chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Binah - Hallucinating In Resurrecture

Chronique

Binah Hallucinating In Resurrecture
Enième sortie annuelle pour le label américain Dark Descent, ce premier album de Binah intitulé Hallucinating In Resurrecture nous arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. Pas de démo, pas de split, pas de EP... Bref, une entrée en matière qui se fait par la grande porte. Après tout, pourquoi pas puisque les trois membres qui composent Binah ne sont pas les derniers des manchots. On y retrouve en effet Ilia Rodriguez (Indesinence, ex-Pantheist, Esoteric (live)...) accompagné pour l'occasion de son collègue Aort (Indesinence, Code...) ainsi que d'un certain Anil Carrier. Tous les trois se sont aujourd'hui réunis pour célébrer le Metal de la mort avec un premier album renvoyant certes à quelques standards du genre mais pour le moins particulièrement intéressant.

Les ayatollahs de l'originalité, ceux qui aiment crier sur tout les toits des phrases pleines de bon sens du genre: "A quoi bon écouter tel ou tel groupes quand on a déjà Entombed, Dismember etc...", peuvent clairement allez trainer leur souris ailleurs. Bah ouais, parce que Binah lui, se fout bien de savoir si sa musique est originale ou non, ne faisant ici que reprendre une recette maintes et maintes fois éprouvée. D'autant que le trio est loin de jouer la carte d'une quelconque finesse. Bien au contraire, les anglais mettent ici les deux pieds dans le plat grâce à une production clairement influencée par celle des Sunlight Studios. Un son gras, abrasif et rugueux qui rappelle effectivement la scène Suédoise du début des années 90. Un parti pris qui personnellement ne me gêne pas mais qui pourrait en fatiguer certains, surtout à l'heure ou le revival Old School Death Metal a clairement envahi nos disquaires depuis maintenant quelques années.

Mais si la musique de Binah semble cousue de fil blanc, elle n'en reste pas moins convaincante, principalement parce quelle associe la lourdeur et la noirceur du Doom à l'agressivité et au groove du Death Metal Old School. Pas de grosse surprise pour quiconque à donc déjà écouté du Death ou du Doom dans sa vie mais malgré tout une qualité de composition et d'exécution qui font d'Hallucinating In Resurrecture un album particulièrement séduisant. Il faut dire que le trio, de part son expérience, sait varier les plaisirs. Ainsi, les rythmes se succèdent allant de passages soutenus (la deuxième moitié de "Morbid Obumbration", "A New Rotten Dawn", "Absorption Into The Unearthly", l'instrumental "Eminence Of The Sombre", "Dissolution") à d'autres davantage orientés vers du mid-tempo et donc inévitablement plus lourds (les premières minutes de "Morbid Obumbration", "The Emissary", "Hallucinating In Resurrecture", le lunaire "Crepuscular Transcendence"). Une diversité au service d'ambiances toujours très sombres et pesantes. On appréciera également dans la construction de ces ambiances, l'inclusion de nombreux leads et autres soli ("Morbid Obumbration" à 4:19, "A New Rotten Dawn" à 3:42, "Hallucinating In Resurrecture" à 4:45, "Dissolution" à 3:37) mais aussi l'ajout de quelques touches de synthétiseur. Un instrument plutôt peu usité dans le genre mais utilisé ici de façon discrète et intelligente. Ainsi, tous viennent renforcer l'atmosphère générale par leurs mélodies froides et sinistres. Et puis bien sûr il y a la voix d'Ilia Rodriguez. Grave, caverneuse, puissante, presque envoutante. Son chant massif et lourd colle ainsi parfaitement avec la musique implacable de Binah.

Binah ne s'adresse donc pas à ceux d'entre vous qui en ont ras le bol de toute cette vague rétro Death. Le groupe anglais n'apporte effectivement rien de neuf et se contente, comme beaucoup d'autres également, de ressasser le passé non sans passion et conviction. Mais si Hallucinating In Resurrecture , ne révolutionne en rien notre petit monde, il apporte quand même son lot de bonnes choses à commencer par une atmosphère lugubre et glaciale, des compositions convaincantes et parfaitement maitrisées, une variété rythmique qui rend l'album tout de suite plus digeste alliant groove et lourdeur. Bref, juste ce qu'il faut pour intéresser n'importe quel amateur de Death/Doom à l'ancienne.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Aguirre
31/07/2014 13:36
Je viens de le recevoir! Pas assez de doom dedans, mais bon, on fera avec!
Keyser citer
Keyser
14/11/2012 10:05
Ouaip bon album de death à la suédoise avec quelques influs doom. Pour plus de doom dans le death, je conseille aussi Indesinence. Un peu trop doom pour moi justement mais les amateurs devraient adorer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Binah
Death Metal
2012 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (6)  7.78/10

plus d'infos sur
Binah
Binah
Death Metal - 2011 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Into The Psychomanteum (Intro)
02.   Morbid Obumbration
03.   A New Rotten Dawn
04.   The Emissary
05.   Absorption Into The Unearthly
06.   Eminence Of The Sombre
07.   Hallucinating In Resurrecture
08.   Dissolution
09.   Crepuscular Transcendence
10.   Buried Baptistry (Outro)

Durée : 48:30

line up
parution
24 Juillet 2012

voir aussi
Binah
Binah
A Triad Of Plagues (EP)

2014 - Dark Descent Records / Me Saco Un Ojo Records
  

Essayez aussi
Rotted
Rotted
Dying To Rot (Démo)

2019 - Maggot Stomp Records
  
Monstrosity
Monstrosity
The Passage Of Existence

2018 - Metal Blade Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Feeding Hell's Furnace

2012 - Nuclear Winter
  
Disincarnate
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind

1993 - Roadrunner Records
  
Desecration
Desecration
Cemetery Sickness

2014 - Metal Age Productions
  

Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast