chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
92 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Saison de Rouille - Caduta dei Gravi

Chronique

Saison de Rouille Caduta dei Gravi
Saison de rouille ! Franchement quel nom irait mieux à cette période de l'année ? Que vous soyez sous la pluie qui fait rouiller le fer ou que vous contempliez les feuilles rougeoyantes des arbres dans les forêts, on peut dire que vous serez raccord avec le nom de ce projet français débutant et finalement assez énigmatique. Fondé par Karl S. (feu-Danishmendt) et Sébastyén D. (Opium Dream Estate), Saison de Rouille se veut être un projet collaboratif (selon les termes du fondateur) qui fait participer de nombreux autres acteurs en plus des deux têtes pensantes susnommées.

Pour l'instant uniquement disponible en vinyle, je précise tout de même que l'album devrait sortir en CD dans une version augmentée d'un titre bonus. Non pas que je sois réfractaire au vinyle mais je trouve quand même qu'une sortie CD offre un côté pratique fort appréciable (voiture, ordinateur...) ce qui me pousse à parler de cette version à venir. « Caduta dei gravi », c'est sept titres dans un mélange tout à fait original qui se compose d'influences industrielles, noise et Black Metal (tendance avant-gardiste et surtout au niveau des sensations ressenties pendant l'écoute...). Avec ces influences on pourrait simplement percevoir Saison de Rouille comme un combo de Black Indus mais je vous arrête tout de suite : le propos n'a ici rien à voir avec Blacklodge ou autres Alien Deviant Circus.

L'artwork d'ailleurs s'éloigne de ce que pourrait faire un groupe de Black Industriel : point de thèmes classiques du genre, juste un motif circulaire de couleur... bah... rouille pardi ! Pour baliser un peu la musique produite sur cette œuvre je me permet d'utiliser deux références : Blut Aus Nord pour ce côté ritualiste dans les rythmes ainsi que pour l'aération représentée ici par la voix et Savak pour la froideur de leur industriel qui me parle beaucoup. Saison de Rouille livre donc une musique assez spéciale qu'il est difficile de cerner à la première écoute surtout pour ceux qui ne sont pas habitués aux côtés bruitistes et à la sécheresse rythmique de l'industriel. Mais ce qui rend le disque assez complexe aux premiers abords, c'est cette voix qui va à coup sûr déstabiliser bon nombre d'entre vous. Grave, profonde, unique et finalement assez inhumaine : voilà de quoi alimenter le principal débat sur Saison de Rouille. Il m'est avis de dire qu'on accrochera ou pas à ce genre de chant très spécifique car même si personnellement je m'y suis fait à la longue, je ne cache pas non plus le choc que fût ce timbre vocal si étrange au départ.

Saison de Rouille nous force donc à s'attarder sur le disque, comme en témoignent aussi ces mélodies (cf : « Sur la chaire des gueules noires », « Lumière Irradieuse ») pour le moins difficiles d'accès mais résolument prenantes si l'on porte une grande attention au disque ( l'idéal étant pour moi d'appliquer le principe Katharsis : « Listen in darkness at maximum volume »). Rassurez-vous, la mayonnaise devrait prendre au bout de quelques écoutes si vous vous donnez la peine de poursuivre votre immersion dans l'univers torturé de la bande française.

Malgré les nombreuses qualités énumérées, on ne pourra que constater quelques défauts qui empêchent « Caduta dei Gravi » d'être un album réussi à cent pour cent : par exemple, une redondance un peu trop présente dans les sonorités qui donne un aspect un peu nébuleux à l'ensemble et qui mélange un peu les titres dans l'esprit de l'auditeur. Si le problème n'en est plus vraiment un au fil des écoutes, il est toutefois certain que cette petite bévue freinera les ardeurs des amateurs du genre aimant la diversité dans le son et les structures.

En mettant de côté ces légères erreurs, on peut quand même résumer Saison de Rouille comme un projet ayant le mérite de se donner les moyens de ses ambitions car l'ambiance est à la hauteur du concept, ce qui est pour moi l'élément principal de ce genre de musique. Sans être un disque hautement indispensable, « Caduta dei Gravi » fera passer un bon moment aux fans du genre grâce à des mélodies inspirées, une ambiance développée et une voix très particulière mais pleine d'originalité. Voilà un projet qu'il faudra suivre à l'avenir car il se pourrait bien que les deux musiciens corrigent leurs petits défauts de jeunesse et nous proposent un vrai grand album.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
26/02/2014 15:54
Le groupe a besoin d'aide pour presser son second album. Vous pouvez filer un coup de main grâce à un système participatif permettant également de pré-commander le disque. Rendez-vous ici : ulule.com/saisonderouille
Krokodil citer
Krokodil
10/11/2012 13:20
no wave early-swansienne aussi, et le chant à la young gods des débuts, cool, chouette découverte

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Saison de Rouille
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (6)  7.45/10

plus d'infos sur
Saison de Rouille
Saison de Rouille
Industrial Noise Rock - France
  

tracklist
01.   Sur La Chaire Des Gueules Noires
02.   Notre Monde, Enfin
03.   Hypercéphalée
04.   Lumière Irradieuse
05.   Soleil Lâche
06.   Abri D'Infortune (Trou Noir)
07.   Körperfall

Durée : 40.05 min.

line up
parution
24 Septembre 2012

voir aussi
Saison de Rouille
Saison de Rouille
Déroutes Sans Fin

2014 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Spektr
Spektr
The Art To Disappear

2016 - Agonia Records
  
Iperyt
Iperyt
The Patchwork Gehinnom

2017 - Pagan Records
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique