chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shining - Redefining Darkness

Chronique

Shining Redefining Darkness
Si j'avais fait l'impasse sur VI - Klagopsalmer malgré un V - Halmstad fantastique, je n'ai cette fois pas répété la même erreur après VII: Född Förlorare, dernier opus de la bande à Kvarforth. Bon, il faut avouer aussi que l'on m'a proposé un CD promo, ce qui a beaucoup aidé à me plonger dans ce nouvel album de Shining tout juste sorti chez Spinefarm Records, un an et demi seulement après le très bon VII: Född Förlorare. Et puis comment refuser après ce trailer dérangeant (ou pathétique, au choix) qui a fait parler toute la communauté metal du web et nous a bien fait comprendre que le frontman n'était toujours pas allé consulter! Quoiqu'il en soit et comme à chaque nouvelle sortie du combo suédois, il y a effectivement beaucoup de choses à dire. D'abord niveau line-up. Niklas Kvarforth reste bien évidemment aux commandes et fait un peu de claviers mais il a surtout repris la guitare en remplacement de Fredric Gråby, démissionnaire. Peter Huss, l'autre guitariste, fait lui toujours partie de la joyeuse fanfare. À la quatre-corde, Andreas Larsen est parti, remplacé par Christian Larsson. Dernier changement, Ludwig Witt (Grand Magus, Spiritual Beggars) est de retour derrière les fûts à la place de Richard Schill. Un poste qu'il n'assure déjà plus. Bref, comme d'habitude, c'est le bordel chez Shining. Mais on s'en fout puisque quiconque s'associe à Kvarforth n'est de toute façon qu'un simple exécutant. Shining, c'est Kvarforth, et ça ne changera pas.

Vous savez aussi ce qui ne change pas? La musique. le groupe a trouvé son credo depuis V - Halmstad et ne dévie plus depuis, poursuivant sa lancée vers une musique toujours sombre mais de moins en moins extrême. Shining a eu beau créer une pochette étrangement claire et sobre qui rappelle plutôt son homonyme norvégien, arrêter les titres d'albums précédés de chiffres romains et revenir à l'anglais pour dénommer sa nouvelle œuvre et écrire les paroles de trois morceaux, le tout reste très proche des dernières productions des Scandinaves. Et puis six morceaux dépassant les sept minutes, le cinquième ("Det Stora Grå") étant un instrumental au piano plus court, et des invités triés sur le volet (Hoest de Taake et Peter Bjärgö d'Arcana et Crypt Of Kerberos au chant, Olli Ahvenlahti au piano sus-cité, ainsi que Rob Caggiano d'Anthrax et Andy LaRocque de King Diamond aux solos), on est vraiment en terrain connu.

Mais on ne se plaindra pas trop du manque de surprise, Shining étant l'un des rares groupes à évoluer dans son propre univers qu'on reconnaît dès les premières secondes. Ce qu'on critiquera par contre, c'est l'inspiration moindre qui fait de Redefining Darkness une petite déception par rapport à l'excellence à laquelle nous avait habitué le combo. Voilà, c'est dit! Même si très loin d'être mauvais, ce nouveau Shining est en dessous de VII: Född Förlorare et surtout de V - Halmstad, son apogée artistique en ce qui me concerne.

Pas aussi prenant, moins viscéral, moins inspiré, les raisons sont nombreuses. Deux choses m'ont toutefois déçu plus que les autres. Redefining Darkness est sans doute l'album le plus mainstream, le plus facile d'accès de la discographie de Shining. Le quatuor ne navigue plus dans l'extrême depuis des années mais c'est sans doute ici qu'il s'en éloigne le plus. Le nombre impressionnant de séances acoustiques en témoignent. Et si certaines touchent ("Du, Mitt Konstverk", "Han Som Hatar Människan", "For The God Below"), d'autres ennuient par leur redondance ("The Ghastly Silence", "Hail Darkness Hail"). Le début rapide de "Du, Mitt Konstverk" au riff sombre hypnotique (répété trop longtemps toutefois), l'efficacité des riffs mid-tempos appuyés typiques du groupe ou les quelques rares riffs aux touches black metal ("Han Som Hatar Människan" à 5'21, le riff mid-tempo principal de "Hail Darkness Hail") évoquant brièvement le passé du groupe ne trompent pas. Redefining Darkness est mou et trop gentillet. Et ce n'est pas l'interlude chiante au piano "Det Stora Grå" qui va donner quelconque coup de boost.

