chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
140 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Krallice - Years Past Matter

Chronique

Krallice Years Past Matter
« La musicologie est à la musique ce que la gynécologie est à l’amour » comme dit l’autre. Alors réjouissez-vous que Von Yaourt n’ait pas pu se rendre disponible pour écrire la chronique du dernier essai de Krallice ! Il est vrai que notre intolérance au lactose à nous a beaucoup à faire depuis sa comparution devant la Justice pour son implication dans une entreprise de service à la personne férue d’Histoire, celle-ci ayant rencontré quelques problèmes suite à des entrainements acrobatiques usant de références à une période sombre du couple franco-allemand.

Exactement : Von Yaourt est suspecté d’être un prostitué nazi (je ne suis pas étonné, personnellement). Mais je ne vous parle pas de lui aujourd’hui au sujet de sa carrière professionnelle. Von connait aussi bien ses gammes que sa gammée et c’est avec le regard de l’expert doté d’une sensibilité toute germanique qu’il m’a confié trouver Years Past Matter « incohérent ». C’est aujourd’hui à regret que je m’oppose à l’avis de notre cher rédacteur toujours porteur de bons mots trouvés en googlant « Youtube + Desproges + Gojira » et sentimentalité pissant froidement ses « guitares puissantes mais fluides aussi ». Mon Von, mon Yaourt, mon Von Yaourt, le dernier Krallice, incohérent ? Peut-être t’es-tu laissé fourvoyer par ton imaginaire proche d’un élève en lycée agricole ainsi que le contre-pied pris à Dysrhythmia (side project de Colin Marston) sortant cette même année un Test Of Submission moins alambiqué que ses ainés, toujours est-il que les Ricains renouent avec la multiplication des péripéties qui faisait l’intérêt de leur album-titre et Dimensional Bleedthrough. Pour quelqu’un regrettant la (relative) accessibilité de Diotima, ces pains-ci sont bénis et l’incompréhension des premières écoutes, traditionnelle chez la formation, se retrouve avec plaisir ! En effet, bien que le quatrième album des (post) blackeux repose toujours sur une conceptualisation débridée (peu de titres seront cités, la tracklist fait comprendre pourquoi !), il s’agit bien d’un retour à une musique déclic autant portée sur le challenge pour l’auditeur et l’artiste (il suffit de voir la durée de l’ensemble dépassant l’heure dont un dernier morceau n’accordant aucun répit avec seize minutes au total !) qu’une ambiance formée par accumulation, le tout pouvant aussi bien s’aborder pour ses riffs que ses atmosphères.

Et niveau mélodies, il y a que de quoi faire ici ! On peut légitimement accuser Krallice de n’évoluer au fil de ses créations que par touches, celles-ci sont suffisantes pour départager chaque essai : tout en reprenant les bases de Diotima (large place accordée au chant guttural de Nicholas McMaster ; passages catchy se nichant au sein de compositions éclatées), Years Past Matter adopte une approche plus urgente dans ses progressions préférant élever chaque partie à leur summum puis rebondir que répondre aux envies de structure des ayatollahs de la technique comme pop pour pseudo-élite. Une gigantesque free party aux règles dictées par des musiciens assumant pleinement leur objectif de proposer la musique la plus excessive qui soit entre rugosité punk de l’exécution (à peine un an sépare ce disque de son prédécesseur, autant dire qu’ils ne se sont pas éternisés et que ça s’entend !) et générosité dans les sons (où la frontière que côtoyait Krallice avec le post-rock et le shoegaze est désormais franchie, cf. un quatrième morceau au début aérien) dont les thèmes qu’ils constituent forment un mash-up extrémiste donnant l’impression d’écouter plusieurs albums en un. De quoi nous mettre avec ou sans sac, avec ou sans amende, les moments laissant les bras perpendiculaires au sol et les yeux en billes étant légion. Years Past Matter est simplement l’œuvre la plus impressionnante de Krallice, preuve est faite par un deuxième titre aux élévations abruptes répétées ou encore une dernière course parfaite où les extases rencontrées convergent en une dans ce qui est le plus bel aboutissement de ce que vise la formation depuis ses débuts : le chaos comme nouvelle harmonie – but qu’elle partage avec Liturgy et dont elle ressort vainqueur malgré les qualités d’Aesthethica.

Clairement, Krallice n’est plus ici : il est ailleurs, dans un rêve d’espace qu’il joue pour lui, sans la retenue qui pouvait se regretter chez Blut Aus Nord et son Memoria Vetusta II, un rêve où l’on voit les atomes se mêler et s’entremêler dans la paix suspendue des évolutions, l’insatiable vitesse de création porter l’éternité du processus et la force manier de fulgurances tranquilles les masses en apesanteur (le troisième morceau et son mid-tempo victorieux ou les longues trêves parsemées où la batterie se met en sourdine par exemple). Logique alors que ce que la pochette contient de laideur soit vite remplacé par l’impression d’avoir la version NASA d’Isis et son Google Earth de Panopticon, cet album qui fait pardonner ses moindres défauts formels par le sentiment de perfection qu’il transmet (défauts que possède également Years Past Matter : je continue de penser que la plus grande place accordée à Nicholas McMaster se fait au détriment des cris de Mick Barr plus adaptés aux guitares par leur côté râpeux). En quittant définitivement la terre, les Ricains ont atteint un milieu en accord avec leurs aspirations hautes visant le dépassement de soi dans la composition et l’émotion.

Chris Bruni, créateur du label Profound Lore, doit se mordre les doigts de ne pas avoir pu réunir les fonds nécessaires à la commercialisation de Years Past Matter (première autoproduction de Krallice) : il est le « meilleur album d’un des meilleurs groupes en activité ». Voilà pour la phrase à mettre en sticker sur les digipacks afin d’inviter vivement à écouter ce disque (Allez-y ! Cliquez !). J’ajoute que critiquer ce dernier revient à être d’accord avec Von Yaourt. Et ça, croyez-moi, vous ne le voulez pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

17 COMMENTAIRE(S)

langoustator citer
langoustator
01/12/2012 18:04
Reçu il y a quelques jours, merci Ikea pour le tuyau.
Mieux que Diotima, malheureusement eclipsé par le Witch Mountain qui était dans la même commande.
Sunn0)) citer
Sunn0))
27/11/2012 18:17
damhxc a écrit : un excellent album, un tres bon retour pour krallice avec le mauvais Diotima


Tout à fait Diotima était décevant notamment sur la durée, celui la semble très bien tenir la route !
damhxc citer
damhxc
23/11/2012 14:00
un excellent album, un tres bon retour pour krallice avec le mauvais Diotima
lkea citer
lkea
22/11/2012 18:37
note: 9/10
Pas mal la technique de l'humour pour cacher la vérité Von. Un peu grossière, mais pas mal.

Des bisous gayfriendly à chaussure sinon Sourire
von_yaourt citer
von_yaourt
22/11/2012 18:28
note: 5.5/10
Nein nein nein !

On veut zalir mon image ! Z'est un complot ! ne vous laizez pas duper par cet ignoble être qu'est Ikea, z'est un traitre à la mère patrie !

Dénonzez les complots judéo franc maçonniques comme zelui-zi en zuivant les informations contenues dans ze prozpectuz : http://1.bp.blogspot.com/-pArq6BR_X6k/UGlS40aiFSI/AAAAAAAAHJc/ROATVXejb2A/s1600/3615kommandantur.jpg
chaussure citer
chaussure
22/11/2012 17:23
note: 10/10
la plus belle tempête stellaire observée cette année.
vu le bordel stratosphérique qu'ils ont foutu, notre apocalypse maya de fin d'année peut allé se rhabillé.

Krallice tu peux pas test, au dessus c'est le soleil.

je rajoute un gros "putain la piste 4!! ! nan mais la piste 4 quoi!:"

si j'avais un tant soit peu envie de construire un début de réflexion : je dirai que cet album est bien moins "traditionnel" que Diotima, et se rapproche bien plus d'un Dimensional.
et que Ikea est le meilleur chroniqueur gayfriendly du web

5,5? par contre Herr_Yop est un nazi, nul doute.
lkea citer
lkea
22/11/2012 00:41
note: 9/10
sicko a écrit : Ce que je veux dire c'est que l'album qui sonne le plus comme du black classique, moins abstrait que peuvent l'être les autres. Evidemment c'est relatif pour Krallice, mais quand même je trouve qu'on a là un album assez direct et pouvant plaire à des auditeurs moins portés sur les expérimentations.

D'accord avec la dernière phrase. C'était d'ailleurs déjà le cas avec Diotima qui a amené des personnes vers Krallice alors qu'elles n'appréciaient pas forcement ce qu'ils faisaient avant. Mais, au delà des questions d'étiquettes (où on peut se tirer les cheveux pendant des heures à quantifier ce que Krallice a de post et de black), je trouve que ça reste tout de même très difficile d'accès (rien que la longueur des morceaux...) et unique dans sa manière de jouer du black metal Sourire
Invité citer
sicko
21/11/2012 22:38
Ce que je veux dire c'est que l'album qui sonne le plus comme du black classique, moins abstrait que peuvent l'être les autres. Evidemment c'est relatif pour Krallice, mais quand même je trouve qu'on a là un album assez direct et pouvant plaire à des auditeurs moins portés sur les expérimentations.
lkea citer
lkea
21/11/2012 21:21
note: 9/10
sicko a écrit : Qualifier cet album de post-black c'est ne pas l'avoir vraiment écouté, ou l'avoir écouté avec un a priori sur le groupe. C'est leur album le plus traditionnel. Et il est effectivement excellent.

Traditionnel ? Tu peux expliciter ? Krallice est moins bruitiste depuis Diotima mais de là à dire qu'il est "traditionnel" ! Post black vaut pour les influences, évidentes à mon sens, que Krallice prend d'autres scènes (les scènes noise, shoegaze - qu'il alimente, cf. le projet Sailors With Wax Wings comptant un membre de Krallice dans ses rangs ou les nombreux groupes parallèles contenant des membres en commun). Mais je suis d'accord pour dire que c'est compliqué les concernant et j'en ai déjà fait mention dans ma chronique de Diotima...
Invité citer
sicko
21/11/2012 20:26
Qualifier cet album de post-black c'est ne pas l'avoir vraiment écouté, ou l'avoir écouté avec un a priori sur le groupe. C'est leur album le plus traditionnel. Et il est effectivement excellent.
lkea citer
lkea
21/11/2012 20:26
note: 9/10
langoustator a écrit : Tu l'as acheté où? Parce que c'est cool les self-releases, mais c'est pas la distrib de profound lore...

Via leur bandcamp : http://krallice.bandcamp.com/

Profound Lore a aussi quelques exemplaires :

http://www.profoundlorerecords.com/products-page/distributed-items/krallice-years-past-matter/
langoustator citer
langoustator
21/11/2012 20:19
Tu l'as acheté où? Parce que c'est cool les self-releases, mais c'est pas la distrib de profound lore...
lkea citer
lkea
21/11/2012 17:34
note: 9/10
tasserholf a écrit : Sorry d'avoir fait mon grammar nazi alors ikea, en même temps ça colle au ton de la kro Moqueur

Un "collègue" à Von Yaourt, je suppose ? Mr Green
tasserholf citer
tasserholf
21/11/2012 17:31
Sorry d'avoir fait mon grammar nazi alors ikea, en même temps ça colle au ton de la kro Moqueur
lkea citer
lkea
21/11/2012 17:28
note: 9/10
tasserholf a écrit : "que Von Yaourt n'est pas pu se rendre disponible" - "n'ait pas pu se rendre" ... Désolé ça pique les yeux.


ça a déjà été signalé et corrigé. Désolé pour ça ! Voilà pourquoi je n'écris pas de texte aussi long d'habitude, c'est un calvaire à corriger ahah !
tasserholf citer
tasserholf
21/11/2012 17:18
"que Von Yaourt n'est pas pu se rendre disponible" - "n'ait pas pu se rendre" ... Désolé ça pique les yeux.

Quand à l'album en lui-même, étant totalement passé à côté des genre commençant par "post' c'est assez hermétique à la première écoute, mais ça donne envie de creuser.
von_yaourt citer
von_yaourt
21/11/2012 17:03
note: 5.5/10
Years Past Matter est plat, fade et vite oublié.
Memoria Vetusa II est construit, mélodique et aérien.

Krallice ne sait faire que du post-black. BaN sait aussi faire de la musique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Krallice
Post Black Metal
2012 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (10)  8.2/10
Webzines : (7)  7.64/10

plus d'infos sur
Krallice
Krallice
Post Black Metal - 2007 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   IIIIIII
02.   IIIIIIII
03.   IIIIIIIII
04.   IIIIIIIIII
05.   IIIIIIIIIII
06.   IIIIIIIIIIII

Durée : 61 Mns

line up
parution
25 Août 2012

voir aussi
Krallice
Krallice
Hyperion (EP)

2016 - Autoproduction
  
Krallice
Krallice
Prelapsarian

2016 - Autoproduction
  
Krallice
Krallice
Diotima

2011 - Profound Lore Records
  
Krallice
Krallice
Ygg Huur

2015 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Heir
Heir
Au Peuple de L’Abime

2017 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Celeste
Celeste
Morte(s) Née(s)

2010 - Denovali Records
  
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse
All Hail The Swinelord

2015 - Season Of Mist
  
Déluge
Déluge
Æther

2015 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Tombs
Tombs
Tombs (EP)

2007 - Black Box Recordings
  

Fange
Punir
Lire la chronique
Vlad Tepes
Celtic Poetry (Démo)
Lire la chronique
Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview
Black Citadel
Relics Of Forgotten Satanis...
Lire la chronique
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)
Lire la chronique