelques morceaux très bon comme The Abhorrent ou The Manticore.
Dead citer
Dead
09/12/2012 13:11
note: 6/10
Merci les gars, vous sentez pas obligés Mr Green
Niktareum citer
Niktareum
09/12/2012 11:47
Bonne chro Dead. Clin d'oeil J'ai hésité à l'acheter l'autre jour et puis je me suis retenu... et quand j'écoute les extraits je crois que j'ai bien fait. C'est vraiment devenu un groupe à écouter en faisant la vaisselle. C'est pas complètement nul mais rien n'accroche vraiment l'oreille. Je resterai sur les premiers (comme beaucoup) et les 2 ou 3 bons parmi les suivants.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
09/12/2012 10:30
note: 6/10
Pourtant je dirais que le pire est passe, et que depuis Godspeed ils ont retrouve un poil d'interet. Petit poil mais c'etait devenu tellement "different" que la periode "Jeux de mots dans les titres" me fait encore mal aux oreilles !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
09/12/2012 09:27
Belle prose Dead! Mais qui ne m'incitera pas à remettre le couvert avec Cradle. Déjà que le précédent était limite ...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
08/12/2012 15:39
note: 6/10
Déçu par cet album, mais troublé. Si je l'écoute en me concentrant sur la musique je m'ennuie, je n'y trouve qu'un Dani fatigué qui ne sort plus les vocaux de la grande époque, des riffs qui continuent de se ressembler depuis des années et des années, rien qui ne fasse "shwinnnnng". Et si je le mets en fond sonore, là ça passe mieux... L'oreille est plus titillée... Ce qui agace ce sont les annonces d'avant-sorties qui promettent un retour à une certaine époque alors que le résultat en est très loin, pas seulement au niveau de la qualité, mais même du style !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cradle Of Filth
Metal gothique extrême
2012 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (5)  5.4/10
Webzines : (31)  7.37/10

plus d'infos sur
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Black Metal Symphonique - 1991 - Royaume-Uni
  

vidéos
Frost on Her Pillow
Frost on Her Pillow
Cradle Of Filth

Extrait de "The Manticore and Other Horrors"
  

tracklist
01.   The Unveiling of O
02.   The Abhorrent
03.   For Your Vulgar Delectation
04.   Illicitus
05.   Manticore
06.   Frost on Her Pillow
07.   Huge Onyx Wings Behind Despair
08.   Pallid Reflection
09.   Siding with the Titans
10.   Succumb to This
11.   Sinfonia

Durée : 51 min.

line up
parution
30 Octobre 2012

voir aussi
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Vempire (MCD)

1996 - Cacophonous Records
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Darkly, Darkly, Venus Aversa

2010 - Peaceville Records
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - The Original Sin

2016 - Cacophonous Records
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Godspeed On The Devil's Thunder

2008 - Roadrunner Records
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Lovecraft & Witch Hearts (Compil.)

2002 - Music For Nations
  

Essayez plutôt
Ram-Zet
Ram-Zet
Freaks in Wonderland

2012 - Buil2Kill Records
  

Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview
Satan
Cruel Magic
Lire la chronique
LADLO Fest 10th Year Anniversary - Jour 2
Au-Dessus + Déluge + Hyrgal...
Lire le live report