Autre problème majeur, le chant en anglais. Clairement pas une réussite malgré quelques bons passages comme sur la très bonne "For The God Below" ou le vers poignant without you there's no life at the end of the tunnel de "Hail Darkness Hail". On frôle ainsi la catastrophe sur le refrain en chant clair de "The Ghastly Silence". Qu'il s'énerve ou s'adoucisse, Kvarforth se montre bien plus convaincant dans sa langue maternelle. Et comme par hasard, les meilleurs morceaux sont ceux où il chante en suédois, quand il arrive le mieux à nous transmettre son mal-être malgré la barrière de la langue. En fait, l'utilisation de l'anglais, couplé au côté très accessible de l'album, me semble le signe d'une volonté de percer le marché américain... alors quand en plus le groupe choisit un sample en espagnol (une des langues les plus moches au monde qui me file des boutons) sur "Hail Darkness Hail", c'est la goutte qui fait déborder le vase!

Ces critiques négatives mises en avant surtout parce qu'on est toujours plus dur avec les groupes dont on attend le plus ne doivent cependant pas occulter la qualité générale plus que convenable de l'opus. Certes le chant en anglais n'a pas le même impact que celui en suédois et l'abondance de longues séquences acoustiques énerve un peu. Mais ça n'empêche pas Redefining Darkness de réserver tout un tas de bons moments. "Du, Mitt Konstverk" et "Han Som Hatar Människan" (rha cette mélodie triste à pleurer à 4'20!) font ainsi partie des meilleurs morceaux de la discographie de Shining. "For The God Below" se défend aussi, notamment grâce à un somptueux solo. Les solos sont de toute façon tous très bons à défaut d'être nombreux et on remerciera sans doute les guests Andy Larocque et Rob Caggiano (je n'ai pas l'info sur qui fait quoi). Les moins bons morceaux offrent aussi leurs passages intéressants et ne sont pas non plus à mettre à la poubelle (serait-ce du saxophone sur "The Ghastly Silence" avec de l'acoustique à 1'33, le riff mid-tempo teinté de BM de "Hail Darkness Hai" et son solo acoustique, l'ambiance bien dark dégagée par "Det Stora Grå"). On terminera l'étalage des qualités par le maître à penser Niklas Kvarforth qui, si son chant en anglais émeut moins (surtout le clair), demeure l'un des chanteurs les plus captivants de la scène actuelle.

Redefining Darkness n'est pas le meilleur album de Shining. C'est même celui qui me prend le moins aux tripes par rapport à ceux que je connais (V - Halmstad et VII: Född Förlorare). Trop mollasson, trop de passages acoustiques pas toujours inspirés, chant en anglais peu judicieux... le cahier des doléances est chargé. Kvarforth ne redéfinit rien du tout et n'a pris ici aucun risque, se reposant simplement sur la recette de V - Halmstad qui fait son succès depuis plusieurs années. Ça ne me dérangeait pas sur VII: Född Förlorare mais pour Redefining Darkness, ça passe un peu moins bien. Une déception donc mais au bout du compte petite tant il reste de quoi prendre son pied. Shining fait du Shining et c’est déjà très bien. Malgré ses défauts, l’album reste en effet très "agréable" à écouter. Agréable entre guillemets car même si Redefining Darkness est sans doute l’œuvre la plus accessible de la formation, l’univers sombre et désespéré dans lequel elle baigne n’est pas pour tout le monde. Kvarforth n’a ainsi pas son pareil pour évoquer et transmettre sa tristesse, sa mélancolie et son mal-être maladifs, que ce soit dans ses lignes de chant prenantes ou des mélodies de guitares poignantes. En résulte des morceaux souvent trop longs et dociles effectivement, mais qui ont une âme, qualité peu courante de nos jours. Et du coup moi, des albums décevants comme celui-là, j’en veux bien tous les jours!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
24/08/2013 12:44
note: 9/10
Sur les 6 titres, 3 sont extraordinaires quand meme...
Un passe inapercu, les deux autres sont bons...
Je l'ecoute avec enormement de plaisir maintenant encore !
Evil Ash citer
Evil Ash
02/01/2013 11:03
note: 8.5/10
Clairement le disque que j'aurais le plus écouté cette année... La suite logique de Halmstad... Chaque morceau a son passage sublime: l'intro qui déchire de Du, mitt Konstverk, le sax de the Ghastly silence, les 2 fabuleux solos de For the god below...
Si Kvarforth est moins convainquant en anglais, sa voix reste l'une des plus intéressantes actuellement.
citer
(ancien membre)
31/12/2012 13:11
C'est moi ou il y a un pique de "nawaky" dans les commentaires en ce moment ?
Invité citer
lhommealenvers
31/12/2012 01:31
C'est vrai que l'espagnol est vraiment une langue très moche.
Invité citer
Ckaa
03/11/2012 14:27
En fait, plus ça va et plus il me plait et effectivement je trouve que c'est un léger retour aux sources, une sorte de mélange entre Halmstad et The Eerie Cold, retour aux influences blues et abandon des riffs "technico-bizarres" des deux précédents.

Recul du côté metal également pour plus de rock mais bon le rock chez Shining il y en a depuis Angst.

Cet album a sa propre couleur, plus mélancolique que dépressif mais c'est sympa. Non franchement un bon cd, celui que j'attendais après Halmstad en fait.
Invité citer
Ckaa
03/11/2012 00:46
Moi je l'aime bien, c'est une évolution naturelle. C'est du bon Shining, meilleur que l'avant dernier pour moi (que j'ai bien aimé aussi cela dit)
Zef citer
Zef
01/11/2012 01:46
Le dernier EP (Lots Of Girls Gonna Get Hurts) annonçait quand même la couleur, avec ses reprises douceâtres de Katatonia.
Pas de doute, Shining s'est assagi.
Geisterber citer
Geisterber
30/10/2012 15:03
Super chro qui ne donne pas spécialement envie d'acheter le disque surtout que je m'attendais quand même à un retour à quelque-chose de plus hargneux pour SHINING mais pareil, je me le payerai quand même probablement. J'en profiterai pour régulariser le VII que j'ai pris la peine d'écouter plus en détails dernièrement et qui semble effectivement très fort! Merci pour cette excellente chronique Keyser!
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
30/10/2012 14:08
note: 7/10
Ah bah voilà un des disques que j'attendais plutôt en cette fin d'année.
Faut croire que finalement, ce n'est pas encore le moment venu pour un coup d'éclat de Kvarforth. J'avais pourtant pas mal la foi à la suite des extraits très noirs proposés dans les trailers ou du visuel/concept présenté, mais les quelques titres entendus m'ont un peu refroidis. Émotionnellement ça à l'air assez creux, bien plus que Halmstad (forcément), mais aussi bien moins désespéré que certains de ses premiers disques (ahhh... Ren Djavla Angest, Reflecting in Solitude... ou le temps béni du Black Kvarforthien). Enfin, je l’achèterais quand même, parce qu'on ne se fait pas un avis en deux écoutes (et parce que ma mère adore, ça lui fera son noël !).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shining
Metal sombre et désenchanté
2012 - Spinefarm Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (10)  7.7/10
Webzines : (26)  7.29/10

plus d'infos sur
Shining
Shining
Black Metal - 1996 - Suède
  

tracklist
01.   Du, Mitt Konstverk
02.   The Ghastly Silence
03.   Han Som Hatar Människan
04.   Hail Darkness Hail
05.   Det Stora Grå
06.   For The God Below

Durée : 40'54

line up
parution
29 Octobre 2012

voir aussi
Shining
Shining
V - Halmstad
(Niklas Angående Niklas)

2007 - Osmose Productions
  
Shining
Shining
III - Angst
(Självdestruktivitetens Emissarie)

2002 - Avantgarde Music
  
Shining
Shining
X - Varg utan flock

2018 - Season Of Mist
  
Shining
Shining
8 ½ – Feberdrömmar i vaket tillstånd (Compil.)

2013 - Dark Essence Records
  
Shining
Shining
VII: Född Förlorare

2011 - Spinefarm Records
  

Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique
Moongates Guardian
Leave the Northern Mountains
Lire la chronique
Absolvtion
Gallow's Destiny (EP)
Lire la chronique
The Negation
The Sixth Extinction (EP)
Lire la chronique