chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
130 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Incantation - Vanquish In Vengeance

Chronique

Incantation Vanquish In Vengeance
Six ans. Six putain de longues années sans nouvel album d'Incantation. Jamais la secte satanique de McEntee n'avait sevré ses disciples aussi longtemps. Ces derniers ont donc dû combler le manque de paroles blasphématoires et de riffs evil chez la tripotée de clones apparus entre-temps. Mais tout ça, c'est fini. Papa est enfin de retour avec son neuvième opus sorti fin novembre chez Listenable Records. Et au vu du titre à la Anvil, Vanquish In Vengeance, papa n'est pas content!

Avant d'entrer dans le détail, sachez qu'Incantation a encore changé de line-up depuis le très bon Primordial Domination en 2006. Sauf que cette fois, ce n'est pas vraiment la faute du groupe puisque le bassiste Joe Lombard s'est suicidé en début d'année. Le batteur Kyle Severn s'en est lui aussi allé en 2007, remplacé par l'ex-membre Jim Roe, mais est revenu en 2009. Sur ce Vanquish In Vengeance, c'est donc Chuck Sherwood (Blood Storm) qui s'occupe de la basse. Autre arrivée aux côtés de McEntee à la guitare, celle d'Alex Bouks (Goreaphobia, ex-Funebrarum). Un changement de personnel qui, autant vous le dire d'emblée même si tout le monde s'en doute, n'a pas résulté en un bouleversement musical. Car mis à part quelques riffs plutôt "rafraîchissants" (notez bien les guillemets) pour les Américains sans doute composés par Bouks et quelques touches black metal comme sur "Progeny Of Tyranny" (0'33, 1'08), "Vanquish In Vengeance" (0'20) et "From Hollow Sands" (0'46), c'est à du Incantation tout ce qu'il y a de plus classique que l'on a affaire ici. Aucune surprise, on reste dans la lignée de Primordial Domination. Soit du death metal à l'ancienne mais plus propre (surtout au niveau de la production très claire et du mix parfaitement équilibré de Dan Swanö) et moins evil que les premières productions de la formation. Très peu de blasts ("Progeny Of Tyranny", "The Hellions Genesis", "From Hollow Sands") mais la musique du groupe, qui n'hésite pas à bourrer quand il faut, reste brutale (miam ce "Invoked Infinity" en ouverture qui ne fait pas dans le détail!) avec ces riffs blasphématoires aux mélodies sombres caractéristiques du groupe que des harmoniques sifflées accompagnent parfois. Quelques bons solos font aussi leur apparition ("Transcend Into Absolute Dissolution" à 2'50 sur un riff bien lourd, "Haruspex" à 2'22, "Profound Loathing" à 4'09, etc.) et John McEntee prend toujours plus d'assurance au chant, sans toutefois égaler la profondeur de growl de Craig Pillard, à jamais le meilleur chanteur qu'aura connu le combo. Et comme d'habitude, on a le droit, parmi les tempos rapides et les mid-tempos à des passages/morceaux doomy écrasants et noirs comme sur les sympathiques "Ascend Into The Eternal" et "Transcend Into Absolute Dissolution", la plombante "Profound Loathing" et son intro abyssale à la basse et un "Legion Of Dis" en guise de fin du monde qui reprend la tradition des longs titres de clôture ultra ténébreux (on frissonne encore à l'évocation de "Unto Infinite Twilight / Majesty Of Infernal Damnation" et "Abolishment Of Immaculate Serenity"). Sans doute le meilleur moment de l'album, plus de 11 minutes d'un death/doom pachydermique à l'atmosphère suffocante et plus dark que Jeanne, Mireille et le cristal réunis.

Du bon la plupart du temps donc mais surtout du classique de chez classique en fait. Ce qui ne me dérangerait pas si l'inspiration était toujours au rendez-vous. Malgré quelques très bons morceaux, un travail intéressant sur les ambiances et même sur les paroles puisque le morceau-titre fait référence au massacre peu connu à Verdun par Charlemagne de milliers de Saxons non-convertis, on sent plutôt un Incantation en roue libre et sans grande imagination qui n'a pas réussi à nous pondre des riffs et titres suffisamment marquants. Sur plus de 50 minutes, l'opus connaît dès lors quelques longueurs dommageables. Moins percutant que Primordial Domination, anecdotique par rapport aux trois premiers albums, Vanquish In Vengeance passe ainsi un peu inaperçu dans la discographie de la formation. Au vu du statut du groupe et de ses six années d'absence, j'attendais plus de ce nouvel album, moi qui pensais qu'Incantation allait balayer d'un revers de la main tous ses descendants plus ou moins légitimes. Alors c'est sûr, c'est mieux que l'affligeante copie carbone du dernier Father Befouled. Mais d'autres élèves ont fait bien mieux cette année. Voilà le constat d'un fan dévoué mais sans œillères. De là à dire que le groupe n'a plus sa place? Certainement pas! Au-delà de l'impact et de l'influence qu'Incantation avait, a et aura toujours sur la scène death metal, lui conférant une légitimité à jamais acquise, Vanquish In Vengeance reste un album très correct de DM old-school noir et vindicatif qui recèle même quelques moments de bravoure. C'est ce que je préfère retenir. Alors ne faisons pas trop la fine bouche et ne boudons pas notre plaisir de retrouver enfin cette légende exemplaire d'intégrité, tant qu'elle existe encore.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
26/10/2013 19:26
note: 8/10
J'ai ENFIN pris le temps de l'écouter. Je m'attendais à une légère déception étant le souvenir que j'avais de la note que tu lui avais accordé. Pour ma part, je le trouve vraiment très bon avec ce qui fait le charme d'Incantation depuis maintenant un paquet d'année. Pas original mais parfaitement exécuté et sans réelles faiblesses.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Incantation
Death Metal
2012 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (6)  8.25/10
Webzines : (23)  7.68/10

plus d'infos sur
Incantation
Incantation
Death Metal - 1989 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Invoked Infinity
02.   Ascend Into The Eternal
03.   Progeny Of Tyranny
04.   Transcend Into Absolute Dissolution
05.   Haruspex
06.   Vanquish In Vengeance
07.   Profound Loathing
08.   The Hellions Genesis
09.   From Hollow Sands
10.   Legion Of Dis

Durée : 52'21

line up
parution
26 Novembre 2012

voir aussi
Incantation
Incantation
Blasphemy

2002 - Candlelight Records
  
Incantation
Incantation
Dirges Of Elysium

2014 - Listenable Records
  
Incantation
Incantation
Primordial Domination

2006 - Listenable Records
  
Incantation
Incantation
Profane Nexus

2017 - Relapse Records
  
Incantation
Incantation
Decimate Christendom

2004 - Listenable Records
  

Essayez aussi
Vader
Vader
Tibi Et Igni

2014 - Nuclear Blast Records
  
Deiquisitor
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates

2018 - Dark Descent Records
  
Coldworker
Coldworker
The Doomsayer’s Call

2012 - Listenable Records
  
Abyssal
Abyssal
Novit Enim Dominus Qui Sunt Eius

2013 - Autoproduction
  
Brutality
Brutality
Sea Of Ignorance

2016 - Repulsive Echo Records
  

Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique