chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
137 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Totalselfhatred - Totalselfhatred

Chronique

Totalselfhatred Totalselfhatred
La lumière extérieure s’affaiblit progressivement, le froid commence à être difficilement supportable, le sommeil devient trop irrégulier, les prochains mois paraissent dénués de quelconque intérêt, la solitude pèse… La dépression saisonnière semble refaire surface, propice à ressortir ses albums les plus sombres et mélancoliques. Une œuvre marquante de 2008 a été malheureusement omise de notre site, Totalselfhatred (difficile de faire plus explicite quant au style pratiqué). Il est temps de réparer cette erreur. Formé en 2005 à Helsinki par plusieurs membres d’Horna, Totalselfhatred sortira une démo un an plus tard puis signera chez les Français d’Ordo Decimus Peccatum (sous-label black metal d’Osmose) afin d’exposer sa douleur insoutenable à travers un premier album éponyme.

A l’opposé d’une scène (« depressive/suicidal black metal ») empruntant majoritairement au doom et au black metal atmosphérique pesant, Totalselfhatred se positionne sur une musique accrochant dès les premières secondes de par ses mélodies et sa violence relative. Aucun minimalisme ici. Des compositions riches jouant sur deux tableaux, entre passages éthérés ambiancés et moments brutaux dévastateurs. Cela supporté par une production moderne « chaude » et imposante (loin des standards « raw » habituels et du son de leur prochain opus). Black metal dépressif « grand public » ? Pas totalement faux. Une dominante mélodique aux riffs simples mais extrêmement poignants sur chaque titre, dont seuls les pays nordiques ont la recette (et que je vénère). L’imparable « Sledge-Hammered-Heart » (une claque toujours aussi monumentale à chaque écoute) ou « Total Self-Hatred » (cette fin…) ne laissent aucunement indemne. Bouleversant. Le groupe a la particularité d’avoir deux hurleurs principaux (les deux guitaristes), alternant à tour de rôle les cris tourmentés (appuyés du bassiste et claviériste) et les rares passages clairs (« Mighty Black Dimensions »). Deux chants certes puissants (doux euphémisme), mais manquant d’un je-ne-sais-quoi… De sincérité ou d’âme peut-être. Je ne suis touché qu’à moitié. Ça malgré des paroles (anglais et finnois) torturées exhalant le mal-être et suivant la thématique de la haine de soi (nom du groupe et de l’album). Ce sentiment de ne pas être aimé, d’avoir commis des erreurs irréparables ou de cette perfection que vous n’imaginerez jamais atteindre… Les pensées les plus noires en découlent.

Totalselfhatred n’est pas qu’une berceuse sur les lames de rasoir. Cette « haine de soi » se traduit aussi par des passages brutaux, déluge de double pédale et de riffs acérés (distorsion élevée). Aidée de la production « mastodonte », il sera difficile de faire face à ces salves d’ultra violence (les frappes lourdes de l’excellent « Carving »). Efficaces à court termes car bien peu subtiles et assez inégales au bout du compte, le contraste avec les touches émotives étant parfois trop prononcé. On touche à la fois la quintessence et la « banalité » sur un même morceau : le début de « Spirituelles Equilibrium » à son break majestueux (3:10) et « Mighty Black Dimensions » au lead plombant (accentué à 4:50) et son final aux nappes célestes. Un constat alors s’impose, Totalselfhatred excelle d’avantage ici dans son approche atmosphérique. Le clavier discret en soutien et les riffs dissonants arrivent à générer une ambiance glaciale et oppressante. Cette musique en « dents de scie » crée une couche hermétique et empêche de peu l’auditeur de ressortir pleinement ses émotions refoulées, « Sledge-Hammered-Heart » ouvrait pourtant un boulevard. Certainement sur un prochain méfait de ces jeunes Finlandais.

Trop « propret » pour déranger et réellement toucher son auditoire dépressif, des inégalités parsemées, pas assez original pour se faire un nom, ce premier album de Totalselfhatred n’en reste pas moins carré, riche, accrocheur et gorgé d’émotions. Autant d’adjectifs qui auront suffi à le placer parmi les meilleures sorties de l’année (prolifique) 2008 et des groupes les plus prometteurs (encensé par les critiques à sa sortie). Conclusion amplement méritée. La suite Apocalypse In Your Heart, changement radical d’approche de leur black metal suicidaire, fera débat chez leurs adeptes misanthropes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Dark Nico citer
Dark Nico
22/12/2012 15:40
note: 9/10
Sakrifiss a écrit : Gros fan de cet album que j'ecoute encore bequcoup ! Moins du suivant qui a quand meme de bonnes choses

Tout pareil !
AxGxB citer
AxGxB
30/11/2012 18:17
Ça fait une éternité que cette pochette m'invite à écouter l'album. Va falloir que je saute le pas un jour...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
30/11/2012 17:08
note: 9/10
Gros fan de cet album que j'ecoute encore bequcoup ! Moins du suivant qui a quand meme de bonnes choses

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Totalselfhatred
Black Metal dépressif
2008 - Ordo Decimus Peccatum
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  9/10
Webzines : (17)  7.89/10

plus d'infos sur
Totalselfhatred
Totalselfhatred
Black Metal Lumineux - 2005 - Finlande
  

tracklist
01.   Enlightment
02.   Ruoska
03.   Sledge-Hammered Heart
04.   Spirituelles Equilibrium
05.   Mighty Black Dimensions
06.   Carving
07.   Total Self-Hatred

Durée : 45:30

line up
  • A. / Chant, Guitare, Claviers
  • C. / Chant, Guitare
  • J. / Claviers, Chant
  • N. / Basse, Chant
  • T. / Batterie

parution
25 Juin 2008

voir aussi
Totalselfhatred
Totalselfhatred
Solitude

2018 - Osmose Productions
  
Totalselfhatred
Totalselfhatred
Apocalypse In Your Heart

2011 - Osmose Productions
  

Essayez aussi
Aisuragua
Aisuragua
In Morte Veritas

2018 - Hidden Marly Production
  
Soupir Astral
Soupir Astral
L'Eternelle Traversée

2017 - Talheim Records
  
Total Negation
Total Negation
Zeitzeuge

2015 - Temple of Torturous
  
Mortualia
Mortualia
Wild, Wild Misery

2016 - Moribund Records
  
Black Sin
Black Sin
Solitude Eternelle

2017 - Black Pandemie Production
  

Soundgarden
Down On The Upside
Lire la chronique
Ad Patres
A Brief Introduction To Hum...
Lire la chronique
Fange
Punir
Lire la chronique
Vlad Tepes
Celtic Poetry (Démo)
Lire la chronique
Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview