chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
95 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Wallachia - Shunya

Chronique

Wallachia Shunya
Vous avez des labels qui se spécialisent dans un style précis, comme Trollzorn Records et sa horde de « folkeux », d’autres qui se consacrent à une scène en particulier tel le Japonais de Zero Dimensional Records, d’autres qui signent tout ce qui vend comme Nuclear Blast et d’autres encore qui se focalisent sur un détail plus ou moins farfelu comme Femme Metal Records (RIP) et ses groupes qui devaient nécessairement contenir une demoiselle dans ses rangs. Et puis il y a Debemur Morti, qui va bientôt fêter ses 10 ans d’existence et continue de nous abreuver de sorties sans lien évident entre elles. Car même si on est tenté de classer cette écurie française en black, il faut être bien malin pour trouver des ressemblances entre les albums parus cette année, de BLUT AUS NORD à MONOLITHE en passant par BEHEXEN, MANETHEREN, PORTA NIGRA et WAY TO END… On trouve des Français et des étrangers. Du black et du doom. Des vieux de la vieille et des jeunes loups affamés… Finalement n’importe qui pourrait sortir son album chez ce label s’il parvenait juste à taper dans l’oreille de ses décideurs…

Et c’est ce qui s’est passé avec WALLACHIA, ces Norvégiens qui rappellent de bons souvenirs aux amoureux du black à clavier sans prétention des années 90. Ils avaient proposé en 1999 leur premier album, From Behind The Light, chez Velvet Music International, un label français défunt à qui l’on doit aussi les sorties de CHILDREN OF MÄANI et de THE EYE. Ces deux groupes étaient d’ailleurs des projets de Vindsval, un des fondateurs de BLUT AUS NORD que l’on retrouve donc désormais chez Debemur Morti, lui aussi... comme on se retrouve ! Par contre ce nouvel album de WALLACHIA est bien leur troisième. Ils avaient effectué leur come back en 2009 chez Twilight Vertrieb, le label allemand qui a lui aussi mis la clé sous la porte récemment. On espère du coup pour Debemur Morti que la loi des séries n’aura pas lieu et que la « poisse WALLACHIA » n’agira pas… En tous cas, ce retour avait surpris, d’abord parce que 10 ans avaient passé, ensuite parce que leur musique avait beaucoup évolué. Les vocaux étaient devenus plus matures et accompagnés de chants clairs, et l’on découvrait de nombreux ajouts progressifs ainsi que des démonstrations à la guitare. Une bonne grosse louche de (melo) death avait été ajoutée dans des compositions qui sonnaient résolument modernes. C’était pile poil le genre de tournant qui donne de l’urticaire aux vieux fans mais qui ne prenait pas en traître vu que les nouveaux logo et visuel correspondaient aux nouvelles ambiances.

Ce troisième album arrive donc et s’impose comme une suite logique comme une fois encore la pochette le fait comprendre. WALLACHIA est devenu cet arbre dans la forêt morne, celui qui n’a ni la couleur, ni la forme des autres, celui qui apporte un côté féérique et magique, celui qui illumine dans l’obscurité. Alors sur une base black emportée par des vocaux très classiques, on retrouve toujours autant d’enrobages qui rendent la musique sucrée, douce, apaisante aussi. Des cascades de riffs mélodiques s’enchainent et des volutes de claviers à l’inspiration spatiale deviennent les ailes de la colombe qui nous emmène dans les cieux. Mais il y a aussi, et ce pour la première fois, un violoncelle et un violon qui deviennent récurrents et apportent la touche organique qui faisait défaut au deuxième album. Ils colorent les titres et sont très bien intégrés. Ces mélanges, ce goût pour le mélo et les nombreux changements de rythme rappellent beaucoup le Japonais de KADENZZA, à tel point que je me suis senti obligé d’aller vérifier le nom de celui-ci. « Et s’il s’appelait Shunya et que c’était un clin d’œil ? ». Mais non, il s’appelait en fait You Oshima. Quoi qu’il en soit, WALLACHIA partage le même goût pour la variation, et ces 8 titres contiennent aussi bien des parties agressives et rapides (« Enlightened by Deception » qui finit avec des riffs à tapoter le sol de plaisir) que d’autres à la mélancolie palpable (« Emotional Ground Zero », une semi-ballade où le violon est le plus mis en avant) ainsi que quelques atmosphères pagan/folk (« Hypotheist »).

WALLACHIA offre un album agréable et qui passe bien parce que les titres sont relativement courts (5mn en moyenne), mais trop mignon pour tous les gros balafrés qui veulent du metal qui castagne. Ils ne sont absolument pas la cible de cette douceur sympathique destinée à ceux qui réclament de l’évasion, de l’amour, du « rêve bleuuuuuh, je n’y crois pas c’est merveilleuuuuux ». Loin de l’image que l’on se fait de Debemur Morti en fait, mais très réussi si on se prête au jeu !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
20/04/2018 11:11
note: 7.5/10
Chris a écrit : Il était à 3 € chez Season of Mist, je l'ai pris et sans regret, un album sympathique, avec quelques mélodies et ambiances accrocheuses, et un soupçon de Tiamat sur le chant clair ("Ksatriya"). Pas sur qu'il tourne tous les mois, mais je le ressortirai avec plaisir. Et ça doit être la toute première fois que je commente une chro de Sakri alors ça valait bien un petit effort ! Sourire
Je vais te donner l'occasion de commenter une deuxième une chronique de Sakrifiss avec le nouvel album. La chronique dans la journée !
Chri$ citer
Chri$
28/02/2015 20:48
note: 7/10
Il était à 3 € chez Season of Mist, je l'ai pris et sans regret, un album sympathique, avec quelques mélodies et ambiances accrocheuses, et un soupçon de Tiamat sur le chant clair ("Ksatriya"). Pas sur qu'il tourne tous les mois, mais je le ressortirai avec plaisir. Et ça doit être la toute première fois que je commente une chro de Sakri alors ça valait bien un petit effort ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wallachia
Black mélodique aérien
2012 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (13)  7/10

plus d'infos sur
Wallachia
Wallachia
Black Metal or not ? - 1992 - Norvège
  

tracklist
01.   Dual Nothingness
02.   Gloria in Excelsis Ego
03.   Ksatriya
04.   Enlightened by Deception
05.   Hypotheist
06.   Nostalgia Among the Ruins of Common
07.   Harbinger of Vacuumanity
08.   Emotional Ground Zero

Durée : 41 min.

line up
parution
16 Novembre 2012

voir aussi
Wallachia
Wallachia
Monumental Heresy

2018 - Debemur Morti Productions
  

FaithXtractor
Proverbial Lambs To The Ult...
Lire la chronique
Carpe Noctem
Vitrun
Lire la chronique
A Forest of Stars
Grave Mounds and Grave Mist...
Lire la chronique
Ghastly
Death Velour
Lire la chronique
Baise ma Hache
F.E.R.T
Lire la chronique
Gorod
Æthra
Lire la chronique
Radien
Maa (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Spécial 2 + Concours - Le Dernier Sabbath
Lire le podcast
Ton MoM en Stream (pilote) - Cherchons du "Medieval Death Metal"
Lire le podcast
Bloodbath
The Arrow of Satan Is Drawn
Lire la chronique
Bâ'a / Hyrgal / Verfallen
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique