chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Binah - Hallucinating In Resurrecture

Chronique

Binah Hallucinating In Resurrecture
Enième sortie annuelle pour le label américain Dark Descent, ce premier album de Binah intitulé Hallucinating In Resurrecture nous arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. Pas de démo, pas de split, pas de EP... Bref, une entrée en matière qui se fait par la grande porte. Après tout, pourquoi pas puisque les trois membres qui composent Binah ne sont pas les derniers des manchots. On y retrouve en effet Ilia Rodriguez (Indesinence, ex-Pantheist, Esoteric (live)...) accompagné pour l'occasion de son collègue Aort (Indesinence, Code...) ainsi que d'un certain Anil Carrier. Tous les trois se sont aujourd'hui réunis pour célébrer le Metal de la mort avec un premier album renvoyant certes à quelques standards du genre mais pour le moins particulièrement intéressant.

Les ayatollahs de l'originalité, ceux qui aiment crier sur tout les toits des phrases pleines de bon sens du genre: "A quoi bon écouter tel ou tel groupes quand on a déjà Entombed, Dismember etc...", peuvent clairement allez trainer leur souris ailleurs. Bah ouais, parce que Binah lui, se fout bien de savoir si sa musique est originale ou non, ne faisant ici que reprendre une recette maintes et maintes fois éprouvée. D'autant que le trio est loin de jouer la carte d'une quelconque finesse. Bien au contraire, les anglais mettent ici les deux pieds dans le plat grâce à une production clairement influencée par celle des Sunlight Studios. Un son gras, abrasif et rugueux qui rappelle effectivement la scène Suédoise du début des années 90. Un parti pris qui personnellement ne me gêne pas mais qui pourrait en fatiguer certains, surtout à l'heure ou le revival Old School Death Metal a clairement envahi nos disquaires depuis maintenant quelques années.

Mais si la musique de Binah semble cousue de fil blanc, elle n'en reste pas moins convaincante, principalement parce quelle associe la lourdeur et la noirceur du Doom à l'agressivité et au groove du Death Metal Old School. Pas de grosse surprise pour quiconque à donc déjà écouté du Death ou du Doom dans sa vie mais malgré tout une qualité de composition et d'exécution qui font d'Hallucinating In Resurrecture un album particulièrement séduisant. Il faut dire que le trio, de part son expérience, sait varier les plaisirs. Ainsi, les rythmes se succèdent allant de passages soutenus (la deuxième moitié de "Morbid Obumbration", "A New Rotten Dawn", "Absorption Into The Unearthly", l'instrumental "Eminence Of The Sombre", "Dissolution") à d'autres davantage orientés vers du mid-tempo et donc inévitablement plus lourds (les premières minutes de "Morbid Obumbration", "The Emissary", "Hallucinating In Resurrecture", le lunaire "Crepuscular Transcendence"). Une diversité au service d'ambiances toujours très sombres et pesantes. On appréciera également dans la construction de ces ambiances, l'inclusion de nombreux leads et autres soli ("Morbid Obumbration" à 4:19, "A New Rotten Dawn" à 3:42, "Hallucinating In Resurrecture" à 4:45, "Dissolution" à 3:37) mais aussi l'ajout de quelques touches de synthétiseur. Un instrument plutôt peu usité dans le genre mais utilisé ici de façon discrète et intelligente. Ainsi, tous viennent renforcer l'atmosphère générale par leurs mélodies froides et sinistres. Et puis bien sûr il y a la voix d'Ilia Rodriguez. Grave, caverneuse, puissante, presque envoutante. Son chant massif et lourd colle ainsi parfaitement avec la musique implacable de Binah.

Binah ne s'adresse donc pas à ceux d'entre vous qui en ont ras le bol de toute cette vague rétro Death. Le groupe anglais n'apporte effectivement rien de neuf et se contente, comme beaucoup d'autres également, de ressasser le passé non sans passion et conviction. Mais si Hallucinating In Resurrecture , ne révolutionne en rien notre petit monde, il apporte quand même son lot de bonnes choses à commencer par une atmosphère lugubre et glaciale, des compositions convaincantes et parfaitement maitrisées, une variété rythmique qui rend l'album tout de suite plus digeste alliant groove et lourdeur. Bref, juste ce qu'il faut pour intéresser n'importe quel amateur de Death/Doom à l'ancienne.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Aguirre
31/07/2014 13:36
Je viens de le recevoir! Pas assez de doom dedans, mais bon, on fera avec!
Keyser citer
Keyser
14/11/2012 10:05
Ouaip bon album de death à la suédoise avec quelques influs doom. Pour plus de doom dans le death, je conseille aussi Indesinence. Un peu trop doom pour moi justement mais les amateurs devraient adorer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Binah
Death Metal
2012 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (6)  7.78/10

plus d'infos sur
Binah
Binah
Death Metal - 2011 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Into The Psychomanteum (Intro)
02.   Morbid Obumbration
03.   A New Rotten Dawn
04.   The Emissary
05.   Absorption Into The Unearthly
06.   Eminence Of The Sombre
07.   Hallucinating In Resurrecture
08.   Dissolution
09.   Crepuscular Transcendence
10.   Buried Baptistry (Outro)

Durée : 48:30

line up
parution
24 Juillet 2012

voir aussi
Binah
Binah
A Triad Of Plagues (EP)

2014 - Dark Descent Records / Me Saco Un Ojo Records
  

Essayez aussi
Deranged
Deranged
Struck by a Murderous Siege

2016 - Agonia Records
  
Krisiun
Krisiun
The Great Execution

2011 - Century Media Records
  
Sinister
Sinister
The Post-Apocalyptic Servant

2014 - Massacre Records
  
Entrails
Entrails
The Tomb Awaits

2011 - F.D.A.
  
Tormented
Tormented
Death Awaits

2013 - Listenable Records
  

Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique